Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2008

Samedi 12 juillet, grande manifestation « pour un monde sans nucléaire » à Paris

84f30454af5eb4033e3a2605172aa00a.pngLes Verts seront présents en nombre le samedi 12 juillet à Paris pour demander un « monde sans nucléaire ».
Cette manifestation organisée par « Sortir du nucléaire », réseau regroupant 823 associations anti-nucléaires en France, est extrêmement importante. Elle se situe la veille du rassemblement des 13 et 14 juillet où Nicolas Sarkozy recevra à Paris des dizaines de chefs d’Etat de l’Union européenne et du pourtour méditerranéen pour les convaincre entre autre de se lancer dans cette production d’énergie mortifère, polluante et épuisable.

Tous à Paris, le samedi 12 juillet, pour dire NON au nucléaire et OUI aux alternatives énergétiques, seules porteuses d’avenir !



Retrouvez Didier Anger en Podcast pour tout savoir sur le nucléaire en France et dans le monde

Lisez la lettre électronique des Verts, Vert Electro, sur ce dossier

26/06/2008

Les déchets nucléaires reviennent en Aveyron

8181f7ac246f9dea5656ba29d502b942.jpgOn croyait être débarrassé des déchets nucléaires que voulait envoyer l’ANDRA dans l’ouest Aveyron sur le site granitique de Sanvensa.
Les voilà qui reviennent. Certes, ce ne sont pas les mêmes déchets. Ceux-ci sont de faible activité mais en grande quantité et surtout à durée de vie longue (5 000 ans).
Quatre cantons sont concernés : Capdenac-Gare, Najac, Villefranche-de-Rouergue et Villeneuve.
Il est pitoyable de voir les arguments de certains élus locaux de droite comme de gauche pour éviter que ces déchets ne viennent sur leurs territoires : nos territoires sont magnifiques, les déchets nucléaires vont faire fuir les touristes, cela va aller à l’encontre de l’agriculture et des entreprises agroalimentaires locales…
Bref, leurs territoires sont les plus beaux, les plus protégés ; ces déchets, ils n’ont qu’à les mettre ailleurs, mais pas chez nous.
Ca, c’est de la politique ! Politique de l’autruche et de l’inconscience !
Seuls, l’association Serènes Sereines et les Verts disent : pas de centre de stockage de déchets nucléaires, ni ici, ni ailleurs !

7e692ec43c08b9d4dac206eb3e20567e.jpgD’où proviennent ces déchets ? Des 58 centrales nucléaires actuellement en activité en France. Le fond du problème est là. Malheureusement, il n’y a pas beaucoup d’élus pour remettre en cause cette industrie mortifère et polluante pour des milliers de générations. Pas un ne dit : si nous ne voulons plus de déchets nucléaires, il faut d'abord arrêter d'en produire et donc il faut arrêter les centrales nucléaires et éviter également d’en vendre à toutes les dictatures de la planète.

Voilà ce que l’on aimerait entendre d’élus responsables à la place des discours hypocrites et démagogiques dont ils nous font part sur ce sujet.
La palme de l’hypocrisie revient sans aucun doute à Serge Roques, puisqu’il a défendu à l’assemblée nationale la loi de programme du 28 juin 2006, relative à la gestion durable des matières et déchets radioactifs, loi qui fait que ces déchets arrivent chez nous. Dans un courrier qu’il m’avait envoyé faisant suite à une carte-pétition de ma part pour m'élever contre le projet de loi, il écrivait qu'elle « s’inscrit dans une démarche cohérente et responsable vis-à-vis des générations présentes et futures ».
Il faudra qu’il nous explique pourquoi il refuse que Villefranche-de-Rouergue accueille un centre de stockage s’il en va de l’avenir « des générations présentes et futures ».

08/06/2008

Le grand contournement de Toulouse est abandonné ! A quand l’abandon du projet de RN 88 en 2 X 2 voies ?

2691a5b6321f9bce4d13c3f7db342342.jpgC’est une bonne nouvelle qu’a annoncé le 5 juin le ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire : les contournements autoroutiers de Toulouse et de Bordeaux sont abandonnés. Il annonce également l’abandon du projet autoroutier entre Pau et Oloron, souhaitant ainsi limiter à une stricte sécurisation la RN134, plus au sud dans la vallée d’Aspe et vers le tunnel du Somport.
Désormais, les nouvelles infrastructures devront correspondre aux critères de développement durable. Seuls les projets atteignant un haut niveau d’exigence environnementale ou répondant à une nécessité de sécurité et d’utilité collective seront retenus.

