Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2019

Decazeville : Le « souffle nouveau » et l'environnement

decazeville - qualité de l'air.jpg

 

La majorité municipale de Decazeville, qui devait apporter un « souffle nouveau » à la ville, est semble-t-il déjà en campagne pour les prochaines élections municipales 2020.

Elle a donc entrepris de faire un bilan de son mandat en débutant par sa politique environnementale. Ça tombe bien, c'est ma partie.

 

On est déjà assez ahuri par les propos liminaires de cette note stipulant que, dans ce domaine, la marge des collectivités est assez réduite et que certains pourraient envier notre qualité de l'air (où ça ? A New-Delhi, à Pékin, à Bhopal ?). On voit là la méconnaissance complète des actions possibles des collectivités en matière d'environnement et l'ignorance des relevés de la qualité de l'air de ces dernières années sur le Bassin, notamment à Viviez (très proche de Decazeville), où la qualité de l'air va de moyen à mauvaise (voir photo 1, en début de note). Concernant les particules en suspension (PM 2,5) Viviez est aussi polluée que l'agglomération toulousaine à cause notamment des rejets des activités économiques, de la circulation sur la RD 840 et de certains modes de chauffage déficients, en fond de la vallée encaissée et peu ventée du Riou-Mort. Quant aux rejets de produits chimiques dans l'air, ils ont été catastrophiques durant la "dépollution" des sols d'Umicore de 2008 à 2016. Il faudra attendre un peu pour connaitre des résultats récents car toutes les stations de mesure avaient été supprimées en juillet 2017, et une seule vient d'être réinstallée en février de cette année.

 

Les quelques mesurettes décrites dans cette note de la majorité pour améliorer l'environnement sont en fait soit des obligations législatives (arrêt des pesticides), soit des actions débutées lors du mandat précédent (gestion différenciée des espaces verts) soit des mesurettes insignifiantes et « m'as tu vu » qui cachent en fait une politique environnementale indigente.

La protection de l’environnement et la lutte contre le dérèglement climatique sont des domaines totalement inconnus ou mineurs aux yeux des élus de la majorité, et de toute façon asservis aux dogmes économiques ultra-libéraux qu’ils soutiennent.

 

Pour ne citer que quelques mesures et réalisations illustrant parfaitement ce mépris de la majorité municipale pour l'environnement et les habitants du Bassin, on pourrait par exemple citer :

 

Déchets inertes, espaces verts :

  • inertes la croix de broual.jpgCréation d'une décharge sauvage de déchets « inertes » en zone PPRM à la Croix du Broual pour y déverser les déchets mal triés des travaux de voiries,

  • Accueil au centre de stockage de déchets inertes communal à la Romiguière de déchets industriels provenant de la Sopave, contenant notamment de nombreux fragments de plastiques,

  • boues sopave.jpgUtilisation de ces déchets industriels contenant des plastiques sur les espaces verts de la commune (Fontvergne, Sailhenc...),

  • Aucune création de jardin partagé durant ces cinq ans,

 

Déchets industriels et ménagers :

  • viviez.jpgAccord à la réouverture de l'Installation de Stockage de Déchets Dangereux de Montplaisir à Viviez,

  • Accord des élus decazevillois en communauté de commune au projet Solena (Centre de traitement et de stockage de déchets ménagers) à Viviez, qui serait situé à 300 mètres des premières habitations et à 200 mètres d'une usine classée Seveso,

  • déchets - bacs.JPGAucune action préventive pour baisser le volume et le poids des déchets ménagers,

  • Les élus de la majorité ont voté favorablement à la taxe sur les ordures ménagères au lieu de la redevance pourtant plus juste et qui permet d'agir sur la prévention des déchets,

 

Protection des riverains des pollutions et des atteintes à leur santé :

  • Modification du PLU de la zone du Centre pour permettre l'installation d'activités extrêmement polluantes sur cette zone située pourtant en centre ville,

 

Qualité de l'air, des sols et santé des habitants :

  • air-station-place du 8 mai.jpgAucune action pour mesurer, prévenir et améliorer la qualité de l'air médiocre à Decazeville, notamment lors des périodes de pics de pollutions signalées par Atmo-Oramip,

  • Aucune demande de la Ville pour l'installation d'une station de mesure de qualité de l'air à Decazeville,

  • Aucune demande de la Ville pour demander l'analyse des sols des jardins decazevillois fortement pollués, comme à Viviez, par les rejets toxiques de Vieille Montagne et d'autres entreprises, et prendre des mesures afin de protéger la santé de la population.

