Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2009

Du bruit pour la planète sur le viaduc de Millau

L’association EVE (Ecomobilité et Voyage Ecologique) organisait hier un rassemblement sur l’aire du viaduc de Millau pour interpeller les citoyens et les élus sur la nécessaire réduction des émissions de gaz à effet de serre, et dans l’immédiat pour que nos représentants trouvent un bon accord en ce sens à Copenhague.

Quoi de mieux que le viaduc de Millau, qui est certes une prouesse technique et une réussite esthétique, pour symboliser une politique des transports du XXème siècle orientée vers le tout routier avec toutes ses nuisances : pollutions de l’air et de l’eau, bruit, insécurité routière…

Vous pouvez continuer à signer la pétition pour l’Appel de Copenhague

21/09/2009

Déviation de Viviez : les vélos totalement oubliés par le département

cycliste-rd840.jpg

Les stratèges de la DRGT (Direction des Routes et Grands Travaux) au Conseil Général continuent à ignorer les cyclistes et à faire des aménagements uniquement pour les voitures et les camions.

L’enquête publique pour les travaux de la 2ème tranche de la déviation de Viviez sur la RD 840 qui se termine le 25 septembre par du principe que, comme la première tranche avait ignoré les vélos, on doit faire pareil pour la 2ème tranche. Edifiant !

Effectivement, les vélos sont interdits sur la 1ère tranche de la déviation de Viviez ouverte en début d’année, mais aucune indication aux giratoires de la Vitarelle, Adam Grange ou celui d’Umicore n’indique aux cyclistes où ils peuvent passer. Alors, de nombreux cyclistes empruntent tout de même la déviation de Viviez (voir photo) au risque d'un grave accident.

Il aurait été pourtant si simple de rajouter une voie pour les cyclistes et les piétons (quitte à utiliser la voie de dépassement) dans l’aménagement de cette déviation.

J’ai bien sûr rencontré le commissaire enquêteur et je vais lui transmettre avant la fin de la semaine mon courrier (voir ci-dessous). Déjà, des personnes ont écrit des messages dans ce sens sur le registre et j’encourage les cyclistes à se rendre à la mairie de Viviez avant la fin de la semaine pour faire de-même.

Le commissaire enquêteur sera présent vendredi après-midi.

Les articles de presse :

Déviation de Viviez - Les cyclistes oubliés.jpgCentre Presse du 25 septembre 2009 : Déviation de Viviez, les cyclistes oubliés (cliquez sur la photo pour agrandir)

Midi Libre du 28 septembre 2009 : Le conseil demande à la DRI une liaison douce sous le futur pont

Midi Libre du 1 octobre 2009 : Voies cyclables, un cas "désespéré"

---------------

 

 

 

Jean-Louis CALMETTES

Relais pour l’Aveyron de l’AF3V  - Association Française pour le Développement des Véloroutes et Voies Verts

Membre de l’Association pour la Défense et la Sécurité des Cyclistes en Aveyron

 

Objet : Enquête publique concernant la 2ème tranche de travaux de la déviation de Viviez

 

Monsieur le Commissaire Enquêteur,

Je tenais à attirer votre attention sur le peu d’intérêt pour les cyclistes et en général pour les circulations douces de ce projet.

Il n’y a aucun aménagement spécifique pour les cyclistes pourtant très nombreux sur cet axe.

Pourtant une loi oblige de tels aménagements. Codifié actuellement sous la forme de l'article L. 228-2 du code de l'environnement, l'article 20 de la Loi sur l'Air et l'Utilisation Rationnelle de l'Energie (dite " LAURE ") du 30 décembre 1996 énonce de la façon suivante les obligations des gestionnaires de voiries urbaines au regard de l'aménagement d'itinéraires cyclables :

« A l'occasion des réalisations ou des rénovations des voies urbaines, à l'exception des autoroutes et voies rapides, doivent être mis au point des itinéraires cyclables pourvus d'aménagements sous forme de pistes, marquages au sol ou couloirs indépendants, en fonction des besoins et contraintes de la circulation. L'aménagement de ces itinéraires cyclables doit tenir compte des orientations du plan de déplacements urbains, lorsqu'il existe. »

La Communauté de Communes Decazeville-Aubin est engagée dans un Plan Global de Déplacement et une étude pour les circulations douces est en cours.

Déjà, la première tranche de ce projet avait totalement ignoré les cyclistes et depuis l’ouverture de la déviation, les cyclistes empruntent tout de même cette déviation, ne sachant pas où aller car aucune indication ne leur indique où passer aux giratoires de la Vitarelle et à ceux de Viviez.

Je demande donc que ce projet comporte au minimum des aménagements cyclables spécifiques, notamment pour le franchissement des deux giratoires de Viviez (ilots de protection d’entrée et de sortie de giratoire, bande cyclable dans le giratoire…), une possibilité pour les cyclistes et les piétons venant de Viviez-Bourg et allant à Viviez-Pont (et vice-versa) de passer sous l'ouvrage d'art de franchissement du Riou-Mort, et dans tous les cas une signalisation horizontale et verticale appropriée pour les protéger et les guider.

Recevez, Monsieur le Commissaire Enquêteur, mes sincères salutations.

-------------

Un panneau pour protéger les cyclistes sur la RD 963 à Decazeville

panneauvelo-rd963.jpgSur la demande de l'Association pour la Défense et la Sécurité des Cyclistes en Aveyron, les services du Conseil Général ont posé un panneau dans la Côte des Estaques pour inciter les véhicules à moteur à faire attention en doublant les cyclistes également nombreux sur cet axe rejoingnant la Vallée du Lot.

Il est malheureusement un peu caché par une clôture située quelques mètres avant. Mais c'est mieux que rien !