Qui peut croire que le doublement de la RN 88 est un projet atteignant un haut niveau d’exigence environnementale ou répondant à une utilité publique ?
Le lobby local de promotion de ce projet : élus, chefs d’entreprises, chambres consulaires… a bien enveloppé ce projet dans le « développement durable », mais il est contesté par les associations locales de protection de l’environnement qui se sont toutes retirées du comité de pilotage.

Rappelons que le Conseil Général de l’Aveyron entend faire payer ce projet de 85 kilomètres à travers un PPP (Partenariat Public Privé).
Une entreprise privée réalisera les travaux et les collectivités la rembourseront par un emprunt.
Le coût du projet initial est estimé à 550 millions d’euros.
Le remboursement des collectivités est estimé à 1 450 Millions d’euros (50 à 58 Millions d’euros/an pendant 25 ou 30 ans), soit pratiquement trois fois plus.
C’est donc un coût énorme pour notre département qui devra en financer la moitié (près de 750 millions d’euros), l’autre moitié étant à la charge de l’Etat. C’est un financement impossible pour l’Aveyron qui finance déjà un programme routier démentiel.
A moins que la Région Midi-Pyrénées décide de rentrer dans le financement, ce qu’elle à fort justement toujours refusé car les routes ne sont pas de sa compétence.
Mais l’insistance de certains élus de gauche pour défendre ce projet me fait craindre le pire. Ils seraient prêts à faire rentrer la Région dans le financement, pénalisant ainsi les contribuables aveyronnais triplement : leurs impôts et taxes nationales, les taxes départementales et les taxes régionales.
Il est par ailleurs déplorable de voir des élus de gauche défendre un tel projet destructeur pour l’environnement, mais également destructeur de notre aménagement local, dans un contexte de pétrole cher et non renouvelable.

L’avenir est aux transports les moins polluants et les moins dégradants pour notre environnement tant pour les particuliers que pour les professionnels.
Défendons l’aménagement rapide, voire le doublement de la voie ferrée Toulouse-Séverac pour une alternative à la RN 88, mais défendons aussi les lignes Beziers-Neussargues, Rodez-Brive, Toulouse-Aurillac…
Demandons des liaisons interurbaines en bus plus nombreuses et moins chères dans notre département et soutenons les transports collectifs et les circulations douces dans les principales ville de l’Aveyron.

Voilà à quoi pourraient servir les 1 450 millions d’euros prévus pour la RN 88. Le résultat en serait meilleur pour notre environnement, notre santé et pour un développement harmonieux de notre territoire.

SAUVONS LE FRET FERROVIAIRE
Vidéo envoyée par calmettes

Le transport des marchandises par rail est actuellement mis à mal par nos gouvernants alors qu'il est moins polluant et plus sûr que le transport routier.
Images de trains miniatures prises lors du Festirail 2008 à Capdenac-Gare dans l'Aveyron

12/05/2008

Jean-Louis Chauzy en sauveur du rail

fc2d5f3492c8c5ad8d294f6e3b14e74d.jpgDifficile de trouver plus mauvais porte parole pour défendre le fret ferroviaire en Midi-Pyrénées que Jean-Louis Chauzy.
Confier deux études sur l’avenir du fret ferroviaire au président du CESR, grand défenseur de la RN 88 à deux fois deux voies et du transport routier en général et également grand défenseur du transport aérien, revient à saborder tout simplement le rail.
On voudrait tuer ce mode de transport que l’on ne s’y serait pas pris autrement.
C’est peut-être ce qu’a voulu faire le Préfet de Région, représentant de l’Etat, en confiant cette mission à M. Chauzy.
Nous aurons bien sûr encore droit à des discours lyriques sur le « développement durable », sur le « Grenelle de l’Environnement » qui recommande le transport par rail, mais au final, tous les grands moyens seront donnés à la route et à l’aérien, les deux modes de transport les plus polluants. Pour se donner bonne conscience, on attribuera peut-être quelques miettes pour éviter que le transport de marchandises par rail ne descende en dessous de 10 % du trafic total de marchandises en Midi-Pyrénées.

C’est un rééquilibrage complet des modes de transports qui doit être réalisé en Midi-Pyrénées et en France. En donnant les gros moyens aux modes de transports les moins polluants : le rail, les transports collectifs et les circulations douces pour les particuliers, le rail pour les marchandises.

