Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/02/2012

Des nouvelles de mon blog

blog-frequentation.jpgSix ans après l’ouverture de mon blog, je m’aperçois que je n’ai jamais parlé de sa fréquentation. Depuis le début, en février 2006, c’est une augmentation régulière des visiteurs avec il est vrai, des pointes lors des élections locales.

Actuellement, c’est une moyenne d’un peu plus de 1 600 visiteurs uniques qui visite mensuellement mon blog. Ce sont environ 9 000 visites mensuelles et entre 16 000 et 20 000 pages mensuelles qui sont visionnées.

Mon blog est répertorié dans la cartographie de la blogoshère politique qui est un visuel interactif réalisé par Le Monde et il est également répertorié sur quelques agrégateurs de blogs et sites internet comme aveyron.in.

Certaines notes connaissent plus de succès que d’autres. C’est le cas de notes traitant de dossiers locaux (Bassin ou Aveyron). Mais des notes traitant de sujets bien particuliers connaissent également une audience importante. C’est le cas notamment de notes traitant des animaux, dont une où j’expliquai ma position sur les cirques.

Par contre, je reçois peu de commentaires à travers le blog. Ils sont plutôt oraux, notamment pour les notes traitant de dossiers locaux.

Pour terminer, je tiens à remercier toutes celles et ceux qui viennent régulièrement consulter mon blog et la presse locale qui en fait régulièrement état. 

22/02/2012

La Découverte vue du ciel

Le site VuDuCiel propose des vidéos tournées en Aveyron à partir d'un planeur radiocommandé.

Ci-dessous, une vidéo tournée au lac de la Découverte à Decazeville par une belle journée d'automne.

Visiblement, sans aucun aménagement spécifique, le site grandiose de la Découverte est apprécié et est déjà le théâtre de nombreuses activités.

D'autres vidéos tournées en Aveyron sur ce site : Salles-la-Source, Bozouls, Marcillac, Bertholène...

VuDuCiel - La Découverte(Decazeville) - 30-10-2011 from n0va on Vimeo.

24/07/2011

Evolution des intercommunalités : des délibérations ambiguës

Carte interco.jpgJ’avais déjà précisé dans une précédente note le caractère peu démocratique dans lequel était mis en place ce processus d’élargissement des EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunale).

 Mais il y a quelque chose de désespérant à voir les atermoiements de certaines collectivités locales dans ce processus. Dans ce « jeu des égo » « moi je suis la plus belle, je ne veux pas me marier avec la voisine parce que la dot n’est pas intéressante, parce que elle n’est pas jolie, parce qu’elle n’a pas d’avenir… », certaines communes et communautés ne sont pas en reste. Des communes ou communautés de communes sont-elles beaucoup plus riches ou beaucoup plus endettées que d’autres sur notre territoire ? J’ai bien peur que toutes soient au même niveau et que l’avenir nous réserve beaucoup de difficultés si nous ne nous unissons pas.

Des questions subsistent. Pourquoi la ville de Decazeville et la communauté de communes Decazeville-Aubin ont-elles dénigré la communauté de communes de la Vallée du Lot sur leurs délibérations (voir en bas de note pour les télécharger), pour les inclure tout de même dans leurs propositions définitives de périmètre ?

Mais il faudra également que M le Maire de Flagnac et président de la communauté de communes de la Vallée du Lot m’explique et surtout explique aux habitants d’Agnac (commune de Flagnac) et des autres communes de sa communauté qui travaillent pour la plupart à Decazeville, Viviez ou Aubin…, fréquentent les associations de Decazeville, vont au cinéma, aux spectacles et loisirs à Decazeville, pratiquent une activité culturelle ou sportive à Decazeville… qu’il va falloir désormais travailler avec les communes du canton de Conques et surtout pas avec Decazeville. Je n’ai bien sûr rien contre le canton de Conques, mais il y a des décisions de certains élus qui sont difficiles à comprendre.

Pendant ce temps, les autres avancent. Villefranche est en train de réaliser une communauté avec un périmètre intéressant et Figeac a déjà une communauté avec plus d’une trentaine de communes.

Pourquoi j’ai voté la délibération de la communauté de communes et pas celle de la commune de Decazeville ?

cc.jpgComme je l’ai dit en conseil municipal et communautaire, je souhaitais un texte positif :

-      qui incite l’Etat et la CDCI à aller dans le sens de nos propositions

-      et qui donne envie aux collectivités avec qui nous souhaitons travailler de nous rejoindre

Sur ces deux points, c’est raté !

Dans les deux délibérations, je trouve très sévère le diagnostic sur la fusion des intercommunalités Decazeville-Aubin et de la Vallée du Lot

-      d’abord parce qu’il ne s’agit que d’une étape intermédiaire dans le processus de fusion proposé par le SDCI

-      parce que cette fusion apporte des espaces agricoles, forestiers et naturels, espaces qui prendront de plus en plus de valeur à l’avenir,

-      ensuite parce qu’avec le potentiel touristique des deux communautés de communes, l’offre devient réellement intéressante.

-      Et enfin parce qu’il s’agit d’une fusion naturelle ; de nombreuses passerelles entre les populations existent entre les deux communautés et qu’il serait ridicule que les élus soient les derniers à s’en apercevoir.

Lire la suite

15/07/2011

La vie après le charbon sur papier glacé

La vie après le charbon - Friture.jpgLe numéro 13 de Friture, le média des possibles dans le Grand Sud, vient de sortir. Dans ce numéro, on peut retrouver l’article de Christophe Pélaprat consacré à Decazeville : la vie après le charbon. Cet article, d’abord sorti en version électronique sur le site de Friture, avait été repris par le site d’informations en ligne Médiapart.