Photos : jlc

26/08/2009

Vallée du Lot : nous sommes tous des imbéciles !

housseboat.ecluse.jpg

A en croire les porteurs du projet Aveyronnais de navigabilité du Lot, nous serions des imbéciles, nous n’y comprendrions rien. Eux seuls  détiendraient la bonne parole.

Dans un récent article paru dans La dépêche du Midi, ils qualifient les « anti-navigabilité » d’ignorants ne connaissant pas le dossier.

D’abord, je ne connais pas de personnes qui soient totalement opposées à la navigabilité. La plupart des personnes critiquant ce projet sont irritées par les sommes englouties dans cette réalisation alors que ce n’est pas pour eux la priorité à réaliser sur cette rivière et sur notre territoire.

Mais ils ne sont pas totalement imbéciles. Ils ont bien compris que les moyens financiers attribués à l’aménagement de la Vallée du Lot ne doivent pas aller aux routes ou à l’aménagement des bourgs (bien que les routes aient bénéficié de moyens financiers dans un premier temps dans ce cadre).

Non, ils sont juste en colère de voir les sommes astronomiques dépensées pour la seule navigabilité alors que des projets leur semblent plus urgents.

C’est le cas pour des aménagements afin de modérer les crues, pour la véloroute de la Vallée du Lot, pour diminuer les rejets polluants des particuliers, des agriculteurs et des entreprises, pour l’entretien de la rivière et des berges

Toutes ces actions (et bien d’autres) sont d’ailleurs prévues dans les Axes 2 et 3 du Programme Interrégional d’Aménagement de la Vallée du Lot. Programme qui depuis maintenant 25 ans, bénéficie dans sa très grande majorité à la navigabilité de la rivière.

Comme si depuis 25 ans, le monde n’avait pas bougé, le réchauffement climatique n’existait pas (responsable de plus en plus des crues mais aussi des périodes d’étiage), les pollutions n’avait pas empiré (notamment agricole), que les activités touristiques n’avaient pas évolué et les habitudes de loisirs et de vacances n’avaient pas changé.


Les cyclos-randonneurs au rendez-vous.jpgOn nous dit : la navigabilité, c’est l’avenir

Mais à lire la presse locale, on s’aperçoit que c’est le contraire.

La Dépêche du Midi d’aujourd’hui fait une analyse des tops et des flops touristiques de cet été. Dans les flops, il est noté une baisse de 9 % de la fréquentation sur le Canal du Midi par rapport à 2008. Et dans les tops, il est noté le succès grandissant des randonnées à vélo.

Dans un autre article, il est fait état de la baisse de fréquentation sur la plupart des voies navigables locales : Canal du Midi bien sûr, mais aussi sur la Baïse, la Garonne et le Lot.

Le plus terrible, c’est que l’on va sûrement trouver plus de 30 millions d’euros pour construire la seule écluse de Laroque-Bouillac et que les élus et notables locaux défendant ce projet ne veulent pas mettre 4,7 millions d’euros pour 210 km de véloroutes en Aveyron dont 52 km en site propre, projet qui a beaucoup plus d’avenir, qui rapporterait localement plus et qui est beaucoup moins onéreux.

pont boissepenchot.jpgIls n'ont même pas été capables de trouver quelques dizaines de milliers d'euros pour garder au vieux pont de Boisse-Penchot actuellement en réfection, son aspect d'origine avec les pavés et les rails. Il vont les recouvrir d'enrobé. Par contre, ils vont trouver de l'argent pour l'éclairer et pour acheter un bateau promenade. Désespérant !

Cliquez sur les photos pour les agrandir notamment l'article de Centre-Presse d’aujourd’hui sur le tourisme cyclable sur le Bassin

27/07/2009

A vélo sur nos routes

cyclo-livinhac.jpg

Les cyclos-randonneurs sont de plus en plus nombreux dans la vallée du Lot. Cyclistes isolés ou en groupe, ils traversent les villages et s’aventurent même à Decazeville où ils étaient une dizaine la semaine dernière à faire une pause sous les platanes du monument aux morts.

L’aménagement pour les cyclistes de la Vallée du Lot devient une réalité dans le Lot-et-Garonne qui était déjà précurseur en aménageant la véloroute sur 80 kilomètres. Il semblerait que le département du Lot ait la volonté de faire de même. Seul, l’Aveyron n’a toujours pas compris l’intérêt de s’engager fortement vers ce tourisme durable mais aussi lucratif, les cyclo-randonneurs consommant sur leur trajet pour se nourrir et se loger. C’est le même tourisme que celui du GR 65 dont nous connaissons maintenant bien toutes les retombées.

Vélo couché Lot Penchot.web.jpg

Des circuits commencent à se développer tel cette randonnée cyclable de 5 jours / 4 nuits, d'hôtel en hôtel, en 1/2 pension à partir de Villefranche-de-Rouergue et passant par Capdenac et Cajarc.

Mais la cinquantaine de cyclo-randonneurs traversant notre territoire tous les jours le font sur des circuits beaucoup plus longs, d’Aiguillon à Mende et même parfois beaucoup plus

L’aménagement de la véloroute de la Vallée du Lot doit maintenant être une priorité, tant pour les cyclos-randonneurs que pour les touristes et les habitants de nos villes et villages pour leurs déplacements quotidiens et de loisirs.

Sur les photos, un groupe de cyclos-randonneurs traversant Livinhac et un cyclo-randonneur sur un vélo couché sur la RD 627 longeant le Lot entre Livinhac et Penchot (cliquez sur les photos pour les agrandir).

 

route dégradée.jpg

La route départementale 21 dans la « Côte de Montredon » entre Livinhac et le croisement de Bagnac va-t-elle être transformée en voie ferrée ? C’est ce que l’on pourrait croire en regardant les bas-côtés jonchés de pierres de ballast venant de la carrière de Bagnac.