Mais nous devons avant tout nous interroger sur l’utilité réelle de tous ces déplacements de marchandises, sur leurs contributions au réchauffement climatique, à la destruction de l’environnement en général, aux délocalisations...
Cela revient à remettre en question l’un des dogmes de cette mondialisation ultra libérale qui veut que les flux financiers et de marchandises prévalent sur toute considération sociale, environnementale ou de droits de l’Homme.

Monsieur Chauzy est-il prêt à remettre en question ce dogme ?
L'a-t-il été même ?


SAUVONS LE FRET FERROVIAIRE
Vidéo envoyée par calmettes

Le transport des marchandises par rail est actuellement mis à mal par nos gouvernants alors qu'il est moins polluant et plus sûr que le transport routier.
Images de trains miniatures prises lors du Festirail 2008 à Capdenac-Gare dans l'Aveyron

11/05/2008

Sans OGM, c'est zéro OGM

87b99e59b8d0c9de3c25ba15b9b0c135.jpgMardi prochain, les députés vont examiner en seconde lecture le projet de loi OGM.
Ce projet avait été adopté en première lecture par seulement une vingtaine de voix d'avance. Il est donc important de rallier à la cause d'une agriculture et d'une alimentation saines quelques députés qui s'étaient abstenus ou avait voté pour en première lecture.
Face au lobby important des groupes semenciers, lobby dénoncé par des députés et sénateurs de gauche mais également de droite, il faut nous mobiliser.

Une manifestation est prévue à Paris ce jour là avec un pique-niques aux Invalides à 13 heures, suivi d'une chaîne humaine autour de l'Assemblée Nationale afin de protéger les députés de la contamination génétique.

Si vous ne pouvez pas aller à Paris, que vous soyez élu, associatif ou simple citoyen, il est possible de signer une pétition sur le site de Stop OGM.

Pour l'Aveyron, Marie-Lou Marcel, député de la deuxième circonscription avait voté contre en première lecture, pendant qu'Alain Marc s'était abstenu et Yves Censi avait voté pour.
Il est donc important de rallier à notre cause Alain Marc et Yves Censi

Rappelons que les sénateurs Aveyronnais ont tous les deux voté pour ce projet qui va tuer l'agriculture de notre territoire.

On parle encore d'écologie

fa87f0e53fb4a926f97e5e0fb903929c.jpgNoël Mamère était hier l’invité de Denis Cheissoux sur France Inter pour son émission hebdomadaire sur l’environnement « CO2 mon amour », dont le thème était : Mai 68 et la naissance du mouvement écologiste.
Des extraits d’interview de René Dumont durant l’élection présidentielle de 1974 nous rappellent que les problèmes climatiques, sanitaires, des risques de famines, de la raréfaction et la pollution des eaux, de la surconsommation des pays riches, étaient déjà d’actualité à cette époque.
Des revues comme la « Gueule Ouverte » lancé par Pierre Fournier où figuraient des dessins de Reiser essayaient de sensibiliser sur les problèmes environnementaux et sociaux.
L’après mai 68, c'était également l’époque des grandes luttes contre la construction de centrales nucléaires, Plogoff, Creys-Malville…, luttes qui sont toujours d’actualité
Cette émission est disponible en podcast sur le site de France Inter.

9402545ee04384efd7570e29e55a6576.pngDurant cette émission, il a été fait mention du livre d’Yves Frémion « Histoire de la révolution écologiste » publié il y a environ un an.
L’actualité de cet écrivain, qui représentait les Verts sur le canton de Peyreleau aux dernières élections cantonales, est la parution d'un nouveau livre.
Il revient au polar avec « Cher visiteur » publié chez « l’ @telier de Presse » dans la collection « l'@telier noir » dirigée par Gilles Vidal.
A noter que l’édition papier est au prix de 16 euros et l’édition téléchargeable (en pdf) est au tarif de 5 euros.

7efc66f08b862205312ccaa6bc1ded66.gifL’actualité d’Yves Frémion, c’est également fin janvier la remise du Prix Tournesol au salon de la BD d’Angoulême.
Depuis 11 ans, en marge du palmarès officiel de ce festival, ce prix créé par les Verts, et plus particulièrement Yves Frémion, récompense un album considéré comme le plus sensible aux problématiques écologiques.
Cette année, c’est Léo qui a été primé, pour le cinquième tome de sa série "Bételgeuse"
Rue 89 revient aujourd’hui, avec un des trois reportages distingués par le jury du premier prix MSN/Rue 89 du reportage multimédia, sur l’apport de la bande dessinée dans la sensibilisation pour une réelle conscience écologique tant dans les livres pour enfants que pour adultes.