Dans ce numéro qui marque une nouvelle étape de ce magazine, vous trouverez un entretien avec Paul Ariès « le défi de ce siècle est d’aller vers moins de biens et plus de liens », un article sur les éco-hameaux dans le grand sud et le manque de soutien politique des élus locaux, des dessins de Samson dont un reportage dessiné sur les déboires de Tom et Léa et leur yourte ariégeoise...

J’ai une quarantaine d’exemplaires de ce numéro que je peux mettre à votre disposition (1,50 euro le numéro). Téléphonez-moi au 06 85 39 04 98 ou contactez-moi par mail.

08/07/2011

La Fête des langues à Decazeville, c'est ça !

Pas besoin de faire de grands commentaires sur la Fête des Langues organisée par Mescladis et 2KZ le week-end dernier à Decazeville. Cette vidéo réalisée par Jérôme Gardes retranscrit le climat de générosité, de convivialité et la qualité des spectacles proposés.


Mescladis 2011 - La fête des langues de... par electronfr12

16/06/2011

Une réunion publique d'Europe ecologie - Les Verts à Decazeville

primaires-tlse.jpgEurope Ecologie – Les Verts a décidé d’aller à la rencontre des Aveyronnais avant la trêve estivale et pour cela organise à travers le département une série de réunions publiques dans les principales villes.

Après Villefranche-de-Rouergue le 14 juin, c’est à Decazeville que se déroulera la prochaine réunion (en même temps qu’à Rodez).

eelv-cafés citoyens-0611.jpgCe sera l’occasion d’échanger sur les problèmes majeurs du moment : énergies, transports, chômage, précarité, agriculture, climat, eau, économie… mais également sur les élections primaires qui vont permettre aux écologistes de choisir leur candidat à la prochaine élection présidentielle.

Ce sera également l’occasion de discuter de dossiers spécifiques au Bassin : santé, intercommunalités, zones d'activités...

 

Venez rencontrer les élus, adhérents et coopérateurs écologistes du Bassin et débattre avec eux à partir de 20 h 30 à :

Decazeville le 23 juin au Jardin public, Esplanade Jean Jaurès (giratoire de la gendarmerie)

Sous le kiosque à musique en cas de pluie

 Pour être sûr de pouvoir s'asseoir, portez un siège

17/12/2010

Petite explication sur mon vote concernant le SCoT

Guide SCoT et DD - Une.jpg

Les explications de la presse étant un peu courtes sur mon vote concernant le ScoT (Schéma de Cohérence Territoriale) lors du dernier conseil municipal de mercredi dernier, je vais donc les compléter ici.

Je m’intéresse depuis pas mal de temps aux ScoT. Ils existent depuis la loi SRU du 13 décembre 2000 et ils bénéficient maintenant des petits progrès engendrés par les lois Grenelle 1 et 2 de 2009 et 2010.

J’étais de plus la semaine passée au conseil régional à Toulouse à une conférence sur les ScoT où un guide méthodologique nous a été présenté.

 

Qu’est-ce qu’un ScoT ?

Ce schéma vise à répondre à des menaces importantes qui pèsent globalement sur notre planète mais également sur nos territoires : étalement urbain, surconsommation d’espaces, dépérissement de certains quartiers, ségrégation sociale et inégalités écologiques, surcoût des infrastructures, déploiement des transports individuels, réchauffement climatique…

Le danger de l’étalement urbain et de la surconsommation d’espaces sont hélas bien réels. L’artificialisation des espaces gagne en France la superficie d’un département tous les dix ans, une surface comme l’Italie tous les ans au niveau mondial. Même en Midi-Pyrénées ce grignotage des terres agricoles se réalise au rythme de 3 % par an comme l’a souligné M. Malvy lors de cette conférence. L’Aveyron et le Bassin de Decazeville ne sont bien sûr pas épargnés.

Outre les problèmes alimentaires que cela pourrait poser à plus ou moins longue échéance, c’est également une perte abondante et continue de la biodiversité qu’il en résulte à travers le recul de la nature mais aussi à cause des fortes coupures des espaces naturels dues aux espaces artificialisés nouveaux (lotissements, zones d’activités diverses, zones commerciales…) et aux infrastructures de transports qui les accompagnent.

Les ScoT sont des documents de planification qui visent donc à la protection et à la mise ne valeur des espaces naturels, agricoles et forestiers, et des paysages, à la préservation des ressources naturelles, à la lutte contre l’étalement urbain, à la préservation et à la remise en état des continuités écologiques. Mais pas seulement.

L’habitat, les transports collectifs, les implantations commerciales, le développement économique, touristique et culturel, les communications électroniques (comme alternatives aux déplacements individuels notamment)… tout cela est intégré dans les ScoT.

De plus, ces ScoT s’inspirent des schémas de collectivités de rangs supérieurs et s’imposent aux documents inférieurs (PLU, cartes communales…). C’est aussi ce qui fait peur à certains de mes collègues qui ont peur que les communes perdent leur pouvoir de décision en matière d’urbanisme, alors que ce pouvoir sera juste encadré pour des raisons évidentes expliquées plus haut.

Nous avons l’obligation d’intégrer un ScoT avant 2013 et donc, vu la longueur du processus, de déclarer un périmètre sur lequel agirait ce schéma avant le 31 mars 2011.

quercy-rouergue - leader.jpg

Le périmètre proposé pour notre conseil municipal était celui de l’actuel Pays Rouergue Occidental.