 

Non. Ce ne sont que des pierres tombant des 4 000 camions qui sont en train de faire la navette entre la carrière et les travaux de rénovation de la ligne Rodez-Toulouse entre Rodez et Albi (voir note sur ce sujet). 


routedégradée.jpgCette route est d’ailleurs fortement dégradée par le passage  de ces poids lourds, la chaleur faisant fondre le goudron n’arrangeant rien.

Les cyclistes sont là aussi les premiers en danger. Certes des panneaux annoncent la « projection de gravillons », mais les gravillons qu’ils risquent de trouver font environ 7 centimètres d’arête et pèsent 250 grammes. Des gravillons de gros calibre !

22/03/2009

Véloroutes et voies vertes : l’Ariège plus fort que l’Aveyron

inaugurationvvv09-train.jpgL’Ariège n’est pas un territoire des plus plats, les dénivelés y sont nombreux. Et pourtant, ce département qui n’est pas un des plus riches de Midi-Pyrénées, à une volonté d’implanter des véloroutes et des voies vertes afin de développer le cyclisme de loisir et de randonnée, vecteur d’un tourisme durable.

L’inauguration hier d’un nouveau tronçon entre Labouiche et La Bastide-de-Sérou a été l’occasion pour Julien Savary, de la délégation régionale de l’AF3V Midi-Pyrénées et Languedoc de s’enthousiasmer devant la réalisation.
« Ce fut une belle matinée sur la Voie Verte, avec un petit train pour les habitants, de nombreux contacts avec les techniciens du Conseil Général, et des discours passionnants où ces techniciens et l’architecte ont expliqué au public ce qu’est une voie verte, et les choix techniques faits pour réaliser une piste bien intégrée au paysage...
Et ils ont réussi, la voie verte est “belle”, et ressemble à un chemin rural, avec peu de barrières, peu de panneaux, des ouvrages d’art réhabilités à l’ancienne, ... tout en étant techniquement excellente (bien roulante).
Techniciens et élus nous ont aussi publiquement annoncé que fin 2009 aura lieu l’ouverture d’un second tronçon de la Voie Verte entre Saint-Girons et Rimont (13km), et qu’en 2010 le dernier tronçon sera ouvert entre La Bastide-de-Sérou et Rimont (13km).
Fin 2010 la Voie Verte offrira donc 42km en continu entre Labouiche et Saint-Girons.
ecolecyclo-vv09.jpgQuel plaisir pour nous qui avons fait ces demandes de voies vertes il y a presque dix ans, de voir que tout ce que nous demandions va être réalisé ! Et même plus!
Alors que plusieurs départements du sud ne font encore rien pour les véloroutes et voies vertes (Gers, Aude, Lozère, Aveyron,...), l’Ariège, petit département à faibles moyens, se lance dans une politique volontariste »


C’est vrai, une telle réalisation me laisse rêveur.
Que de temps et que d’argent perdus en Aveyron ! Pour un département qui se vante d’avoir une politique touristique dynamique, pas un seul kilomètre de véloroute et de voie verte. Pas même d’aménagements cyclables lors de construction ou de réhabilitation de voies départementales en agglomération comme le demande pourtant la loi LAURE. Ne parlons même pas des routes départementales hors agglomération.
L’Ariège a profité de l’installation du réseau de fibre optique pour le THD (Très Haut Débit) pour aménager les voies vertes. L’Aveyron installe le THD sans aménager de voies vertes, même pas de bande cyclable.
Pauvres cyclistes aveyronnais.

Alors que de nouveaux crédits semblent arriver pour l’aménagement de la navigabilité du Lot, pas un mot et pas un centime pour la véloroute de la Vallée du Lot qui coûterait quatre fois moins cher pour aménager 210 kilomètres en Aveyron que les 17 kilomètres de navigabilité loin de tout réseau navigable entre Bouillac et Port-d’Agrès.
Quel gaspillage d’argent public, surtout en ces périodes de crises !

Voir la fiche de la voie verte Labouiche – La Bastide-de-Sérou sur le site de l’AF3V en cliquant ici

Photos 1 et 2 : Julien Savary

25/12/2008

Plan climat territorial et transports collectifs sur le Bassin

La presse locale a fait écho dernièrement de deux domaines où je suis fortement impliqué au sein de la communauté de communes Decazeville-Aubin.

agirpourleclimat-cover.jpgLe premier concerne le Plan Climat Territorial.
Nous avons été la première collectivité en Midi-Pyrénées à nous préoccuper des conséquences du réchauffement climatique et des possibilités qu’ont les collectivités pour en atténuer les effets.
Dès 2005, les domaines de l’énergie et du climat faisaient l’objet de préoccupations des groupes de travail chargés de mener à bien l’Agenda 21 local du Bassin
Notre Agenda 21, labellisé « Agenda 21 local de France » par le délégué Interministériel au Développement Durable, comporte donc un Plan Climat Local.
Un plan en cinq points :
- Réalisation d’un bilan des consommations énergétiques et des émissions de CO2 sur le patrimoine communal (éclairage public compris) et intercommunal afin de cibler les sites sur lesquels agir. Sur cette action, Decazeville est en avance, puisque depuis 2003 nous réalisons ce diagnostic.
- La formation d’un binôme agent technique/élu au niveau des communes à la gestion du suivi des consommations énergétiques. Une première formation a eu lieu dernièrement. Elle a été réalisée avec l’ARPE (l’Agence Régionale pour l’Environnement)
- L’éclairage public. Il s’agit d’abord de réaliser un diagnostic des points lumineux de chaque commune et de créer une base de donnée sur le SIG. Cette base de données permettra de proposer des pistes d’actions à entreprendre. L’adhésion de Decazeville au SIEDA devrait faciliter la mise en place rapide de travaux.
- Les bâtiments de l’OPH de Decazeville. L’ARPE a réalisé des visites conseils sur certains sites afin d’identifier les points noirs et les pistes d’amélioration.
- Et enfin, l’édition d’un guide de sensibilisation « Agir pour le climat », destiné à tous les habitants du Bassin dont j’avais déjà parlé.

