Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/02/2017

Une politique d’urbanisme illisible et inefficace qui menace l’avenir de notre commune

Dans le dernier bulletin municipal (N°2 - janvier 2017), la majorité s’auto-congratule de sa politique d’urbanisme.

Mais quelle est en fait la ligne de la majorité municipale de Decazeville en matière de politique d’urbanisme ? C'est celle indiquée sur le bulletin municipal : “ la mairie poursuit ses efforts pour vendre les biens communaux qui ont été sélectionnés comme inutiles à son patrimoine“. Pourquoi vendre ces biens de suite sans réflexion globale sur l'avenir de notre ville ? Sur quels critères ces biens communaux ont-ils été sélectionnés comme inutiles ? Rien n’est dit. La ligne politique de la majorité en matière d’urbanisme est malheureusement claire : vendre rapidement tout ce qu'il est possible de vendre, à n’importe quel prix, dans le seul but de récupérer de l’argent ! Aucune vision à long terme sur notre ville.

Faisons un point des opérations de vente et d’achat depuis trois ans.

ventes biens mairie.jpg

Sur les 26 opérations de vente engagées par la municipalité depuis mai 2014, beaucoup n’ont pas réellement abouties, certaines ont vu leur transaction remise en cause et d’autres posent de sérieux problèmes.

 

Ventes non abouties :

C’est le cas notamment de diverses parcelles situées sur les hauteurs de Decazeville, aux Bonnières notamment. Certaines parcelles sont certes difficile à vendre.

caserne pompiers.JPGLe grand immeuble de la caserne des pompiers reste sur les bras de la mairie après une vente à la découpe où les deux lots les plus intéressants ont été vendus (poste de commandement et garages en face). Il aurait fallu vendre tout ce patrimoine en un seul lot pour avoir l’assurance d’avoir un acquéreur.

 

Ventes qui annulent des projets d’urbanisme et d’aménagements :

garage miramont.jpgC’est le cas d’un grand garage avec terrain à Miramont vendu à une entreprise pour 31 000 €. On peut déjà se poser la question de savoir pourquoi laisser implanter une entreprise dans cette rue à dominante résidentielle alors qu’il reste de la place sur la Zone du Centre toute proche ? Ce garage et son terrain étaient prévus par l’ancienne municipalité pour réaliser un parking près du cimetière et d’Emmaüs. Il y a un énorme besoin de places de parking lors d’obsèques ou des jours de ventes d’Emmaüs.

impasse d'iena.jpgVente pour 6 770 € d’une longue parcelle prévue pour la réalisation d’une rue allant de l’impasse d’Iéna à la rue E. Vaillant qui permettait d’éviter une sortie difficile et parfois dangereuse de l’impasse d’Iéna à La Vitarelle.

terrain rue de la montagne.jpgVente d’une parcelle de 377 m2 rue de la Montagne au dessus d’un petit parking communal sans projet réel de construction alors que la construction d’une maison était possible sur cette parcelle et que le PLU demande justement de densifier le centre ville.

 

Vente annulée à l’initiative de l’acheteur :

C’est le cas pour un terrain route de l’Albrespic car la mairie n’a pas réussi à trouver un terrain d’entente avec l’acquéreur concernant le branchement électrique.

 

Rue Gambetta : que deviennent les “verrues“ vendues à des particuliers ?

27 rue Gambetta3.jpgUn premier immeuble a été vendu au 27 de cette rue. Mais l’acquéreur s’est retiré de la vente. Un deuxième acquéreur s’est présenté voulant selon M. le Maire, créer des appartements et un garage au rez-de-chaussée. Depuis, il semble que rien n’ait bougé.

Immeuble Puech.jpgUn deuxième immeuble appartenant à la municipalité a été vendu au 29 de la rue Gambetta. Il s’agit de l’immeuble “Puech“ que l’ancienne municipalité prévoyait de rénover en HLM comme a été rénové l’immeuble en face. L’immeuble “Puech“ a été vendu le 7 avril 2015 à un particulier pour 30 000 € sans avoir l’assurance qu’il serait rénové. Depuis rien n’a été fait. Pire, la mairie s’aperçoit qu’une cheminée menace de tomber sur les passants et a pris un arrêté de mise en demeure de réaliser des travaux de sécurisation. Cerise sur le gâteau, l’acquéreur a mis en vente ce bien sur le “Bon Coin pour 70 000 € !

