Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2017

Une étude pour analyser les sédiments pollués au cadmium du Lot à Laroque-Bouillac

Decazeville,Vieille-Montagne,pollution, cadmium, navigabilité,Lot,

Un Arrêté de la Préfecture de l’Aveyron est paru le 10 août 2017 pour autoriser les opérations de bathymétrie (mesure du relief sous l’eau) et de carottage (prélèvement d'échantillons de sédiments) du lit du Lot afin de déterminer le volume de sédiments stockés en amont de la chaussée de Laroque-Bouillac et leur caractérisation.

Ci-dessous, téléchargez l'arrêté préfectoral :

Autorisation navigation sur le Lot en amont de l'écluse de Laroque-Bouillac.pdf

 

Decazeville,Vieille-Montagne,pollution, cadmium, navigabilité,Lot,Cela nécessite d’abord de se plonger un peu dans l’histoire industrielle locale. L’usine Vieille-Montagne située à Viviez (12) a libéré dans les eaux du Lot depuis près d’un siècle et demi des quantités énormes de produits toxiques contenant du zinc, du plomb, du cadmium… À ces rejets chroniques importants, il faut rajouter les graves pollutions accidentelles de 1983 et 1986 provoquées par Vieille-Montagne à partir du THR et de la décharge industrielle de l'igue du Mas. De nombreuses études officielles et universitaires ont été réalisées sur cette pollution. On peut parler sans se tromper de la plus grosse pollution industrielle d’un cours d’eau en France avec celle du Rhône par les PCB.  

Ci-dessous, un petit film de l'Agence de l'Eau Adour-Garonne sur les conséquences de ces graves pollutions.

 

Decazeville,Vieille-Montagne,pollution, cadmium, navigabilité,Lot,Il reste encore beaucoup de ces produits dangereux dans les sédiments de la rivière Lot et au delà, notamment dans les diverses retenues : écluses, chaussées, barrages… et ils sont plus ou moins “remuées“ à chaque épisode de crue. La quantité de cadmium était estimée en 1990 à plus de 200 tonnes contenus dans plus de 6 millions de m3 de sédiments uniquement pour le Lot. La dépollution complète était estimée à cette date entre 1,3 et 2 milliards d’euro (2 à 3 milliards actualisé). La quantité de cadmium et autres métaux lourds contenus en amont de la chaussée de Laroque-Bouillac doit certes être importante car proche de la source de pollution et son arrivée sur le Lot avec le Riou-Mort, mais elle est négligeable par rapport à l’énormité de cette pollution industrielle que beaucoup sur le Bassin ont volontairement ou inconsciemment oublié.

Decazeville,Vieille-Montagne,pollution, cadmium, navigabilité,Lot,Il est bien sûr important de bien connaître l’état actuel de cette pollution, de l’arrivée du Riou-Mort dans les eaux du Lot jusqu’à la chaussée de Laroque-Bouillac pour ensuite procéder à une dépollution de ce site, pas seulement pour pouvoir rouvrir l’écluse à la navigation, même s'il semble que ce soit l'unique obsession de certains qui ont fermé et qui ferment toujours les yeux sur les causes de ces pollutions et minimisent la responsabilité des pollueurs. 

Decazeville,Vieille-Montagne,pollution, cadmium, navigabilité,Lot,Lorsque les résultats de l’étude sur le volume et la nature des sédiments seront connus sur cette partie du Lot, il conviendra donc de procéder à une dépollution en s'entourant de toutes les précautions possibles afin de ne pas envoyer de sédiments pollués en aval. Le bon sens voudrait que se soit au pollueur d’assurer la charge financière de cette dépollution. A la lecture de l’Arrêté préfectoral, c’est l’Entente Vallée du Lot qui est maitre d’œuvre de cette étude, et c’est vraisemblablement de l’argent des contribuables (aveyronnais, occitans, français et européens) qui va servir à payer la facture. Il serait tout de même souhaitable que Umicore (anciennement Vieille-Montagne) assure à minima le transport et le stockage des sédiments pollués sur son site de  Montplaisir (ou ailleurs) en même temps que les sols pollués des jardins viviezois et pourquoi pas d’autres décharges industrielles contenant leurs déchets sur notre territoire. Je pense notamment à celle de la Romiguière sur la commune de Flagnac par exemple dont nous avions demandé le retrait en conseil municipal de Decazeville lors de l’enquête publique sur la “dépollution“ de divers sites d’Umicore. Les élus locaux devraient insister sur ces dépollutions avant que Umicore quitte définitivement Viviez. 