Je ne reviendrais pas sur la création de ce Pays, dû à l’autoritarisme de l’ancien président du conseil général avec la complicité de l’ancien conseiller général de Decazeville, alors que le bon sens aurait voulu un Pays Quercy-Rouergue (Decazeville - Figeac - Villefranche). Pour ces deux personnages, l’histoire a depuis heureusement tranché, mais le mal est fait. Et les dix ans de perdus ne seront jamais rattrapés et auront peut-être des conséquences désastreuses.

Mais le Pays Rouergue Occidental est actuellement le seul territoire assez vaste sur lequel nous pouvons nous appuyer pour l’élaboration d’un SCoT.

Les ScoT ont maintenant presque dix ans d’existence et on commence à avoir des retours d’expériences intéressants. Beaucoup regrettent le sous dimensionnement des périmètres et s’apprêtent à les modifier et tous notent que les enjeux environnementaux ne connaissent pas de frontières.

Le Scot de la grande agglomération toulousaine, actuellement en enquête publique, intègre d’entrée une charte Interscot avec les trois autres ScoT de l’aire urbaine de Toulouse.

Pourquoi ne pas s’inspirer de cette expérience en créant d’entrée une charte Interscot avec d’autres territoires voisins comme le Pays de Figeac par exemple ?

Le périmètre du Pays Rouergue Occidental me paraissait donc le plus pertinent et le décider mercredi dernier lors du conseil municipal aurait permis de nous lancer rapidement dans la construction de ce ScoT. Voilà pourquoi je me suis abstenu lorsque M le Maire à proposé de surseoir à cette décision. Je regrette donc que mes collègues du conseil municipal, droite et gauche confondus, n’aient pas compris l’enjeu de cette décision.

On ne peut malheureusement pas exclure qu’il y ait eu aussi des pensées bassement politiciennes, peut-être pas pour les mêmes raisons selon que l’on est de droite ou de gauche.

Mais je ne vois pas quel nouveau périmètre pourrait proposer la « commission spéciale urbanisme » decazevilloise proposée pour résoudre ce problème alors que la plupart des communes ont décidé de suivre le périmètre du Pays Rouergue Occidental. Va-t-elle proposer un périmètre où Decazeville serait le centre ?

Je ne suis pas sûr que tout le monde suive

Téléchargez la présentation que j’ai réalisée pour ce conseil municipal (552 Ko) : SCoT - CM du 151210-web.pdf

Voir l’article de Midi Libre : Les élus réservés sur le ScoT

Voir l’article de La Dépêche du Midi : ScoT : Decazeville veut réfléchir

01/11/2010

Les antennes relais installées contre le central téléphonique à Decazeville

antenne dkz - instal - 281010.jpg

Dans une note récente pour soutenir les amis d’Auzits qui luttent contre l’installation d’une antenne téléphonique proche d’habitations, j’avais tort de me réjouir du fait que les antennes prévues à Decazeville n’étaient toujours pas installées.

C’est maintenant chose faite. Tous les manifestants qui défilaient jeudi dernier contre la réforme des retraites de Sarkozy ont pu voir l’imposante nacelle permettant aux techniciens d’accéder en haut de la façade nord du bâtiment contenant les installations de France-Télécom pour y monter ces antennes.

Ces antennes, l’une orientée vers la Mairie, la zone commerciale et la zone du Centre, l’autre vers l’immeuble HLM des Casernes, la crèche intercommunale… se rajoutent à d’autres antennes déjà installées sur le toit du central. Elles sont prévues pour la technologie UMTS (1 800 Mhz - 41V/m) et 3G (2 100 Mhz - 61V/m).

Je rappelle, à ceux qui nous jugent pour des babas attardés, que nous ne sommes pas viscéralement et dogmatiquement opposés à l’installation d’antennes téléphoniques. Ayant moi-même un téléphone portable qui me rend bien des services, je comprends qu’il faille des antennes. Mais nous demandons l’application du principe de précaution. En attendant d’en savoir un peu plus sur les effets des rayonnements électromagnétiques des antennes, on doit limiter leur puissance à 0,6 V/m (soit 100 fois moins que les antennes installées actuellement pour le 3G), tout comme on doit agir sur la puissance des appareils téléphoniques, comme cela se fait déjà dans de nombreux pays européens.

Je rappelle également que je me suis retrouvé bien seul pour m’opposer à l’installation de ces antennes, la plupart de mes collègues élus ne m’ayant pas suivi et les riverains de ces antennes n’ayant pas beaucoup réagi. Mais cela ne m’empêchera pas de poursuivre ce combat, à Decazeville, à Auzits et ailleurs.

En attendant, essayons de nous exposer le moins possible au rayonnement de ces nouvelles antennes.

L'article de presse de Centre PresseDeux antennes de télécommunication en plus dans le paysage decazevillois.pdf

08/10/2010

Antenne téléphonique à Auzits dans l’Aveyron

auzits-antenne.jpg

Il n’y a pas qu’en ville que l’installation d’antennes téléphoniques pose problèmes. Les zones rurales ne sont pas épargnées. A Auzits, petite bourgade de l’Aveyron située sur deux lieux (Auzits et Rulhe), l’endroit choisi par Orange pour installer son antenne ne semble pas plaire à une partie des habitants. Et on les comprend. Les premières habitations sont situées à moins de 200 m. Mais c’est surtout sur la manière dont est arrivée ce projet qu’il faut s’attarder. Aucune information n’a filtré de la mairie et le dialogue entre les élus et les riverains n’a à aucun moment été réalisé. Tout a été fait dans le plus grand secret.