Afin de diminuer les rejets de CO2, les collectivités et les particuliers peuvent être producteurs et consommateurs d’énergies renouvelables.
En terme de consommation d’énergie, je ne saurais trop vous rappeler qu’il existe des sociétés qui fournissent de l’électricité 100% renouvelable. Je suis moi-même usager et sociétaire du fournisseur Enercoop. Les collectivités peuvent également se fournir en électricité renouvelable en totalité ou en partie.
Mais on peut également être producteur d’énergies renouvelables : solaire thermique et photovoltaïque, bois énergie, hydraulique, éolien…
La commune de Cransac est en train de terminer l’installation d’une chaufferie bois qui alimentera un réseau de chaleur.

Ce Plan Climat est bien sûr appelé à évoluer car l’objectif d’un tel outil au niveau local est de pouvoir fédérer tous les acteurs d’un territoire en faveur d’une diminution des gaz à effet de serre sur celui-ci.


tub-placedecazes.jpgLe deuxième point sur lequel je suis intervenu dans la presse locale concerne les transports sur le Bassin.

Ca été l’occasion de faire un point sur le TUB et son évolution, sur le nouveau service que nous allons mettre en place : le TAD, le transport à la demande et sur les déplacements cyclables.

Concernant le TUB, les chiffres parlent : 48 000 passagers en 9 mois alors que l’étude n’en prévoyait que 12 300 (certes à 1 euro). Dès le mois de févier, suite aux deux enquêtes de juin dernier, les horaires vont être réaménagés et trois arrêts supplémentaires seront créés.
Le changement du bus pour un bus ayant une capacité bien supérieure devrait intervenir vers la fin du premier semestre avant d’envisager dans les années futures la création d’une deuxième ligne.

La mise en place du TAD (Transport à la demande) devrait intervenir vers la fin février.
Le TAD permettra de compléter l’offre actuelle dans les zones non desservies par le TUB et d’offrir aux personnes à mobilité réduite un moyen de transport facile et au plus près de leurs attentes.
Par un simple appel, vous réservez le TAD, au plus tard la veille de votre départ, en indiquant votre arrêt de départ et d’arrivée, ainsi que l’horaire et le jour du déplacement. Le TAD vient vous chercher à l’heure et à l’arrêt convenus. Vous vous acquittez du paiement de votre voyage auprès du conducteur. Mobilité pratique, écologique et intelligente car les véhicules ne se déplacent qui si les usagers en formulent la demande à certains jours et horaires prédéterminés.

randovelo-ccda.jpgTroisième volet du Plan Global de Déplacement du Bassin, les déplacements cyclables.
La Communauté de Communes va lancer en 2009 un « Schéma de référence d’Itinéraires Cyclables ».
D’or et déjà, nous devons favoriser la création d’un traversante cyclable de Viviez jusqu’à Firmi. Actuellement, la seule voie accessible aux vélos est le chemin piétons/vélos parallèle à la RD 840 entre les giratoires de la Vitarelle et de la gendarmerie.
Il est primordial qu’un aménagement en piste ou voies cyclables soit prévu en même temps que l’ouverture de la déviation de Decazeville-Viviez dans l’avenue Léon Blum, entre le rond-point de la Vitarelle et le stade. Il est également indispensable que le rond-point de la Vitarelle comporte une voie matérialisée pour les cyclistes.
C’est une obligation de la loi LAURE (Loi sur l’Air et l’Utilisation Rationnelle de l’Energie) pour toute nouvelle création de voie, mais c’est aussi le souhait de tous les cyclistes qui ont participé en septembre dernier à la semaine européenne de la mobilité.

Cet aménagement minime en terme technique et financier ne devrait pas poser de problèmes si il y a réellement une volonté politique d'œuvrer pour un développement soutenable.

Avant la création d’autres aménagement pour les cyclistes, l’installation d’une vingtaine d’arceaux de stationnement est prévu en 2009 à Decazeville.

Téléchargez ci-dessous, l’article de presse de Midi Libre sur le Plan Climat :
Le Bassin lance son « Plan climat local » Midi Libre.pdf

Téléchargez ci-dessous, les articles de presse de Midi Libre et La Dépêche du Midi sur les transports collectifs sur le Bassin :
Après le Tub, le transport à la demande (Tad).pdf




14/09/2008

Des bonnes nouvelles pour le vélo dans le Bassin et pour la véloroute de la Vallée du Lot

a79c62cb51ff1c3d8471e8b9bce5e6b7.jpgSe déplacer à vélo dans le Bassin peut sembler incongru à certains. Pourtant, on voit sur nos routes et dans nos rues de plus en plus de personnes se déplaçant à bicyclette. Le coût des carburants, l’envie de pratiquer une activité bénéfique pour la santé, la prise de conscience des problèmes environnementaux… tous ces facteurs poussent à la pratique du vélo.
Malheureusement, il n’y a actuellement aucune réelle politique ni aucune infrastructure pour ce mode de déplacement. Pas de voies ou de pistes cyclables, ni de véloroutes et voies vertes.
La seule voie accessible aux vélos est le chemin parallèle à la RD 840 entre les giratoires de la Vitarelle et de la gendarmerie.
Après avoir mis en place avec succès le TUB (Transport Urbain du Bassin) la Communauté de Communes Decazeville-Aubin a décidé de lancer une étude sur un « schéma de référence d’itinéraires cyclables » et le lancement d’une consultation pour le choix de prestataire à qui la mission de réalisation de ce schéma pourra être confié.