Enfin, il serait souhaitable que la prise en charge de ces déchets par Umicore ne fasse pas l’objet d’un chantage à l’acceptation du projet de centre de traitement et de stockage des déchets ménagers appelé Solena sur les anciens terrains « dépollués » de l’entreprise vivézoise de zinc.

Ce serait vraiment la goutte d’eau (polluée) qui ferait déborder le vase !

 

Centre-Presse a consacré ce matin un article sur cet arrêté préfectoral, pratiquement que sous l’angle de la navigabilité. Dommage !

Et si le Lot devenait navigable jusqu'à Bouillac ?.jpg

Photos : Cliquez sur les photos pour les agrandir

JLC (Licence Créative Commons), sauf :

- Article de La Dépêche du Midi de juillet 1986

- Article de Centre-Presse du 1 septembre 2017

12/01/2015

Fermetures fréquentes des bureaux de La Poste en zones rurales pour mieux les faire disparaitre

laposte-livinhac-fermeture.jpgIl m’arrive parfois d’aller à La Poste de mon village, Livinhac-le-Haut, et cela fait maintenant plusieurs fois que je trouve porte close. Sans aucune explication. Juste un panneau indiquant que le bureau est fermé pour la journée. Panneau qui est d’ailleurs remplacé régulièrement. Il nous est conseillé d’aller au bureau ouvert, qui est celui de Decazeville… à 7 km.

J’imagine aisément le désarroi de certaines personnes arrivant déjà à pied à ce bureau de Poste et trouvant la porte fermée.

Ces faits se répétant régulièrement, les habitants, enfin ceux qui le peuvent, vont maintenant directement à Decazeville. Et on peut les comprendre. Mais ce n’est pas normal. On habitue les clients à déserter le bureau de Livinhac et ainsi à faire décroitre la clientèle et à justifier la fermeture du bureau. Inadmissible.

Que vont devenir ceux qui n’ont aucun moyen de transport, ou qui sont âgés, fatigués… Et bien La Poste a la solution. Elle crée avec les mairies des Agences Postales Communales (APC). La Poste a donc signé avec l’Association Départementale des Maires de l’Aveyron un Protocole territorial relatif à la présence postale dans le département de l’Aveyron. Ce protocole précise d’abord ce qui a conduit à cet accord, l’évaluation de l’activité d’un bureau, et les modalités de la convention. La Poste s’engage à verser une indemnité compensatrice forfaitaire mensuelle allant jusqu’à 962 euros dans les ZRR (Zone de Revitalisation Rurale). La durée est de neuf ans renouvelable la première fois par tacite reconduction. Et après ? Mystère… Une charge de plus transférée aux communes.

Les services financiers de ces APC seront réduits au minimum : retrait et dépôt d’argent pour 350 euros maxi tous les 7 jours.

Il est déjà étonnant que l’ADM12 ait signé ce protocole. Il est vrai que les maires “ apolitiques “ de l’Aveyron sont légion. Mais les “ apolitiques “ sont souvent de droite et cet accord répondait aux souhaits de Nicolas Sarkozy. On comprend mieux pourquoi depuis, Christian Teyssèdre, maire de Rodez, s’est retiré de l’ADM12. Il serait même souhaitable que d’autres maires le suivent.

Ce désengagement de La Poste, service public, en milieu rural est inadmissible.

Le maire de Livinhac avait signalé à plusieurs reprises son courroux contre la fermeture du bureau de La Poste.

J’avais rejoint il y a quelques semaines une manifestation pour protester contre ce problème à Cransac.

Le Front de Gauche et Europe Écologie – Les Verts  du Bassin ont donc transmis ce communiqué à la presse :

 

            Europe Ecologie-les Verts et le Front de Gauche du Bassin communiquent :

 

            Non aux fermetures de bureaux de poste du Bassin, non à leur transformation en Agences Postales Communales (APC). 