D’ailleurs, un autre projet intéresse les membres de l'association BVA (Bien Vivre à Auzits). C’est celui de la création d’un créneau de dépassement sur la RD 840 dans la côte d’Hymes. Là aussi, le climat n’est pas bon. Pourtant les riverains ont posé des questions et proposé des solutions concernant les problèmes fonciers. Mais là aussi, c’est le silence complet.

Sans vouloir être un donneur de leçon, il est encore temps pour les élus locaux et les responsables de ces projets d’ouvrir un dialogue avec les personnes concernées sur ces deux problèmes. Avec peut-être, si cela est nécessaire, la médiation de l’Etat comme les responsables de BVA semblent le souhaiter. Les membres de BVA ne sont pas de dangereux extrémistes, ils proposent des solutions, ils sont prêts à dialoguer si on les respecte.

Les membres de BVA qui ont empêché l’installation de cette antenne vendredi campent actuellement sur le site. Je suis allé les soutenir hier après-midi.

Une manifestation est prévue samedi 9 octobre à 14 h. Le rendez-vous est fixé devant la mairie d’Auzits pour se rendre ensuite sur le site.

J’ai connu les mêmes problèmes à Decazeville avec les projets d’installation d’antennes à Pomeyrol et sur le central téléphonique en centre ville et je m’y suis opposé avec véhémence. Ils ne sont toujours pas réalisés. Heureusement !

Je serai donc samedi à Auzits pour soutenir l’association BVA et j’invite le maximum de personnes à nous rejoindre.

Europe Ecologie – Les Verts du Rouergue Occidental soutiennent les propositions de BVA pour ces projets et demandent qu’une réunion de concertation soit organisée avec l’association BVA, les élus locaux et les porteurs de ces projets pour trouver un consensus.

La Dépêche du Midi et Midi Libre ont consacré dernièrement des articles à Auzits.

25/09/2010

Le Salon Eco-Energies Midi-Pyrénées à Decazeville

affiche2010.jpgC’est le week-end prochain que se déroulera la 4ème édition du Salon Eco-Energies Midi-Pyrénées à l’espace Le Laminoir à Decazeville avec un programme des plus intéressant.

La journée du vendredi 1er octobre sera réservée aux professionnels (collectivités, bailleurs sociaux, organisme en lien avec l’habitat…) et traitera des apports du Grenelle II en matière d’urbanisme, d’habitat et d’énergies avec de nombreux témoignages et organismes divers.

A 18 h, suivra une conférence organisée par la CAPEB en collaboration avec la Communauté de Communes du Bassin Decazeville-Aubin à destination des artisans. Les thèmes : l’efficacité énergétique, la Réglementation Thermique 2012 et la marque « Eco Artisan ».

Téléchargez le programme de cette journée (1,5 Mo) :

Invitation journée professionnelle.pdf

Toujours le vendredi, mais à 20 h 30 et au cinéma « La Strada » (situé en face du Laminoir), suivra la soirée : « L’après pétrole, des territoires se préparent ». Explication du « pic pétrolier », film documentaire sur les « villes en transition » et débat.

Téléchargez le programme (596 ko) :

Flyer Après pétrole.pdf

Les 2 et 3 octobre, le salon sera ouvert au grand public avec plus de 70 stands pour trouver des conseils et des offres en matière d’économies d’énergies, d’énergies renouvelables, de mobilité, d’habitat…

Sur ce salon, vous pourrez voir des démonstrations et des animations réalisées notamment par l’association Canopée. Vous pourrez également assister aux nombreuses conférences qui se dérouleront tout le long de ces deux journées.

Téléchargez le programme des journées grand public (1,1 Mo) :

Journée grand public.pdf

 

23/09/2010

L’après pétrole : des territoires se préparent

peakoil-graph.jpg

Le pic pétrolier arrive. C’est à dire le moment où la production mondiale de pétrole plafonnera puis commencera à décliner du fait de l'épuisement des réserves de pétrole exploitables. Certains disent que nous l’avons déjà atteint. Certes, il restera toujours du pétrole, mais à quel prix !

Mais notre dépendance au pétrole est énorme. On le retrouve partout : énergie, asphalte, plastiques, chimie… Dans un avenir proche, nos modes de vie risquent de changer. Il faut donc nous y préparer.

C’est ce que tentent de faire les « Villes en transition ». Elles sont de plus en plus nombreuses, d’abord en Angleterre où le mouvement est né, puis aux USA, au Canada et aussi en France. Des grandes villes comme Bordeaux ou Grenoble, mais aussi des communes plus petites comme Salies-de-Béarn, Sucy-en-Brie ou Le Trièves ont choisi de s’associer à ce mouvement.

Il s'agit pour elles d'inciter leurs concitoyens à prendre conscience du pic pétrolier, de ses profondes conséquences, et de l'urgence de s'y préparer en mettant en place des solutions.

Les solutions qu’elles tentent de mettre en place doivent à la fois tenir compte de la fin prochaine du pétrole abondant et à bon marché mais aussi de l'impératif de réduction drastique des émissions de CO2.

Les initiatives sont multiples, ingénieuses, solidaires, adaptées à la réalité locale, parce que c'est souvent près de chez nous que se trouvent les gens, les ressources et les solidarités pour agir.