06/05/2008

Le TUB, premier maillon réussi pour de nouveaux déplacements dans le Bassin

a9c6120b1bb8abdac5d8d54d79b79926.jpgCa y est. Le nouveau bus du TUB a été mis en service le vendredi 2 mai.
Le TUB, Transport Urbain du Bassin, qui fonctionnait depuis fin février avec un bus de location, est maintenant opérationnel à 100 %.
Dès son lancement, il a connu un énorme succès, notamment la première semaine où il était gratuit. Les premiers chiffres sont encourageants. 156 personnes en moyenne utilisent le TUB chaque jour avec des pointes le mercredi avec les jeunes et le vendredi pour le marché de Decazeville.
C’est le double de ce qu’avait prévu le bureau d’étude travaillant sur ce dossier. Il est vrai que l’étude avait été réalisée avec un ticket à 1 euro le voyage alors qu’il n’est en pratique que de 20 centimes d’euro.
Suite à ce succès et malheureusement, à l’obligation de refus de quelques personnes quand le bus était complet, le doublement des bus sera prévu à certains horaires.

Pour l’avenir, la Communauté de Communes Decazeville-Aubin réfléchit à des améliorations.
Une enquête va être réalisé durant le mois de juin et une étude suivra. Elle devra nous dire rapidement si nous devons doubler la ligne existante ou créer une autre ligne ainsi que donner des préconisations pour la mise en place de TAD (Transport à la demande) pour les zones non desservies par le TUB.

Parallèlement, une étude pour un projet de schéma de référence d’itinéraires cyclables va être lancé par la Communauté de Communes.
Les réalisations concrètes seront exécutées par les communes dans la cohérence de ce schéma.
Les piétons et les personnes à mobilité réduite ne devront pas être oublié pour les cheminements sécurisés, les aménagements de voiries et les arrêts de bus.

L'article de La Dépêche du Midi du 2 mai 2008 :
DDM - Decazeville - Le « TUB » du Bassin fait recette .pdf

L'article de Midi Libre du 2 mai 2008 :
ML - Transports - Le Tub fait un véritable tabac.pdf

Photo : La Dépêche du Midi

TUB - NOUVEAU BUS
Vidéo envoyée par calmettes

Première journée du nouveau bus du TUB (Transport Urbain du Bassin) mis en service le 2 mai 2008 par la Communauté de Communes Decazeville-Aubin

03/03/2008

La gestion quotidienne d’une collectivité est pleine de petits « miracles »

9b162dcce2d6743e934ee8ccd3471d43.jpgLorsqu’on voit Christian Tieulié polémiquer (à des fins électorales, on l’aura compris) sur un dépôt relais provisoire à Lacaze, dû à des travaux de revêtement aux ateliers municipaux et à l’attente d’autorisation d’exploiter une décharge pour inertes, on ne peut qu’être désolé.
Il ne pouvait bien sûr pas être au courant de l’évolution de ce dossier puisque depuis cinq ans, ni lui, ni aucun de ses colistiers participent aux commissions « Environnement » malgré nos invitations.

Les riverains, pris en otage par M. Tieulié, savaient qu’il s’agissait d’un dépôt provisoire. Lundi ou mardi, les déchets, en grande partie inertes, vont être triés et enlevés.
Il était prévu de la faire la semaine passée, mais des problèmes de personnel municipal (pas de conducteur de pelle mécanique) ont contraint de reporter cet enlèvement. Des bennes étaient déjà disposées depuis quelques temps à cet effet.

Monsieur Tieulié va sûrement encore crier au "miracle", mais la gestion quotidienne d’une collectivité est pleine de petits "miracles" de ce genre : savoir jongler avec les travaux quotidiens programmés, les travaux imprévus, les travaux urgents, le personnel communal… tout cela tient souvent du "miracle". Apparemment Christian Tieulié et sa liste ne sont pas prêts à l’affronter.

Ils ont encore beaucoup de progrès à faire pour être crédibles en matière d’environnement. Mais est-ce leur préoccupation ou seulement un sujet à polémique de plus pour masquer un programme qui manque de réalisme et d’ambition, notamment dans ce domaine ?