            Malgré nos communiqués de presse, malgré un rassemblement de la population devant le bureau de poste de Cransac fin novembre, malgré l'alerte lancée par le maire de Livinhac qui s'insurgeait, lui aussi, des fermetures inopinées et fréquentes du bureau de poste Livinhac et malgré la  déclaration à la presse de la directrice régionale de la communication de la Poste, qui disait en octobre que les bureaux de poste allaient fonctionner normalement, l'année 2015 a débuté avec à nouveau des fermetures de ces bureaux. 

            La direction de La Poste reste sourde à nos protestations et à celle de nos élus.

Elle continue son petit travail de sape de nos bureaux, un jour oui, un jour non ! Déshabituant ainsi la population à utiliser ce service public de proximité et la poussant à aller directement à Aubin ou Decazeville.

            Ainsi, elle aura beau jeu de pouvoir dire : « ces bureaux sont peu fréquentés, nous vous proposons de les remplacer par des APC, si vous refusez nous ne pourrons leur garantir un fonctionnement régulier ». 

            Nous appelons les élus à ne pas céder à ce chantage, les APC ne sont pas des bureaux de poste de plein exercice. Elles ne rempliront pas leurs fonctions bancaires et une grande partie de la population du Bassin a besoin de cette fonction pour leur proximité, n'oublions pas que les banques du Bassin ont fermé la plupart de leurs agences à l'exception de celles de Decazeville. La Poste est la banque des foyers aux revenus les plus modestes et les moins mobiles, son implantation dans toutes les localités du Bassin est indispensable.

            Le « Tous Ensemble » se réunira le 15 janvier et cette question sera abordée au cours de son assemblée. Nous soutiendrons les initiatives qu'il décidera de mettre en place pour la défense de ce service public pour le développement du Bassin et la satisfaction des besoins de sa population.

Photo : jlc creative commons -88x31.png

08/07/2011

Passage à Capdenac-Gare et arrivée à Livinhac-le-Haut de la Randonnée vélo « Pour la Véloroute Vallée du Lot »

véloroute,Vallée du Lot,Livinhac,Capdenac-Gare,Depuis 1999, l’AF3V (Association Française de développement des Véloroutes et Voies Vertes) demande aux cinq départements concernés, l’aménagement de "la Véloroute de la Vallée du Lot" : un itinéraire cyclable sécurisé de 550 km, entre Aiguillon (embouchure du Lot avec la Garonne) et les sources du Lot.

Pour faire la promotion de ce parcours, une équipe d'une cinquantaine de cyclo- randonneurs effectue actuellement le trajet sur les routes existantes du 4 au 13 Juillet. 

A Chaque étape est prévue une rencontre avec la population, la presse et les élus locaux. L'objectif de cette démarche est de demander :

- Le raccordement d'Aiguillon à la véloroute du Canal des deux-mers (8km).

- L'amélioration des 150km déjà ouverts dans le Lot-et-Garonne et le Lot.

- Le prolongement dans le Lot, l'Aveyron et la Lozère, dont l'aménagement de la partie Aveyronnaise de Capdenac-gare à St-Laurent-d’Olt (146km).

Lors de l'étape Cajarc / Livinhac-le-haut, le groupe sera de passage à Capdenac, le Samedi 9 Juillet entre 11h30 et 14h00 pour un pique-nique tiré du sac, au petit bois sur les berges du Lot (ou à la salle Agora en cas de pluie). Le café est offert par l'Association "Courant d'arts".

L’arrivée de l’étape est prévue à 16h30 à Livinhac-le-Haut ou une petite réception à l’invitation du Maire de Livinhac et de l’AF3V est prévue à 18h.

véloroute,Vallée du Lot,Livinhac,Capdenac-Gare,Tout le monde est convié à venir faire un bout de chemin avec les randonneurs.

Venez nombreux soutenir ce projet qui sera bénéfique aux habitants et à l’économie touristique.

 Pour tous renseignements voyez le site dédié à cette randonnée cyclable 

L'article de La Dépêche du Midi : Livinhac, étape d'une rando militante samedi

Cliquez sur les photos pour les agrandir

31/03/2010

Les quarante ans du Folijeu

FOLIJEU - VISITE DE M LAFON.jpg

Le FOLIJEU, le Foyer Livinhacois des Jeunes, fêtera cette année ses 40 ans. Je faisais parti des pionniers de cette aventure qui dure encore. En quarante ans, le foyer a connu des hauts et des bas. Plus centré sur des activités culturelles, sportives et éducatives dans les premières années, il a évolué dans les années 80 avec l’organisation de concerts de rock très courus qui ont conduit à  l’éclosion et à la renommée de nombreux groupes locaux (j’y reviendrai sûrement plus longuement cet été par une série de notes sur ce blog).