Si l’OPH n’était plus intéressé par l'immeuble "Puech“, ce que l'on peut comprendre, cette maison aurait peut-être pu être détruite afin d’aérer cette rue étroite avec éventuellement la construction d’une maison de ville sur une partie des 1 675 m2 de superficie de cette parcelle.

Nous étions bien sûr opposés à ces ventes en conseil municipal.

 

Prix bradés :

soulacre.jpgC’est le cas pour la vente d’un terrain de 2,5 ha au Soulacre situé plein sud à quelques centaines de mètres du giratoire de Fontvergnes (vendu 4 500 €, soit 18 centimes € le m2 !)

 

 

gendarmerie.jpgLa vente de 9 logements de la gendarmerie pose des problèmes :

D'abord, l'incertitude sur l’avenir de la gendarmerie ? Va-t-elle partir ou au contraire s’agrandir ? Gardons ces logements en réserve. De plus, ces 9 logements vont entrer directement en concurrence avec le parc privé et social déjà en surnombre dans notre ville et même concurrencer le programme AMI.

 

Lotissements :

ALBRESPIC-PLU.jpgLorsqu’il était dans l’opposition M. le Maire réclamait à cors et à cris la création de lotissements. Sa position est semble-t-il maintenant le contraire puisque les lotissements prévus dans le PLU (L’Albrespic, Fontvergnes) ne seront semble-t-il pas repris dans le futur PLUi.

Pourtant 23 276 € ont été dépensés pour l’achat de terrains à l’Albrespic en décembre 2014.

 

Quel avenir pour le parc Tourtonde ?

tourtonde.jpgLa création d’une première tranche de logements dans le parc Tourtonde s'est fait pour le moins attendre. Il semble que le projet soit sur les rails. Mais est-il judicieux de construire du logement neuf à cet endroit de Decazeville ? Faut-il des commerces en rez-de-chaussée dans ce secteur où le commerce peine (un commerce a encore fermé dernièrement) ?

Rappelons que l’ancienne municipalité avait acheté cette propriété afin d'installer les résidants du foyer-logement de Bellevue en centre-ville, proche des services et commerces.

 

Un projet privé verra-t-il le jour rue Clémenceau à la place de l’ancien cinéma ?

Suite au sinistre de la salle Jean-Paul Sartre, un accord a semble-t-il été enfin trouvé avec les assurances. La mairie a également fini d’acheter les propriétés limitrophes. Ce espace en plein centre-ville est plus agréable et plus tranquille pour construire du logement neuf que le parc Tourtonde. Des constructeurs de logements seront-ils intéressés par cette parcelle attractive alors que des logements neufs dans le parc Tourtonde vont être proposées et que le programme AMI Centre-Bourg envisage de réhabiliter de nombreux logements sur son périmètre ?

 

Quant à l’Hôtel de France… On attend toujours des nouvelles.

 

On peut aussi regretter à l’inverse l’absence de préemption sur certains immeubles ou terrains.

Maison Tronc.JPGC’est le cas pour l’immeuble “Tronc“ situé rue Cayrade à côté de la boulangerie Alcouffe qui aurait peut-être mérité une intervention de la mairie pour acquérir cet immeuble vendu 15 000 euros seulement.

Le PLU de Decazeville recommande des “aérations“ dans cette rue. La démolition de cet immeuble très vétuste aurait permis d’ouvrir une vue côté sud (rue de la Montagne) et permis d’aménager un petit espace vert à disposition des chalands et riverains.

Espérons tout de même que l’acquéreur de cet immeuble réalisera rapidement une rénovation exemplaire grâce au programme AMI. Mais la mairie n’a pris aucune garantie.

 

Vente d’un terrain communal à Fontvergnes

Terrain communal à vendre à Fontvergnes.jpg

Tout le monde a pu voir ces derniers jours les panneaux de vente d’une parcelle communale au giratoire des Soufflantes.