Dans le cadre du Salon Eco-Energies Midi-Pyrénées

Cinéma La Strada – DECAZEVILLE

Vendredi 1er octobre 2010 – 20 h 30

tcaminel.jpegLe pic pétrolier : Thierry Caminel

Thierry Caminel est ingénieur INSA et il s’intéresse depuis longtemps au pic pétrolier, à ses conséquences et aux réponses à y apporter.

 

 

intransition.jpg

 

Un film documentaire : In transition 1.0

" In Transition" est le premier film détaillé sur le mouvement des villes en transition, filmé par ceux qui connaissent le mieux le sujet, ceux et celles qui sont en train de changer les choses. C’est un film optimiste, axé sur des solutions pratiques, transposables concrètement dans notre vie de tous les jours.

49 mn en Anglais, sous-titré en Français

Débat avec la salle

Animé par l’association Canopée

Soirée organisé par la Communauté de communes du Bassin Decazeville Aubin

Renseignements au 05 65 43 95 00

 

20/09/2010

Succès du week-end vélo sur le Bassin

thermes2.jpgLa bourse aux vélos d'occasion organisée samedi 18 a connu un petit succès. Il faut dire que c'était une première sur le Bassin. Première qui appellerait sûrement une suite.
Avec un temps magnifique, les 25 à 30 cyclistes qui ont participé à la rando vélo du dimanche 19 ont vu les difficultés à rouler dans le Bassin, mais aussi les formidables opportunités en matière de déplacements à vélo qu'il serait possible de réaliser.
Cette rando vélo était jumelée avec les Journées du Patrimoine. Au vu des avis des participants, la découverte du Bassin à vélo pourrait faire l'objet d'une offre touristique intéressante.
Cette randonnée a aussi été l'occasion pour de nombreuses personnes de tester les vélos à assistance électrique prêtés gracieusement par divers marchands de cycles.
Vous pouvez voir quelques images de cette animations en feuilletant l'album photo
Ci-dessous, un petit film souvenir de ces deux jours d'animation autour du vélo
Cette animation était le moment choisi pour faire la présentation du "Schéma modes doux" du Bassin. Vous pouvez ci-dessous télécharger le document réalisé à cette occasion (1,3 Mo et 1,7 MO).

06/09/2010

Tous à vélo les 18 et 19 septembre dans le Bassin

bougezautrement.jpg

A l’occasion de la semaine européenne de la mobilité, la Communauté de communes du Bassin Decazeville Aubin organise 2 journées de manifestations autour du vélo pour sensibiliser aux alternatives à la voiture et présenter son schéma des circulations douces.

Bande annonce de cette manifestation :


TOUS A VE�LO A� DECAZEVILLE LES 18 ET 19/09
envoyé par calmettes. - L'info video en direct.

Samedi 18 septembre : « Le vélo dans tous ses états »

-       sur le parking du Laminoir (ou à l’intérieur du Laminoir 2 selon la météo) de 10h à 17h30

o      bourse aux vélos et pièces d’occasions (possibilité de vendre soi-même ou de confier la vente à des spécialistes du Vélo Club de Firmi)*

o      essai de vélo à assistance électrique

o      marquage des vélos « bicycode » contre le vol (2 €)

o      exposition concernant le schéma des déplacements doux : vélos & piétons sur le territoire de la Communauté de communes

o      Animations :

-     tout au long de la journée animation musicale avec la cie « Aragon et Castille » : chansons françaises, orgue de barbarie à vélo,

-     jeux pour enfants, château gonflable, buvette,….

-     14h15 & 16h15 démonstrations de BMX Flat avec la participation de 2 champions du monde catégorie expert et professionnel Matthieu BONNECUELLE & Thomas NOYER de l’association Onet BMX Flat.

 

*2 formules sont proposées pour la bourse aux vélos :

-     un vide grenier « vélos et accessoires » - emplacements gratuits

-     une bourse aux « vélos et accessoires » tenue par les membres du vélo club de Firmi moyennant une participation de 10 % des ventes :

-      8h – 10 h : dépôt des vélos & accessoires à vendre (étiquetage des prix)

-      10h – 17h30 : vente

-      17h30 – 18h30 : reprise des invendus et règlement des ventes

-      Inscription conseillée auprès du service transports de 8h00 à 17h30 au 05.65.43.95.00 ou auprès de Didier Gutin à partir de 18h00 au 06.88.97.25.88

Dimanche 19 septembre : « Découvrez le patrimoine du Bassin à vélo ou en bus* »

-       rendez-vous à 14h00 à l’église de Combes,

-       retour vers 18h00 à l’église Notre Dame de Decazeville (possibilité de retour en bus à Combes).

-      randonnée cyclable de 15,6 km sur le thème de la découverte du patrimoine local avec essais de vélos à assistance électrique tout au long du parcours. Randonnée animée par un jeu quizz patrimoine avec de nombreux lots à gagner (un soin thermal, un lot de livres sur le patrimoine local, un abonnement cinéma, etc.)

Circuit traversant les communes de Aubin, Cransac, Viviez et Decazeville sur routes à faible circulation et chemins carrossables. Parcours à faible déclivité à l’exception de 2 côtes : la montée de Combes aux Thermes, et montée du plan d’eau du Gua au Plateau des Forges. Parcours accessible à tous à partir de 10 ans. Port du casque conseillé.

*possibilité de faire le circuit en bus : nombre de places limitées, inscription obligatoire.

Participation gratuite - Rafraîchissements offerts - Inscription obligatoire au 05.65.43.95.00 – service transports ou service animations culture & patrimoine

Pour mémoire, vous pouvez revoir ci-dessous la randonnée cyclable qui s’était déroulé en 2008 dans le Bassin toujours dans le cadre de la semaine de la mobilité.