09/02/2008

Passer d'une logique de soin à une logique de santé

8705efa29e34b3d5608fe372c6bf318b.jpgDocumentaire édifiant que celui montré sur France 2 sur le cancer : "La guerre contre le cancer". Comme tous les bons documentaires, celui-ci est malheureusement passé à une heure tardive (23 h 05).
Le cancer progresse d’année en année et si l’on peut attribuer une partie de cette progression à l’allongement de la durée de vie, une grosse partie est sûrement due à des facteurs environnementaux : produits chimiques, alimentation, ondes électromagnétiques…
Mais s’attaquer aux causes des cancers ne semble pas intéresser les politiques et encore moins les industries pharmaceutiques qui voient là un danger pour leurs bénéfices.
L’épidémiologie et la toxicologie sont les parents pauvres de la recherche, alors qu’une politique de prévention serait indispensable.
Edifiant de voir dans ce documentaire le cynisme et la mauvaise foi criminelle des industries pharmaceutiques, mais également le silence complice des politiques.

C’est pourquoi nous demandons dans notre programme pour les élections cantonales, et les Verts demandent depuis des années, de passer d’une logique de soin à une logique de santé en augmentant la recherche pour trouver les causes de l’augmentation des grandes maladies.
Nous demandons depuis des années à ce qu’il y ait en Aveyron, comme dans le Tarn par exemple, un registre des cancers et des grandes maladies afin de déterminer géographiquement et socialement les zones touchées par tel type de cancer ou de maladie.
Ce serait localement un premier pas pour une étude environnementale et sociale des causes des grandes maladies.

30/01/2008

Environnement et élections municipales

089413ac2eb7ddc9b853cd6d902faae1.jpgA l’occasion des futures élections municipales, l’association Action Environnement, association Aveyronnaise agréée de protection de l’environnement et affiliée au réseau Midi-Pyrénéen Uminate, va envoyer aux futurs candidats un dossier intitulé « 50 actions pour l’environnement dans la commune ».
L’urbanisme et l’aménagement de l’espace, l’eau et l’assainissement, les déchets, l’énergie, les déplacements et les transports constituent les thèmes de ce document.
Cinquante actions qui n’ont rien d’utopiques et découlent en grande partie de la réglementation déjà en vigueur ou à venir.
Au regard de ces propositions, je suis assez fier de voir que beaucoup sont déjà appliquées à Decazeville et sur le territoire de la Communauté de Communes Decazeville-Aubin.
Mais il reste des efforts à faire en matière d’urbanisme pour éviter un mitage de l’habitat, en matière de préservation des richesses naturelles (qu’allons nous faire des terrains que nous allons acquérir des Houillères ?), de fuites du réseau d’eau potable, d’économies d’énergies…

Voilà un document indispensable pour tout candidat aux municipales à télécharger ci-dessous
Action Environnement-Municipales.08.pdf

6e5852b67926ad0252f63455394f3f47.jpgAutre document à télécharger : Manifeste pour une ville en Vert, texte adopté à l’unanimité du conseil national des Verts le samedi 26 janvier 2008
manifeste ville en vert.pdf

Troisième document à télécharger en cliquant içi. Il est édité par la Fondation Nicolas Hulot : le Guide de l’éco-électeur

Quatrième document : Le rural est aussi un enjeu pour les Verts !
Par Jacques Muller, maire de Wattwiller, sénateur Verts du Haut-Rhin


Bonne lecture aux candidats et aux électeurs

14/12/2007

Dernières sorties studieuses avant les campagnes électorales

f3bea6c8710fb1f6311f96e6eea1fec4.pngJe n’ai pas eu beaucoup de temps ces derniers temps pour écrire quelques notes sur ce blog. Outre le travail habituel à la mairie, je suis allé piocher quelques idées dans divers endroits.
A Paris tout d’abord, ou je me suis rendu au Salon « Pollutec » et le lendemain au Salon « Bâtir écologique ».
La semaine passée je me suis rendu au Salon « Energaia » à Montpellier, salon dédié aux énergies renouvelables et à l’éco-constrution, ou j’ai pu constater que le Salon "Eco-Energies Midi-Pyrénées" de Decazeville organisé par la communauté de communes Decazeville-Aubin était en avance, toutes proportions gardées.
Enfin, grâce à l’initiative de Gérard Onesta, Vice-Président du Parlement Européen et de son équipe, j’étais du voyage en début de semaine à Fribourg et à Strasbourg avec d’autres adhérents Verts du Grand Sud-Ouest.
La visite de Fribourg en Allemagne et de son fameux quartier Vauban constitue un véritable exemple de ce que peut être une cité écologique.
67d91247d25d7e904c00eae5a410148c.pngLe lendemain, nous étions à Strasbourg au Parlement Européen, guidés par Gérard Onesta, ou nous avons pu assister à la proclamation et à la signature de la Charte des droits fondamentaux et à un discours d’Abdullah II, roi de Jordanie.