  • Aucune action pour lutter contre les feux de jardins qui asphyxient la ville fréquemment,

  • Refus de règlementer l'installation des compteurs Linky et Gazpar chez les particuliers à Decazeville,

  • Autorisation donnée pour l'installation d'une antenne-relais de collecte des informations des compteurs Gazpar des particuliers sous les toits de la mairie,

  • central téléphonique - ondes.jpgAucune mesures prises pour prévenir et protéger le personnel et les visiteurs de la mairie des ondes électromagnétiques dues au central téléphonique très proche et d'autres antennes ou sources d'émissions,

 

Energies renouvelables, économies d'énergies et production de gaz à effet de serre :

photovoltaïque - cuisine centrale.jpg

  • Aucune installation d'énergies renouvelables par la Ville de Decazeville depuis cinq ans,

  • Aucune réaction des élus de Decazeville pour s'opposer à l'installation de panneaux photovoltaïques au parc intercommunal de La Découverte sur des parties récemment boisées et des chemins empruntés par de nombreux randonneurs et marcheurs, contrairement à l'enquête publique pour la création de ce parc,

  • Installation et exploitation de ce parc photovoltaïque donnée à une entreprise privée au lieu de gérer ce parc photovoltaïque en régie. Ce qui limite notamment fortement les recettes financières pour les collectivités et relativise l'autonomie énergétique dont se revendique la Ville.

  • Destruction de très nombreux logements sociaux sans constructions nouvelles et très peu de rénovations

  • Suppression du Salon des Energies Renouvelables de Decazeville,

  • cote des estaques - éclairage public.jpgMauvaise réfection de l'éclairage public. Il faut supprimer des points d'éclairage et éteindre certains secteurs une partie de la nuit pour réellement réduire les consommations et les coûts de l'éclairage public et lutter contre la pollution lumineuse (pas comme la Côte des Estaques, hors agglomération, où c'est Versailles la nuit ! ).

  • aveyronnaise classic.jpgOrganisation de manifestations fortement polluantes et productrices de gaz à effet de serre, notamment sur La Découverte : jet ski, moto avec l'Aveyronnais Classic,

 

Biodiversité, paysage, faune :

  • zone humide.jpgAucune action avec Decazeville communauté pour mettre en valeur la biodiversité et les paysages de La Découverte, pour préserver la zone humide à l'arrière du musée géologique, pour protéger et mettre en valeur le Riou-Mort dans la traversée de Decazeville...

  • arbres abattus la découverte.jpgNombreux arbres abattus et très peu de replantations, arbres mal entretenus et certains périront rapidement (goudronnage jusqu'au pied de l'arbre !)

  • publicité - amar.jpgLes élus se vantent encore d'accueillir des cirques avec des animaux sauvages à Decazeville, animaux détenus, exploités et transportés de ville en ville dans des conditions inacceptables,

  • Toujours pas de centre d'accueil pour chiens et chats errants digne de ce nom sur le Bassin,

  • pub dkz.jpgPollution visuelle et consommations énergétiques inutiles par l'installation de panneaux publicitaires dans toute la ville,

 

Prévention des inondations et entretien des cours d'eau :

  • crue - niveau.jpgPas d'aménagements pour limiter et se protéger des inondations des ruisseaux, dont le Riou-Mort à Decazeville

  • Le Plan Communal de Sauvegarde pour prévenir les inondations et le DICRIM associé à ce plan ne sont toujours pas opérationnels,

 

Mobilité : le « tout bagnole » comme programme, comme à l'époque Pompidou :

rue cayrade 1983-2015.jpg

  • Suppression de passages piétons, notamment place Wilson et les passages piétons sont très mal entretenus (marquage)

  • Pas un seul aménagement pour les modes actifs (piétons et vélos) depuis cinq ans,

  • rue lassale - travaux.jpgNon respect de la Loi sur l'Air et l'Utilisation Rationnelle de l'Energie (Loi LAURE) lors de la création ou le renouvellement de voirie (pas d'aménagements pour les cyclistes pourtant obligatoires dans cette loi), rues Lassale, Miramont et Cayrade,

  • dsc vélo.jpgRefus de mettre le bas de la rue Cayrade et la rue du IV Septembre en double sens cyclable (voir photo sur une rue similaire - photo Ademe) comme cela se fait maintenant partout, obligeant les cyclistes à faire de longs détours, parfois dangereux,

  • route de bouquies - état voirie.jpgChemin de Bouquiès entre le pont de Livinhac et l'anciennne cité de Bouquiès pratiquement impraticable par les cyclistes (et même les voitures), alors qu'il est le passage de la véloroute de la Vallée du Lot (V86),

  • Chemins de randonnée mal entretenus, notamment le GR 65 dans la descente de Saint-Roch au pont de Livinhac (commune de Decazeville,

 

Pour entrer plus en détail sur les manquements en matière d'environnement de la majorité municipale, mais aussi dans d'autres domaines depuis 2014, vous pouvez consulter toutes mes notes parues dans la rubrique « politique locale »

 

Photos : cliquez sur les photos pour les agrandir

Toutes les photos : jlc, sauf photo 18 - Ademe

 

Ci dessous, la note de la page Facebook officielle de la Ville de Decazeville

Il n'est d'ailleurs pas normal que cette note d'auto-satisfaction qui préfigure la campagne électoral de l'équipe Marty figure sur cette page officielle et pas sur la page dédiée à la campagne électorale du maire.