RANDO VÉLO BASSIN - 200908
envoyé par decazeville-bassin. - L'info internationale vidéo.

Téléchargez ci-dessous le flyer de cette manifestation et faites le circuler :

Dépliant 25 08 10 basse déf.pdf

Manifestation organisée par la Communauté de Communes du Bassin Decazeville-Aubin avec la collaboration du Vélo Club de Firmi, la ville de Decazeville, les Cycles LACOSTE à Decazeville et Figeac, Boutonnet Cycles, Vieilledent Cycles et Intersport à Rodez et Chrono-cycles de Villefranche

14/07/2010

A quand des feux d’artifice moins polluants ?

feudartifice1.jpg

Le complément internet du magazine Terra Eco, terraeco.net, profite du 14 juillet pour ouvrir le dossier des feux d’artifices.

On y apprend tout d’abord, ce dont on se doutait bien, que les feux d’artifices polluent énormément l’environnement que ce soit l’air, les sols, l’eau… mais qu’ils ne sont pas non plus terrible pour la santé. Mais l’article de terraeco.net note que des produits de substitution beaucoup moins nocifs existent et que des sociétés pyrotechniques font maintenant des efforts dans ce sens.

Le Festival intercontinental de Feux d’Artifices qui se déroule le 24 juillet 2010 à Decazeville n’est sûrement pas en reste. On se souvient d'une année où le vent était totalement absent. Les fumées avaient du mal à s’évacuer du site de La Découverte et il était difficile de respirer.

Comment faire un feu d’artifice un peu moins polluant à Decazeville ?

Il faut déjà me semble-t-il essayer d’appliquer au maximum les recommandations en matière d’environnement des partenaires institutionnels : la ville, la communauté de commune, le conseil régional et le conseil général.

J’avais moi-même présenté les recommandations générales en matière d’organisation et d’animation de manifestations éco-responsables pour la ville de Decazeville lors du dernier forum des associations en septembre dernier. Téléchargez ci-dessous (752 Ko) :

manifestations eco-responsables - dkz-260909.pdf

La Région Midi-Pyrénées a édité un guide « Vers l’éco-responsabilité des manifestations » qui est maintenant suivi par de nombreuses associations Aveyronnaises organisant des petites ou grandes manifestations.

La Communauté de Communes Decazeville-Aubin, propriétaire du site, a établi un contrat avec l’organisateur du feu d’artifice afin d’assurer une collecte de tous les déchets et leur tri.

feudartifice2.jpg

Mais l’Afifa (l’association qui gère le festival de Decazeville) peut aller plus loin. Ce serait même un avantage pour la renommée de cette manifestation. On sait que la protection de l’environnement tient maintenant une place importante au cœur des Français. Des efforts en matière de choix des pièces pyrotechniques, des produits chimiques utilisés, des artificiers ; des efforts au niveau de la gestion des déchets, des transports, de la restauration et de la buvette, de l’énergie, des rejets de CO2 (bilan carbone), de la protection écologique du site (faune, flore, sols, eau…), de la communication… permettraient de faire de ce Festival Intercontinental de Feux d’Artifices non seulement un des premiers festival de ce genre en France mais aussi un exemple à suivre pour sa protection de l’environnement et de la santé des spectateurs et organisateurs.

Vous pouvez compter sur moi pour titiller amicalement les organisateurs pour qu’ils essaient de faire des efforts dans ce sens.

Je vous encourage bien sûr à m’aider, mais aussi à venir le 24 juillet à Decazeville. Ca vaut le détour !

28/05/2010

Rayonnements électromagnétiques – 250 personnes à Rignac pour écouter le professeur Le Ruz

Le Ruz - Rignac.jpg

Il y avait du monde mardi soir à Rignac à l’initiative de l’association « Rencontres citoyennes » pour écouter les arguments du professeur Le Ruz contre l’accumulation des rayonnements électromagnétiques qui nous entourent.

Du monde, mais peu d’élus locaux (j’y étais tout de même), la commune de Rignac ayant programmé un conseil municipal le même soir.

Pierre Le Ruz est le Président du Criirem. Il est Docteur en physiologie animale, expert européen en nuisances électromagnétiques et en radioprotection. Il est auteur de livres et publications sur les effets biologiques des radiations non-ionisantes, mais également fondateur du CEPEM (Centre d’Etude en Protection Electromagnétique) et directeur scientifique de l’ABPE-Recherche (Association Biologie Prospective Environnement).

De nombreuses associations régionales (Toulouse, Albi…) étaient là pour témoigner du dur et long combat qu’elles mènent tant pour se battre contre les opérateurs privés de téléphonie mobile que contre l’administration française qui, dans ce domaine, fait preuve d’un laxisme complice notamment dans les contrôles des installations.

Les associations locales de Rignac et d’Auzits ont également tenu à s’exprimer et à souligner le peu de soutient, pour ne pas dire les entraves notamment pour l’accès de documents pourtant publics, de certains élus locaux.

Le professeur le Ruz était venu avec ses appareils de mesure et en compagnie de l’association Rignacoise, avait tenu à mesurer les rayonnements de l’antenne téléphonique à côté de la supérette de Rignac.

Outre que la signalétique au moyen de pictogrammes appropriés était absente, les mesures ont montré des rayonnements de 3V/m sur le parking et au bord de la clôture de l’école. Certes ces mesures sont en deçà de la législation mais au dessus du seuil recommandé par les associations environnementales : 0,6 V/m.