Vente terrain et immeuble à Rodez.jpgDifficile d’ailleurs de voir qu’il s’agit de la mairie puisque le numéro de téléphone noté sur ce panneau est celui d’un téléphone portable. Nous avions demandé maintes fois en conseil municipal et en commission d'urbanisme de mettre en place une méthode claire pour la vente de terrains et bâtiments communaux : annonces dans la presse permettant d’identifier le vendeur et la parcelle avec un prix de vente comme le font d’autres collectivités (notamment Rodez ci-contre) et ensuite, examen des propositions d'achat par la commission urbanisme. Malheureusement, c’est toujours l’opacité qui règne dans les procédures de vente du patrimoine communal à Decazeville.

Cette parcelle mise en vente provient de la démolition de l’ancien ilot insalubre de Fontvergnes par la Communauté de Communes du Bassin Decazeville-Aubin dans le cadre de l’opération de résorption du bâti délabré.

boues sopave fontvergnes -120615.jpg
La municipalité qui avait récupéré la parcelle après les travaux de réhabilitation envisageait d’y créer un espace vert.
De la terre végétale devait être apportée afin de réaliser cet espace vert. Sauf qu’à la place de terre végétale, ce sont des boues venant du traitement de films plastiques notamment agricoles venant de la Sopave qui avaient été répandues sur ce terrain. Je m’étais en son temps inquiété de cette opération.

Est-il pertinent de vendre maintenant cette parcelle à l’entrée de notre ville, d'un quartier qu’il faudrait peut-être réaménager, du Parc Intercommunal et proche d’une zone du PPRM plutôt difficile ? Ne serait-il pas intéressant de raccorder directement la route de Lacaze (qu’il faudrait aussi peut-être élargir) au giratoire comme le prévoyait une étude ? Qui aura la charge d’enlever les boues industrielles répandues en 2015 ? Où les entreposer ? Ne vaut-il pas mieux garder cette parcelle pour en faire comme il était initialement prévu, un espace vert à l’entrée de notre ville, au moins provisoirement ? Voila les question à se poser avant de vendre cette parcelle.

 

Cette vision changeante et à courte vue de l’urbanisme communal est vraiment dommageable pour l’avenir de notre ville.

Comme est également préjudiciable la vision d’une autre époque concernant la mobilité des personnes et les conséquences que cela entraine sur la sécurité routière et l’aménagement des rues de Decazeville.

Travailler sur l’urbanisme communal demande une vision à long terme du devenir de notre ville, de son attractivité, de la qualité de vie de ses habitants. Elle ne peut se satisfaire d’achats ou de ventes compulsives pour des motifs essentiellement financiers. Certes, la mairie ne peut pas tout préempter. Mais ce n’est pas la peine d’engager un programme de rénovation de l’habitat à grande échelle quand on ne prend même pas la garantie d’une bonne réhabilitation des biens que l’on vend.

A mi-mandat, la majorité municipale n’a visiblement toujours pas cette vision à long terme. Tout juste les yeux rivés sur 2020... et encore.

Le programme AMI Centre-Bourg, amorcé par l’ancienne municipalité avec notamment le “Schéma de secteur du centre-ville“ en 2012 et l’achat des premières maisons à démolir, va rentrer dans sa phase active. Les élus d’opposition, qui ont pourtant dit à plusieurs reprises leur souhait de participer à cette opération, ne sont toujours pas invités dans les réunions techniques ou lors des rencontres sur le terrain. C’est regrettable de priver notre commune de leur expérience et de leur connaissance de la ville. J’ai cru lire sur le dernier bulletin municipal que l’avenir se construit avec tous les Decazevillois. Il reste à la majorité de le prouver.

Photos : cliquez sur les photos pour les agrandir

1, 2,3, 5, 6, 7, 8, 12, 13, 15 : jlc (©créative commons)

4 : cadastre.gouv.fr

9 : gendarmerie : GoogleEarth

10 : PLU Decazeville

11 : Propriété Tourtonde : GoogleEarth (périmètre approximatif réalisé par mes soins)

14 : Centre-Presse du 10 février 2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.