Du local de la place de l’Eglise, devenu depuis gîte d’étape des marcheurs du GR 65, le FOLIJEU est parti en 1973 au stade avec un premier local monté de nos propres mains (et de l’aide technique extérieure) grâce à l’opération « Mille clubs ». Suite à l’incendie accidentel de ce local à la fin des années 90, un nouveau local a été construit sur le même emplacement.

Durant ces 40 ans, le FOLIJEU a toujours organisé le fameux « Cabanou » de Livinhac.

nomads.jpg

 

Pour célébrer ce 40ème anniversaire, les membres actuels et tous les anciens adhérents sont donc invités à participer à un repas le samedi 15 mai 2010 à 12 h à la salle des fêtes de Livinhac remise à neuf tout récemment.

Une participation financière de 10 euros vous sera demandée sur place.

Il faut une réponse avant le 10 avril.

Avec l’invitation ci-dessous, figure une liste des membres très incomplète. Si vous pouvez contacter des personnes susceptibles d’avoir été oubliées et éventuellement de compléter certaines adresses manquantes vous en serez remerciés.

 

En espérant que nous serons nombreux le 15 mai 

Téléchargez ci-dessous le bulletin d'inscription et la liste (772 Ko) : 

Folijeu-40eme anniversaire.pdf

27/07/2009

A vélo sur nos routes

cyclo-livinhac.jpg

Les cyclos-randonneurs sont de plus en plus nombreux dans la vallée du Lot. Cyclistes isolés ou en groupe, ils traversent les villages et s’aventurent même à Decazeville où ils étaient une dizaine la semaine dernière à faire une pause sous les platanes du monument aux morts.

L’aménagement pour les cyclistes de la Vallée du Lot devient une réalité dans le Lot-et-Garonne qui était déjà précurseur en aménageant la véloroute sur 80 kilomètres. Il semblerait que le département du Lot ait la volonté de faire de même. Seul, l’Aveyron n’a toujours pas compris l’intérêt de s’engager fortement vers ce tourisme durable mais aussi lucratif, les cyclo-randonneurs consommant sur leur trajet pour se nourrir et se loger. C’est le même tourisme que celui du GR 65 dont nous connaissons maintenant bien toutes les retombées.

Vélo couché Lot Penchot.web.jpg

Des circuits commencent à se développer tel cette randonnée cyclable de 5 jours / 4 nuits, d'hôtel en hôtel, en 1/2 pension à partir de Villefranche-de-Rouergue et passant par Capdenac et Cajarc.

Mais la cinquantaine de cyclo-randonneurs traversant notre territoire tous les jours le font sur des circuits beaucoup plus longs, d’Aiguillon à Mende et même parfois beaucoup plus

L’aménagement de la véloroute de la Vallée du Lot doit maintenant être une priorité, tant pour les cyclos-randonneurs que pour les touristes et les habitants de nos villes et villages pour leurs déplacements quotidiens et de loisirs.

Sur les photos, un groupe de cyclos-randonneurs traversant Livinhac et un cyclo-randonneur sur un vélo couché sur la RD 627 longeant le Lot entre Livinhac et Penchot (cliquez sur les photos pour les agrandir).

 

route dégradée.jpg

La route départementale 21 dans la « Côte de Montredon » entre Livinhac et le croisement de Bagnac va-t-elle être transformée en voie ferrée ? C’est ce que l’on pourrait croire en regardant les bas-côtés jonchés de pierres de ballast venant de la carrière de Bagnac.

 

Non. Ce ne sont que des pierres tombant des 4 000 camions qui sont en train de faire la navette entre la carrière et les travaux de rénovation de la ligne Rodez-Toulouse entre Rodez et Albi (voir note sur ce sujet). 


routedégradée.jpgCette route est d’ailleurs fortement dégradée par le passage  de ces poids lourds, la chaleur faisant fondre le goudron n’arrangeant rien.

Les cyclistes sont là aussi les premiers en danger. Certes des panneaux annoncent la « projection de gravillons », mais les gravillons qu’ils risquent de trouver font environ 7 centimètres d’arête et pèsent 250 grammes. Des gravillons de gros calibre !