Souhaitons que ces mesures aient des suites rapides, notamment le déplacement de l'antenne comme le demande l'association, et réveilleront les élus locaux.

Concernant Decazeville, l’antenne de Pomayrol n’est toujours pas installée et les nouvelles antennes prévues sur le central téléphonique de Decazeville non plus. Mais la vigilance est de mise car d’importants travaux sur la toiture de ce central ont actuellement lieu.

L’article de la Dépêche du Midi : Rignac. Ces ondes qui menacent

Photo : La Dépêche du Midi

08/04/2010

Le château d’eau du Puech a disparu

Le 19 novembre 2008, le château d'eau du Puech près de l’usine de traitement des eaux, a connu ses dernières heures de fonctionnement. Il a été remplacé par un surpresseur qui permet aux riverains d’avoir une pression constante à leurs robinets.

C’est donc hier à 11h30 précise qu’il a été dynamité avec précision par une équipe spécialisée.

C’est un monument bien visible des alentours de Decazeville qui a disparu sous les regards de curieux et des riverains.
DYNAMITAGE CHATEAU D'EAU DU PUECH - DECAZEVILLE (12)
envoyé par decazeville-bassin. - L'info internationale vidéo.

Lire l’article de Midi Libre : Les artificiers ont dynamité le château d'eau du Puech

 

10/03/2010

Hôpital de Decazeville : un sursis

l'opital c'est vital.jpg

C’est avec soulagement que toutes les personnes présentes hier devant les locaux de l’ARH place Saint-Etienne à Toulouse ont accueilli la décision de renouvellement pour deux ans supplémentaires du financement du service de soins continus du centre hospitalier de Decazeville.

Le combat continue pour garder la chirurgie et la maternité promis à fermeture en 2011.

manif arh-tlse - jlc-mfv.jpgEurope Ecologie était bien réprésenté à cette manifestation puisque Marie-Françoise Vabre, tête de liste pour l’Aveyron aux élections régionales, François Simon, médecin et troisième de la liste en Haute-Garonne et moi-même étions présents pour soutenir les manifestants.

Sur les photos plus bas (que vous pouvez agrandir en cliquant dessus) vous pouvez voir les nombreux « chirurgiens » locaux qui accompagnaient la manifestation.

manif arh-tlse - mfv-fs.jpgazous bidioui - tlse.jpggeorges.jpgjean.jpgpablo.jpgsimone.jpg

Revue de presse :

Midi Libre : L'ARH octroie un sursis de deux ans au service de soins continus

La Dépêche du Midi : Un sursis pour l'hôpital de Decazeville

11/02/2010

Les habitants du Bassin de Decazeville mobilisés pour leur hôpital

manif-hopital-dkz-100210.jpg

Nous étions hier entre 2 500 et 3 000 personnes sur le parvis de l’hôpital de Decazeville pour exprimer notre colère et notre incompréhension face à la décision de l’ARH de ne plus rembourser les soins continus (réanimation). Et qui dit non remboursement des soins continus, dit à terme fermeture de nombreux services, chirurgie, maternité, urgences… et transformation de notre centre hospitalier en maison de retraite.

Tout est fait depuis des années pour saboter le travail de tout le personnel : sous dotation budgétaire, tarification à l’acte qui pénalise les petits hôpitaux, promesses non tenus concernant le bloc chirurgie, le transfert de Bournazel…

 

Hier, la population était là, mais aussi les élus du territoire, ceux des communes urbaines, mais aussi ceux des communes rurales, à l’exception remarquée du président de la communauté de communes de la Vallée du Lot qui a sans voulu une fois de plus montrer son soutien à la politique de Sarkozy, mais qui se démarque un peu plus des habitants de son territoire qui eux étaient nombreux. Souhaitons lui simplement une bonne santé.

 

Comme le souligne le Livre blanc de l’APVF « Les hôpitaux de petites villes : une composante indispensable pour une offre de soins de qualité sur tout le territoire », les dépenses des 500 plus petits hôpitaux français ne représentent que 5 % des dépenses totales de santé mais ces petits hôpitaux constituent un maillage sanitaire essentiel pour « assurer une prise en charge équitable des soins sur le territoire ».

 

Des petits hôpitaux de proximité travaillant en réseau, associés à un politique ambitieuse d’éducation et de prévention des nuisances sanitaires liées notamment à l’alimentation, aux transports, au stress, aux nouvelles technologies non évaluées…, voilà la solution pour l’avenir de nos territoires.

 

Le combat ne fait que commencer et si l’ARH (ou bientôt l'ARS) ne veut pas céder, Decazeville risque de devenir comme le petit village qui résiste dans Astérix (comme l’a dit le docteur Bidioui) ou pour rester en Bretagne, la ville de Carhaix. La mobilisation va s'amplifier.

Les articles de la presse locale :

La Dépêche du Midi : Plus de deux mille personnes mobilisées pour sauver l'hôpital

Midi Libre : Ils étaient près de 3 000, hier, à dire leur attachement à l'hôpital

16/01/2010

L’hôpital de Decazeville une nouvelle fois attaqué

manif-hopital-dkz-0699.jpg

Cela en devient une habitude. Entre les menaces de suppression de services, l’étranglement budgétaire perpétuel et tous les coups bas possibles, le ministère de la santé et leurs représentants locaux ne désespèrent pas de fermer un jour l’hôpital de Decazeville, comme huit autres établissements en Midi-Pyrénées, afin d’en faire de simples hôpitaux locaux de seconde zone.