Voici un petit film de la visite de Fribourg

FRIBOURG - VERTS - 11:12:07
Vidéo envoyée par calmettes

Visite pluvieuse de Fribourg et du fameux quartier Vauban, par une délégation des Verts du grand Sud-Ouest, à l'initiative de Gérard Onesta, vice-président du Parlement Européen

02/12/2007

L’imposture est à la mode

8689b03b6c9ff5914dcbcd20f4ec2927.jpgOn frôle le surréalisme en lisant dans la presse que Jean Puech, président du conseil général de l’Aveyron, vient d’obtenir une Marianne d’or d’honneur dans le cadre de la promotion spéciale « Grenelle de l’environnement » du concours national de la Marianne d’or.
Cette récompense est due pour sa « politique pédagogue » en matière d’environnement avec le parc Micropolis.

Sa « politique pédagogue », on la connaît.
Depuis trente ans, Puech a été le grand défenseur d’une agriculture productiviste et polluante en Aveyron, allant du soutien aux cultures OGM à la suppression de zones vulnérables aux nitrates
Puech, c’est également du béton, du goudron, de la pollution : il veut faire payer aux contribuables aveyronnais le doublement en 2 X 2 voies d’une route nationale (RN 88) et il veut créer une augmentation de la circulation entre Figeac et Rodez avec l’aménagement d’un deuxième itinéraire par Rignac. Il organise en fait des couloirs à camions, pendant que ses amis politiques du gouvernement s’appliquent à finir de saccager le transport par rail des passagers et du fret.
Voilà la vrai « politique pédagogue » environnementale du président du conseil général.

S’il fallait une preuve de plus de l’orgueil, de la vanité, de l’inconscience, du mépris de l’environnement et des générations futures de Jean Puech et de la plupart de nos responsables politiques aveyronnais de droite (et parfois de gauche), c’est celle de la couverture du numéro 119 de Grand A, organe de communication du conseil général, montrant la rencontre de l’Airbus A 380 et du viaduc de Millau, rencontre organisée par un autre pollueur notoire, Jacques Godfrain.
Deux symboles du désastreux gaspillage énergétique, responsable important du réchauffement climatique, nous sont montrés comme exemple de réussite et d’avenir.

On le voit, la « politique pédagogue » du président du conseil général en matière d’environnement est surtout une « politique démagogue ».

Rajoutons enfin que Micropolis fait partie de ces « danseuses » voulues par Jean Puech et ses amis, qui coûtent et vont coûter très cher aux contribuables aveyronnais, au même titre que la Maison de l’Aveyron à Paris, la remise en navigabilité du Lot, le musée de la Châtaigne à Rignac, Noria…


9fc4e270070d3fe2a6017628413c123c.jpgDécidemment, la semaine était aux impostures
J’ai failli m’étrangler en lisant les propos du maire de Saint-Christophe concernant les travaux d’enfouissement de la ligne électrique HT entre Goutrens et Saint-Christophe.
D’après la presse, il a déclaré : « je suis emballé des résultats, puisque ces travaux nous permettent d’enfouir nos réseaux de téléphone, d’éclairage public et nos secteurs basse tension, améliorant ainsi notre environnement ».
Il ne manque pas d’air, lui qui soutenait mordicus le projet initial avec une ligne aérienne en grande partie sur les communes voisines, mais voulait le transformateur chez lui pour pouvoir percevoir les redevances d’EDF.
C’est grâce à un collectif regroupant des habitants des villages concernés, des associations dont VIE (Vallon Initiative Environnement) et des Verts, et après de longues années de lutte et de nombreuses actions, qu’il a enfin été décidé qu’une grande partie de cette future ligne HT serait enfouie.
C’est un dossier que je connais fort bien pour l’avoir suivi pour les Verts.
Pas une seule fois je n’ai vu le maire de Saint-Christophe soutenir ce collectif.

Prenons garde à ce que les futures campagnes électorales qui arrivent ne soient pas à l’image de ces impostures.