C’est pour cette raison que, dans le cadre de la Semaine Européenne de la mobilité, la Communauté de Communes Decazeville-Aubin organise deux randonnées cyclables afin de sensibiliser aux alternatives à la voiture.
Un premier parcours de 13,3 km accessible à tous (VTT, VTC, vélos de ville, pas aux vélos de route ou de course) sur un circuit à faible déclivité et circulation démontrera que l’on pourra aller dans peu de temps (à l’ouverture de la déviation de Viviez) de Firmi à Viviez dans de bonnes conditions de sécurité et de confort, si ce n’est aux giratoires (Fontvergnes, La Vitarelle et peut-être les futurs giratoires de Viviez), pas encore équipés pour la circulation des cycles.
Un second circuit de 27,6 km réservé plutôt aux cyclistes initiés, traversera les cinq communes de la communauté de communes.
Les associations cyclistes du Bassin (Guidon Decazevillois, Vélo Passion et le Cyclo Club de Firmi) ainsi que l’Association Départementale pour la Défense et la Sécurité des Cyclistes collaborent à l’organisation de cette initiative.
Comme cette manifestation tombe en même temps que les Journées du Patrimoine, on profitera du passage de ces randonnées à travers certains sites historiques du Bassin pour raconter un peu l’histoire de notre territoire.

Téléchargez ci-dessous le tract de cette animation
bougez a vélo dans le bassin - tract.pdf

Téléchargez ci-dessous les circuits de cette animation :
bougez a velo dans le bassin-circuits.pdf

Téléchargez l'article de Midi Libre :
Tout le Bassin à bicyclette le 20 septembre.pdf

Téléchargez l'article de La Dépêche du Midi :
ladepeche-a pied ou a velo bougez autrement.pdf


d22500ce277b7d138a6846ed0d4f251a.jpgLa véloroute de la Vallée du Lot évolue.
Julien Savary, vice-président de l’AF3V m’apprend que le département du Lot a aménagé 80 kilomètres de véloroute de Soturac à Cahors. Certes de façon minimale par de simples panneaux et sans aucune sécurisation, mais c’est déjà un début.
Cette initiative est complétée par l’édition d’un document à vocation touristique, commun aux départements du Lot et du Lot-et-Garonne, décrivant la véloroute d’Aiguillon à Cahors.
L’AF3V demande l’amélioration de cet itinéraire en suivant les recommandations de l’étude qu’elle a réalisée en 2001.

Dans l’Aveyron, la situation semble également évoluer positivement.
Suite à mon courrier d’avril dernier, le président du Conseil Général m’informe qu’une « réflexion était en cours concernant la réalisation d’itinéraires de type véloroute » et que l’AF3V (que je représente pour l’Aveyron) y serait associée.
Je ne manquerai pas de vous tenir informé de l’évolution de ce dossier.

Téléchargez ci-dessous le document touristique de la véloroute de la Vallée du Lot traversant le Lot et le Lot-et-Garonne :
Véloroute Vallée Lot-Lot:Lot-et-Garonne.pdf

Téléchargez ci-dessous le courrier du Conseil Général de l'Aveyron :
véloroutes- courrier conseil général 12-280808.pdf

11/08/2008

Pauvres cyclistes Aveyronnais

cacf9103042ee7d0335b990009c552fc.jpgLa pratique du vélo est en plein développement. Les ventes de bicyclettes explosent et ce d’autant plus que les coûts des énergies pour se déplacer augmentent considérablement et que cette hausse semble inexorable.
Les Français redécouvrent le vélo : le vélo pour les déplacements quotidiens, mais aussi le vélo loisir et familial et le vélo sportif.
Malheureusement, les structures pour la pratique de cette activité ne sont pas à la hauteur.
Les responsables de nos voiries (l’Etat, les départements, les communes ou communautés de communes) n’ont d’yeux que pour la « bagnole » et les camions.
Comptez les kilomètres de routes départementales Aveyronnaises aménagées pour les cyclistes en Aveyron : 0 km (Je parle réellement aménagé ; pas simplement un petit panneau pour signifier aux véhicules motorisés de faire attention aux cyclistes en les dépassant)
Comptez le nombre de giratoires aménagés pour la sécurité des cyclistes : 0
Comptez le nombre de véloroutes et voies vertes départementales : 0
Seules quelques collectivités aménagement des tronçons de voies cyclables ou de pistes cyclables. Il n’y a pas de volonté pour une politique cyclable ambitieuse en Aveyron.
Et c’est d’autant plus regrettable que le tourisme cyclable et la pratique du vélo durant les vacances explosent.
Beaucoup de départements l’ont compris en aménageant des véloroutes et des voies vertes : il y en avait que 600 kilomètres il y a dix ans, il y en avait 6 000 kilomètres l’an passé. Pas un en Aveyron.
D’autant plus regrettable, car ces équipement sont utilisés en priorité par les populations locales tout au long de l’année et qu’elles bénéficient de retombées économiques importantes.

Pour se donner bonne conscience, le Conseil Général de l’Aveyron à travers le Comité Départemental du Tourisme, a choisi la facilité avec l’édition d’un cycloguide destiné aux cyclistes sportifs.
Il n’est bien sûr pas question d’opposer ici les différentes pratiques du vélo, mais il faut reconnaître que ce guide ne correspond aucunement aux souhaits de la plupart des touristes séjournant dans notre département s’adonnant à la pratique du vélo, vélo loisir et familial et encore moins aux cyclo-randonneurs, habitués aux véloroutes de qualité et aux voies vertes.
Ces pratiques demandent des itinéraires sécurisés.