La loi HPST (Hôpital patients santé territoires) regorge de ratios à atteindre, notamment de sécurité, aussi insignifiants selon que l’on est un grand hôpital ou un hôpital de proximité comme le notre.

Comme cadeau de Noël, l’ARH a signifié à notre hôpital que les soins continus (réanimation…) ne seraient plus remboursés à partir du 1er janvier 2010 parce que n’atteignant pas certains de ces ratios. Ce qui représente un manque à gagner d’environ 300 000 euros par an et donc à terme l’arrêt de ce service. Sans ce service plus question d’assurer la maternité, la chirurgie et la prise en charge rapide d’accidentés. Voilà le programme de l’ARH.

C’est sans compter sur le degré de résistance et de pugnacité du personnel de l’hôpital et des habitants de ce territoire. La réaction s’organise. D’abord interne, puisque le CA de l’hôpital va engager un recours gracieux de cette décision auprès de la tutelle.

Ensuite externe, puisque le collectif "Tous Ensemble", au cœur des luttes locales depuis des années, a décidé d’organiser la résistance sur tout le territoire.

Dans un premier temps, il est demandé à toutes les communes dépendantes de cet hôpital de délibérer rapidement en conseil municipal sur une motion. Ensuite des réunions d’information seront organisées pour arriver à une première manifestation le 10 février 2010 vers 16 h 30 (des précisions plus tard). Ce n’est qu’un début !

Les articles de presse de La Dépêche du Midi :

Decazeville. Le personnel se mobilise face à l'asphyxie budgétaire de l'hôpital

Decazeville. Le collectif Tous ensemble organise la résistance

Les articles de Midi Libre et Centre Presse :

Hôpital : mobilisation en marche

Le CA de l'hôpital demande à la tutelle de revoir sa copie

Hôpital : une première manifestation le 10 février

Rejoignez le groupe Facebook de soutien au Centre hospitalier de Decazeville  en cliquant ici

31/08/2009

Une antenne relais interdite par le tribunal de Créteil au nom du principe de précaution

viviole.jpg

C’est un jugement très important qu’a rendu le Tribunal de Créteil le 11 août dernier, jugement qui en appelle beaucoup d’autres puisque environ 70 plaintes sont actuellement en cours dans toute la France

Dans les motifs de la décision, il est écrit : « Il ressort des études scientifiques abondantes produites au dossier, même si ces études ne sont pas concordantes sur la certitude du danger causé par les ondes émises par les antennes relais de téléphonie mobile, qu’il existe au moins un risque découlant de la propagation des ondes envoyées par ces antennes pour la santé des personnes se trouvant à proximité»

« En prenant le risque de causer des dommages à la santé des occupants de l’immeuble, ORANGE contrevient tant au devoir de prudence qu’au principe de précaution qui s’imposent tous deux en la matière »

L’article 5 de la « Charte de l’Environnement » qui est adossée à la Constitution définie le principe de précaution : « Lorsque la réalisation d’un dommage, bien qu’incertaine en l’état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l’environnement, les autorités publiques veillent, par application du principe de précaution et dans leurs domaines d’attributions, à la mise en oeuvre de procédures d’évaluation des risques et à l’adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage. »

Le tribunal de Créteil a fait une bonne lecture de cet article et a conclu fort justement à un risque pour la santé des personnes se trouvant à proximité.

Alors maintenant que faire :

Laisser la jurisprudence faire évoluer le droit ou légiférer pour abaisser le seuil des intensités des antennes relais (0,6 V/m au lieu de 61 V/m actuellement pour le 3G), sans augmenter celle des téléphones qui est également élevée, comme le demandent les associations spécialisées ? Il est malheureusement peu probable que l’Etat  prenne l’initiative d’une loi dans ce sens.

Que peuvent faire les élus locaux face aux demandes des opérateurs en attendant l’évolution de la législation ?

D’abord, informer les populations concernées par des réunions de concertation préalable à toute installation voire la mise en place d’une commission municipale

Mais les élus locaux ont aussi des possibilités pour s’opposer à l’installation des antennes :

-       Ils peuvent proposer des moratoires qui doivent être limités dans le temps et dans l’espace (comme l’a fait Villefranche-de-Rouergue)

-       Ils peuvent refuser un permis de construire ou une autorisation préalable de travaux pour ces antennes en application de l’article R.111-15 du code de l’urbanisme qui mentionne que les demandeurs doivent respecter les préoccupations d’environnement définies aux articles L.110-1 et L.112-2 du code de l’urbanisme, parmi lesquelles figure le fameux principe de précaution. Ce sera alors à l’opérateur qui a vu sa demande refusée de porter l’affaire devant les tribunaux.

-       Les élus peuvent également redéfinir les conventions d’occupation du domaine public


J’ai été interrogé sur la décision du tribunal de Créteil par Radio Totem le 27 août dernier. En voici des extraits ci-dessous :


podcast


podcast

Le même jour, sur cette affaire, voici l’interview sur radio Totem de Christiane Ballade de l’association PRIARTéM


podcast

ladepeche-calmettes.jpg

Je suis en passe de devenir un spécialiste des antennes relais pour les médias Aveyronnais puisque La Dépêche du Midi, qui a consacré la une de son cahier départemental de ce lundi sur ce sujet, me site abondamment.

En espérant simplement que cela servira au débat et fasse avancer la législation vers plus de protection des personnes et de l’environnement.

D'autres notes sur les antennes relais à Decazeville : 

Les antennes-relais en centre ville de Decazeville se multiplient.

Antennes relais : le Bassin aussi