20/11/2007

Martine chez les Verts et dans le Bassin

e097ccb0379d8b85659c92d472ec6935.jpgDurant un mois, nous avons été nombreux à nous amuser avec le « Martine Cover Generator », générateur de fausses couvertures de la série « Martine ». Malheureusement, à la demande (amiable) des éditions Casterman, le site a fermé ses portes le 18 Novembre 2007.
c564eb6d63c673a9fb9601b45b4364d4.jpg
Voici ci-dessous et en album photo, quelques couvertures créées par des militants Verts dont Bix ainsi que quelques couvertures plus locales que j’ai imaginé.
e4a920e794d82f9fcdea271869a9b2c9.jpg

caa6005a0dcfcd6c9d8ceca47e0bda39.jpg

06/11/2007

Godfrain se moque du principe de précaution

93b40abcbebeaf5cb55e07d82bdae272.jpgD’après Jacques Godfrain, Millau et est une des rares villes en France qui montre au public qu’elle est une ville de haute technologie ouverte au public en mettant le parc de l’Hôtel de Ville accessible au Wi-Fi

Tandis que d’autres villes françaises s'engagent dans cette voie, l'Autriche et l'Allemagne déconseillent le Wi-fi dans les écoles et chez les particuliers. Lorsque le Wi-fi fonctionne, une pollution électromagnétique « passive » en résulte, qui s'additionne aux rayonnements déjà existants (hertziens, gsm, umts, tnt...).
Alors que les rayonnements GSM se situent dans des fréquences de 900 ou 1.800 mégahertz (Mhz), un terminal en mode Wi-Fi "émet des ondes pulsées à 2.450 Mhz, la fréquence optimum pour agiter les molécules d'eau".
D'où, selon Michèle Rivasi, ancienne députée et présidente du Criirem (Centre de Recherche et d'Information Indépendantes sur les Rayonnements ElectroMagnétiques), des interrogations sur son "impact sur l'eau présente dans la peau ou le liquide céphalo-rachidien qui baigne le cerveau".
Une exposition chronique, avec un « hotspot » allumé en permanence, est donc à proscrire, surtout pour les enfants.
d2ea1cc4ad743b6c706c4167b889947c.jpgInstaller une borne Wi-Fi dans un parc ou de nombreux enfants circulent et s’amusent en permanence me semble donc dangereux.

L'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) va faire la synthèse des connaissances sur les rayonnements électromagnétiques, notamment pour la Wi-Fi, à la demande des ministères de l'Ecologie et de la Santé.
Il est donc urgent d’attendre les résultats de cette étude et de mettre hors service cette borne Wi-Fi dans le parc de l’Hôtel de Ville.
Cela s’appelle simplement, appliquer le principe de précaution, principe que semble méconnaître le maire de Millau.

11/10/2007

Il n’y a plus de maïs OGM en Aveyron

f358093b3c78ca49ab5c8340ad7b08b4.jpgLe seul hectare de Maïs OGM présent sur le territoire de l’Aveyron à Lanuejouls a été détruit dans la nuit de lundi à mardi dernier. C’est une bonne nouvelle pour les agriculteurs désirant produire proprement, notamment les agriculteurs bios et en général pour la renommée des produits aveyronnais. C’est une mauvaise nouvelle pour les agro-industriels qui veulent à tout prix, contre l’avis de la majorité des Français, imposer des semences et des produits dont on ne connaît pas totalement les conséquences qu’ils peuvent avoir sur notre environnement et notre santé.
Il est impératif d’imposer un moratoire immédiat sur les cultures en plein champ des OGM, et de poursuivre la recherche dans ce domaine dans des serres fermées.

10/10/2007

Rallier Rodez à Paris le plus écologiquement possible

Nos amis de « La Dépêche du Midi » dans leur édition aveyronnaise du 9 octobre faisaient une comparaison d’un trajet aller-retour Rodez-Paris selon qu’il était réalisé en train, en voiture ou en avion.
Leur comparatif portait uniquement sur le temps de trajet et son coût.
Alors que le réchauffement climatique menace notre avenir et que le « développement durable » fleurit dans tous les médias et les discours politiques, il manque à mon avis à cette enquête une donnée importante.
Quel est l’impact sur l’effet de serre de chacun de ces déplacements ?

82efa17462c2d4cd01df39a75fdad65d.jpgC’est ce que j’ai réalisé avec l’EcoComparateur mis en place par la SNCF en collaboration avec l’ADEME (cliquez sur la première photo pour agrandir ou cliquez sur la pièce en pdf jointe plus bas).
Pour un aller-retour Rodez-Paris, la production de CO2 pour un trajet en train est de 8 kg ; elle est de 143 kg en avion et de 243 kg en voiture si vous êtes seul dans le véhicule. Mais seul le CO2 est comptabilisé.
Si l’on comptabilise tous les gaz à effet de serre, le train en produit sur le même trajet 48,6 kg, la voiture 228 kg, et l’avion 577 kg.