En tant que relais pour l’Aveyron de l’AF3V (Association Française de développement des Véloroutes et Voies Vertes), j’avais envoyé en mars dernier un courrier au nouveau président du Conseil Général de l’Aveyron pour lui signifier ma disponibilité à une réflexion sur la pratique du vélo dans ce département, notamment en matière touristique.
J’attends sa réponse.
Avec la sortie de ce guide dont je n’ai bien sûr pas été informé, je peux donc en conclure que le changement de président du Conseil Général n’a pas changé la politique envers les cyclistes.
Pourtant, le nouveau président qui se vante d’être un défenseur des cyclistes, a dans ses cartons un projet de véloroute sur la Vallée du Lot. Projet qui traverse sa bonne ville de Saint-Géniez-d’Olt.
Comme moi à Livinhac ou à Decazeville, il doit voir tous les jours des dizaines de cyclo-randonneurs traverser sa ville. Il faut qu’il sache que ces cyclistes, lorsque l’on prends la peine de les interroger, se plaignent de la dangerosité de la traversée de notre département sur cet itinéraire pourtant magnifique.
Il doit voir comme moi tous les jours des centaines de touristes faire du vélo en famille et risquer leurs vies à chaque dépassement de voiture.
A quand un aménagement sur la Vallée du Lot, qui permettrait aux touristes et à la population locale de s’adonner au vélo en toute sécurité ?
L’étude réactualisée chiffre cet aménagement à 4,7 millions d’euros.
Dans ce prix, 52 kilomètres sur les 210 kilomètres sont en site propre (voie verte) et il est compris la création de 10 haltes-services.
210 kilomètres de véloroutes et voies vertes aménagés, c’est en gros 4 fois moins cher que les 17 kilomètres de navigation qu’est en train de réaliser le département sur la rivière Lot entre Bouillac et Port-d’Agrès.
Il s’agit donc bien d’un choix politique, pas financier.



8eed8b328d93d5c913dcd5a6b2cef3a5.jpgPendant ce temps, chez ceux qui ont compris

Dans sa série sur la découverte de Midi-Pyrénées dans le journal de 13 heures, TF1 en collaboration avec La Dépêche du Midi, proposait le 4 août dernier un reportage sur la randonnée cyclable le long du Canal du Midi.
Quel magnifique voyage au calme, sans grandes difficultés, à parcourir en famille, entre amis ou en solitaire.
Dans ce reportage, Julien Savary, auteur d’un nouveau guide pour ce trajet, mais également auteur de la pré-étude de la Véloroute de la Vallée du Lot, parlait avec passion de cette forme de tourisme en plein développement.

Revoyez également l’interview de Julien Savary sur la Véloroute de la Vallée du Lot lors des dernières Rencontres des Départements Cyclables. Cette vidéo est toujours d’actualité.



b9d4ff0e75cccf73a741dbf07b94ebef.jpg

Dans le cadre de la Semaine européenne de la mobilité, la Communauté de Communes Decazeville-Aubin organise des animations pour sensibiliser et inciter les habitants du Bassin à la pratique du vélo.
Cette animation se déroulera le samedi 20 septembre, en même temps que les Journées du Patrimoine. Une bonne occasion pour mieux connaître le Bassin
J’y reviendrai plus tard.
Téléchargez ci-dessous le tract de cette animation
bougez a vélo dans le bassin - tract.pdf

Téléchargez ci-dessous les circuits de cette animation :
bougez a velo dans le bassin-circuits.pdf

10/02/2008

Quelle politique pour les cyclistes ?

6f49ba8555fcd5bd0fcf5d85e8afb711.pngInterrogé à l'occasion des futures élections municipales par la rédaction du site internet "Vélo 12" sur mes positions concernant le développement des activités cyclistes, voici ma réponse.

A Monsieur Eric Solignac
Rédacteur en chef du site internet « Vélo 12 »

Concernant mon action future à la municipalité de Decazeville si je suis élu, elle sera bien sûr favorable à la pratique du vélo, tant comme mode de déplacement que comme activité sportive.
Nous avons réussi dans le dernier mandat à mettre en place, avec la Communauté de Communes Decazeville-Aubin, un PGD (Plan Global de Déplacements).
Si la première action de ce plan est la mise en place le 25 février prochain d’un service de transports collectifs, les années futures verront l’installation de mesures destinées aux circulations douces, dont le vélo.
La traversée du Bassin de Decazeville de Viviez jusqu’à Firmi en toute sécurité pour les cyclistes devra se réaliser le plus rapidement possible.
Cela sera en partie possible lorsque la déviation routière de Viviez jusqu’à La Vitarelle sera terminée, en aménageant l’ancienne RD 840. Il restera la traversée de Decazeville, en partie réalisée par la voie réservée aux circulations douces le long de la RD 840, et la poursuite vers Firmi.
Mais d’autres rues de Decazeville devront faire l’objet de mesures de sécurité pour les circulations douces : aménagements de voiries, voies et pistes cyclables, zones 30, voire contre-sens cyclables.

Mais je suis également candidat aux élections cantonales sur le canton de Decazeville. Le Conseil général a la compétence des routes. Il est indispensable que lors d’aménagements de routes départementales, les cyclistes ne soient pas oubliés.
Force est de constater qu’en la matière, tout reste à faire en Aveyron : Pratiquement pas de voies ou de pistes cyclables départementales, giratoires dangereux, bas-côtés irréguliers …
Je défendrai donc si je suis élu, une politique routière départementale tournée vers la défense et la sécurité des cyclistes.