 

Ville de Decazeville

- CINQ ANS D'ENGAGEMENTS [1/13] -

Depuis cinq années maintenant, Decazeville se transforme et offre une nouvelle image. Symbolisé par le programme de revitalisation du centre-ville, lancé en juin 2014 par l'équipe municipale de François Marty, ce renouveau, qui se concrétise aujourd'hui, n'est bien entendu pas une fin en soi, mais il permet d'installer Decazeville sur une dynamique nouvelle et durable.

À compter de ce 08 juin et durant tout l'été, nous vous proposons de revenir sur les actions entreprises depuis 2014 visant à donner un nouveau souffle à Decazeville.

Pour commencer cette série, difficile de ne pas évoquer un sujet d'actualité, qui par ailleurs alerte bon nombre de citoyens, il s'agit de l'environnement.

À l'échelle d'une commune, nous conviendrons que la marge de manoeuvre des élus est réduite tant le sujet est européen pour ne pas dire mondial. Mais à l'échelle locale, de nombreuses initiatives peuvent être prises, c'est le cas pour Decazeville ces dernières années.

Après avoir été, durant un siècle et demi, un territoire caractérisé d'un environnement fortement marqué par l'effervescence industrielle, Decazeville voit aujourd'hui une qualité de l'air et donc de vie qui pourrait envier certains.

▶️ Retour sur sept points marquants en matière d'environnement depuis 2014 ⤵️

➡️ Le 17 novembre 2017, Decazeville a inauguré sa centrale solaire située au-dessus de la Découverte. Composée de 38 000 panneaux photovoltaïques, elle fournit l'équivalent de la consommation de l'ensemble des foyers de la ville, ce qui en fait l'une centrale solaire les plus grandes de la région.

➡️ En 2016, la municipalité a opté pour une gestion différenciée des espaces verts. Cette méthode consiste à adapter l'entretien d'un site en fonction de ses usages. Aujourd'hui, les espaces verts de la commune offre un aspect attrayant. C'est dans cet esprit que les phytosanitaires ont été bannis avec la mise en place du "zéro phyto". Par ailleurs, la commune a candidaté en 2018 au label Villes et Villages Fleuris.

➡️ Des maisons à insectes ont vu le jour en 2018 dans plusieurs espaces verts de la commune. Elles soulignent l'importance primordiale qu'ont ces "petites bêtes" dans notre vie quotidienne en milieu urbain, et plus largement l'importance de la biodiversité. En outre, rongés par la maladie et menaçant de tomber au premier fort coup de vent, certains platanes, notamment du jardin public, ont été remplacés par de nouveaux arbres.

➡️ Dès 2014, la municipalité s'est attelée à améliorer l'isolation thermique des bâtiments communaux, en particuliers les écoles. Des travaux sur les chaudières ou le remplacement des fenêtres ont également été entrepris pour améliorer la performance énergétique des quelques 80 bâtiments que compte la commune. En somme, c'est bon pour l'environnement mais aussi pour les finances de la ville.

➡️ En matière de dépense et de consommation énergétique, il est un poste où un important travail a été mené bien qu'il ne se voit pas forcément au premier regard, il s'agit de l'éclairage public. Le parc d'éclairage public de la ville était très ancien avec des lampes à vapeur de mercure dit "Ballon Fluo", énergivore et qui n'avait bénéficié d'aucun investissement conséquent auparavant. Dès 2016, la municipalité a fait le choix de remplacer ces vieilles lampes par des lampes nouvelle génération à LED beaucoup plus performante et économique.
Par ailleurs, de nouveaux coffrets ont été équipés d'horloges astronomiques qui adaptent au mieux le temps de fonctionnement de l'éclairage. À titre d'exemple, le coût de fonctionnement annuel du parc d'éclairage public de la ville a diminué de 20 000€/an.

➡️ Vous l'avez sans doute remarqué, une borne de recharge électrique a été installée en 2018 sur le parking du Laminoir. Cette opération réalisée à l'initiative de la commune avec la collaboration du Syndicat Départemental d'Électrification (SIEDA) à vocation à favoriser le développement de la mobilité électrique dans les années qui viennent.

➡️ En 2019, une réflexion est entreprise afin de développer l'installation de panneaux photovoltaïques sur certains bâtiments communaux. Ils permettront de dimunier encore le coût énergétique qui a déjà nettement baissé depuis 2014 grâce aux actions menées.

L'ensemble de ces initiatives entreprises ces dernières années ne sont bien évidemment pas une fin en soi, mais elles inscrivent Decazeville dans une dynamique nouvelle qui appelle a être poursuivie dans les années à venir afin de continuer à diminuer les coûts énergétiques, favorable aux finances de la ville mais aussi et surtout à l'environnement.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.