Je suis également depuis des années, relais pour l’Aveyron de l’AF3V (Association Française pour le développement des véloroutes et voies vertes). J’ai tenté vainement de soutenir des projets sur l’Aveyron pour le développement d’un tourisme cyclable qui a le vent en poupe actuellement. Ces aménagements permettent également aux populations locales de pouvoir pratiquer en toute sécurité le vélo et la promenade cyclable tout au long de l’année.
Sur mon projet distribué à la population et sur ma profession de foi, figure en toute lettre la création d’un schéma départemental de véloroutes et voies vertes sur l’Aveyron comme de nombreux départements l’ont déjà réalisé, et l’aménagement rapide des Vallées du Lot, du Tarn et de l’Aveyron.
La Vallée du Lot possède déjà un avant-projet bien défini qui reste malheureusement dans les cartons.

Concernant la pratique du VTT en milieu naturel, je souhaite l’instauration d’une charte de bonnes pratiques afin d’éviter les conflits d’usages entre les diverses pratiques, ou tout au moins, un respect commun et une prise de conscience de la fragilité de la faune et de la flore.

Je reste bien sûr à votre disposition si vous souhaitez un approfondissement sur certains points

Bien cordialement

Jean-Louis Calmettes

Candidat aux élections municipales de Decazeville sur la liste « Ensemble pour Decazeville »
Site internet de mon activité d’élu municipal et intercommunal : http://jlcalmettes.blogspirit.com

Candidat des Verts aux élections cantonales des 9 et 16 mars 2008 sur le canton de Decazeville.
Site internet de ma candidature : http://jlcalmettes2008.blogspirit.com

23/09/2007

Où en est la véloroute de la Vallée du Lot ?

De retour des 11èmes Rencontres des Départements Cyclables qui se sont tenues à Aurillac le 20 septembre dernier, J’ai pu apprécier les progrès de la place du vélo dans notre société. Progrès en ville avec le succès des Vélib’s à Paris mis en place grâce à l’abnégation de Denis Baupin. Toutes les villes veulent mettre en place un tel système à l’approche des municipales. Mais le vélo progresse également en province grâce au développement du tourisme cyclable et à l’essor des véloroutes et voies vertes. De 600 kilomètres il y a seulement 10 ans, ce sont maintenant plus de 6 000 kilomètres qui parcourent la France. Certes très inégalement. Certaines régions et certains départements s’y sont lancés très rapidement et possèdent un réseau et une renommée enviables : la Bourgogne, l’Aquitaine.
D’autres s’y sont mis plus tardivement, mais essaient de rattraper le temps perdu. Dans la Région Auvergne, proche de nous, tous les départements ont engagé des politiques vers des réseaux cyclables grâce aux subventions données par le Conseil Régional, allant de 30 à 50 % des réalisations d’équipements.
Le Cantal a choisi de s’orienter plutôt vers les cyclotouristes en créant une vingtaine de circuits, tandis que l’Allier s’oriente vers une démarche « qualitative » en créant de toute pièce une voie verte en partie sur une voie ferrée désaffectée pour un coût de 8 M d’Euros.
Dans les années à venir, les projets devraient encore plus se développer tant le succès des véloroutes et leurs retombées économiques est énorme.

Cette journée à Aurillac a été l’occasion de rencontrer Julien Savary, vice-président de l’AF3V (Association Française pour le Développement des Véloroutes et Voies Vertes), afin de faire avec lui le point sur une véloroute qui me tient particulièrement à cœur : la véloroute de la Vallée du Lot, qui n’existe pour le moment que sur un tronçon de 80 kilomètres dans le Lot-et-Garonne.

14/09/2007

Rencontre des Départements Cyclables et Journée nationale des véloroutes et voies vertes

6a63c070f33ae82110e3c869a6adf6e0.jpgC’est à Aurillac que se dérouleront les 11èmes Rencontres des Départements Cyclables organisées par le Conseil Général du Cantal et l’Association des Départements Cyclables, les 20 et 21 septembre prochain .
J’avais déjà assisté en 2004 à Toulouse à ces Rencontres.
Le programme de la journée du jeudi 20 septembre est des plus intéressants.
Le matin, après une séquence « d’info vélo » une table ronde aura pour thème : « Le vélo, vecteur de dynamisme rural, d’opportunités de développement et d’attractivité touristique ».
L’après midi débutera avec trois ateliers au choix :
- Structuration de l’offre touristique vélo en France et ailleurs
- Schéma régional des véloroutes et voies vertes d’Auvergne, défit d’une région montagneuse
- Diversification de l’offre touristique par le vélo
La journée du 21 septembre est consacrée à une promenade cyclable dans la vallée de la Jordanne. Le département du Cantal est très actif dans le domaine de la randonnée cyclable. Il a même réalisé une véloroute qui rejoint la véloroute de la Vallée du Lot dans l'Aveyron… qui elle, n’existe pas.

Peut-être croiserais-je à Aurillac un élu ou un technicien du Conseil général de l’Aveyron, bien que ce département soit un des derniers départements français à ne pas avoir de schéma départemental des véloroutes et voies vertes, même pas 1 mètre de ces structures pourtant fortement développées ailleurs, à des fins touristiques notamment.
« On ira tous en Aveyron », dit la publicité du Conseil Général de l'Aveyron, mais sûrement pas pour y faire des randonnées touristiques ou des promenades familiales à vélo en toute sécurité.

57aa76d1f49f3db2cfa750f4111d1d26.jpgLe département de l’Aveyron n’aura pas non plus à participer à la Journée nationale des véloroutes et voies vertes qui se déroulera partout ailleurs les 22 et 23 septembre 2007.
Ces journées, organisées par l’AF3V (Association Française de développement des véloroutes et voies vertes), dont je suis le relais pour l’Aveyron (en souhaitant rapidement céder la place).
Les Toulousains organisent le 23 septembre au départ de la place du Capitole à 9 h 30, une balade à vélo le long du canal, pour inaugurer la nouvelle piste-voie verte continue de 18 km.
A quand une telle opération dans l’Aveyron ?

26/08/2006

Vallée du Lot

medium_LOT_-_BOISSE-PENCHOT_4.pngS’il fallait une preuve de plus pour demander que l’on s’occupe en priorité de la qualité des eaux du Lot plutôt que sa remise en navigabilté, il suffit de se promener le matin à Boisse-Penchot. Un dépôt blanchâtre recouvre les eaux, dû vraisemblablement à des rejets domestiques de particuliers ou de structures touristiques proches.
Les 35 millions d’euros prévus pour remettre en navigabilité 35 kilomètres de rivière seraient plus utiles à aider la remise à niveau des réseaux collectifs et des stations d’épuration ainsi que pour aider les particuliers à mettre leur assainissement autonome en conformité.
Si rien n’est fait, les futurs utilisateurs de l’écluse proche apprécieront sûrement. Je ne parle même pas des baigneurs.

medium_CYCLO-RANDONNEURS_IRLANDAIS.pngMême si la véloroute de la vallée du Lot n’est encore qu’un mirage, de nombreux cyclistes empruntent déjà son itinéraire mais dans des conditions de sécurité aléatoires. J’ai pu discuter ce matin avec deux Irlandais, Jean et Bernard qui se dirigeaient vers Cahors et qui avaient des difficultés pour trouver la bonne route à Livinhac.
Souhaitons que le Conseil Général de l’Aveyron se penche enfin sur ce projet, dont le coût reste raisonnable surtout face aux retombées économiques déjà réelles. Les cyclo-randonneurs, comme les randonneurs du GR 65, se chargent le moins possible et doivent donc se loger et manger sur leurs lieux de passage, favorisant ainsi le commerce local.

24/07/2006

Vallée du Lot : véloroute et inondations

medium_ST-SANTIN_-_X_D_72D_627.pngCa y est ! Il semblerait que la véloroute de la Vallée du Lot connaisse ses premiers kilomètres en Aveyron.
Des panneaux de signalisation ont fleuri la semaine passée sur divers embranchements de notre région (voir l’album photos sur cette page), tandis que des panneaux routiers indiquant la présence de cyclistes étaient installés sur le tracé, incitant les automobilistes à être attentifs.

medium_PENCHOT-VELO-RANDONNEURS.png

Lire la suite

13/07/2006

L’AF3V sort un « Guide touristique 2006/2007 des Véloroutes et Voies Vertes de France »

medium_AF3V-COUV_GUIDE_TOURISTIQUE.pngL’AF3V (Association Française de développement des Véloroutes et Voies Vertes) vient de sortir un guide fort complet de 80 pages sur l’état des véloroutes et voies vertes à vocations touristiques en France.
Il est complété par un code de bonne conduite sur les voies vertes à l’usage des piétons, cyclistes, cavaliers et personnes à mobilité réduite pour partager l’espace.
Une carte permet de voir le retard en ce domaine des départements du Massif Central. Timide exception, le Cantal qui vient d’adopter un schéma départemental. Ce département vient d’aménager la véloroute de la Chataigneraie qui part d’Arpajon à côté d’Aurillac et se termine à Saint-Etienne-de-Maurs, pour rejoindre ensuite la Vallée du Lot par Saint-Constant et Saint-Santin. Il est d’ailleurs amusant de voir à Aurillac au croisement de Roannes-Saint-Mary (près de Décathlon) un panneau indiquant la « Véloroute de la Vallée du Lot » alors que celle-çi n’en est qu’au stade de l’étude de pré-faisabilité, par manque de volonté politique des élus aveyronnais, notamment ceux de la Vallée du Lot. Ceux-çi préfèrent miser des sommes importantes sur la navigabilité du Lot amont aux retombées économiques aléatoires.
Il suffirait de 1,5% du budget consacré à la remise en navigabilité du Lot sur 36 kilomètres de rivière pour réaliser la véloroute Vallée du Lot sur l’ensemble du tracé aveyronnais (140 kilomètres).
Pendant ce temps, les 80 kilomètres de la véloroute de la Vallée du Lot réalisés en Lot-et-Garonne entre Aiguillon et Fumel et les véloroutes et voies vertes de France en général connaissent une fréquentation importante du fait d’un regain du tourisme cyclable.
Les cyclo-touristes suivant la Vallée du Lot dans l’Aveyron (et ils sont de plus en plus nombreux) le font malheureusement dans des conditions de sécurité déplorables.

Vous pouvez vous procurer ce guide en envoyant un chèque de 7,45 euros (6 euros pour le guide + 1,45 euro de port) et en indiquant votre nom, prénom, adresse complète à : AF3V, 5, av. François-Colignon, 31200 TOULOUSE. (Mel : info@af3v.org - Site internet : www.af3v.org)

Je n’ai toujours pas eu de réponse au courrier que j’ai envoyé en février dernier en tant que relais local de l’AF3V, au Président de la Communauté de Communes de la Vallée du Lot avec copie au Conseiller Général de Decazeville, concernant l’utilisation future (piétons, cyclistes…) des deux passerelles prévues à Marcenac et à Saint-Parthem (voir sur cette page, catégorie « Véloroutes et Voies Vertes »)

25/03/2006

Passerelles sur le Lot

Voici le courrier que j’ai envoyé en tant que Relais Local de l’AF3V (Association Française pour le développement des Véloroutes et Voies Vertes) à M. le président de la Communauté de Communes de la Vallée du Lot concernant le projet de construction de deux passerelles sur le Lot.
Il est à noter que la passerelle qui devait remplacer le vieux pont de Livinhac ne semble plus être d’actualité.

Lire la suite