ec050592a5cf9bc5b432860c345d2d61.jpgPour une réelle analyse environnementale de ce déplacement, on pourrait également comptabiliser l’impact de la production de déchets nucléaires (train Brive-Paris), la SNCF ayant cédé ses parts de SHEM (barrages hydrauliques) à Electrabel (groupe Suez), les risques que ces déplacements font peser sur l’environnement (artificialisation des sols, extraction et transport du pétrole et de l’uranium, pollutions accidentelles diverses…), sans parler des risques économiques et des risques de tensions internationales dus à la raréfaction des ressources énergétiques utilisées (essence, kérosène, uranium…).
On peut toujours dire que, ramenées à un voyage individuel, ces données environnementales sont insignifiantes. Mais multipliées par un nombre important de personnes dans toute la France et tous les jours, cela devient très important.
On voit donc que, si une analyse en termes de coût et de temps de trajet est importante, une analyse poussée en incorporant les données environnementales serait souhaitable pour éclairer au maximum les futurs voyageurs dans leurs choix de mode de transport.

Je dois rajouter, qu’il y a quelques jours, La Dépêche du Midi dans son édition du Grand Toulouse avait déjà fait la comparaison uniquement en terme de temps de trajet, d’un déplacement à vélo, en voiture et en métro à l’intérieur de Toulouse, sans incorporer leurs coûts ainsi que l’impact sur l’environnement de chaque mode de déplacement.

L’environnement est devenu une composante importante dans la vie des Français, et la presse devrait y consacrer une place objective.
Mais il est vrai qu’il doit être très difficile pour les médias de remettre en cause certains modes de transport, surtout dans une ville et une région qui ont choisi de se vouer corps et âme à l’industrie aéronautique, secteur dont on voit un peu plus tous les jours les limites et les dérives, quelles soient environnementales, économiques ou sociales.

rodez-paris - ges.pdf

Voir à la suite, les deux articles de La Dépêche du Midi

Lire la suite

08/10/2007

Décroissance ou développement qualitatif ?

c7c1cdfd3b2ba1f8e3ca729ff5350621.jpgLe Salon Horizon Vert de Villeneuve-sur-Lot qui se tenait le week-end dernier est en passe de devenir l’événement traitant de l’écologie le plus important du grand sud-ouest avec la foire bio Biocybèle de Rabastens-Gaillac. Le nombre de stands a considérablement augmenté depuis quelques années avec notamment, un chapiteau consacré uniquement à l’éco-habitat où il était difficile de circuler et de demander des renseignements aux exposants. Cela démontre ainsi la prise de conscience et la demande nouvelle des particuliers pour ces techniques et ces produits.

Horizon Vert c’est aussi toute une série de débats avec des intervenants de qualité.
Je n’ai malheureusement pas pu assister à la conférence d’Hervé Kempf vendredi soir.
Hervé Kempf est journaliste au Monde, et son dernier ouvrage « Comment les riches détruisent la planète », démontre que l’impact sur l’environnement d’un smicard même le plus inconscient possible est loin d’arriver au degré de pollution et de gaspillage d’un milliardaire.
Un milliardaire qui achète un Airbus A 380 pour ses déplacements personnels, ou tout autre excentricité de ce genre décrite dans le livre d’Hervé Kempf, devrait être conduit devant le tribunal pénal international pour crime contre l’humanité.
Cela pose évidemment le problème de la répartition des richesses : « Il nous faut comprendre que crise écologique et crise sociale sont les deux facettes d'un même désastre. Et que ce désastre est mis en oeuvre par un système de pouvoir qui n'a plus pour fin que le maintien des privilèges des classes dirigeantes » 
nous dit fort justement Hervé Kempf dans son livre.
Le PNUD estimait en 1999, que les 20% de personnes les plus riches possédaient 74 fois plus que les 20% de personnes les plus pauvres. En 1960 Ils ne possédaient que 30 fois plus.
f5fb5c778edd085b74bded4671fee245.jpgDe partage de la richesse, de décroissance ou de développement qualitatif, il en était question hier lors d’un atelier dont les intervenants étaient Jean-Marie Harribey, co-président d’Attac-France et Jean-Paul Besset, journaliste et écivain, coordinateur du Pacte Ecologique de Nicolas Hulot.
Pour Jean-Marie Harribey, il est évident que, comme le pense Hérvé Kempf, crise sociale et crise écologique proviennent d’un même mal : cette marchandisation libérale et financière.
Mais pour passer d’un mode de croissance économique tel que nous le connaissons actuellement, à un mode de croissance qualitative (moins de croissance dans la production et la consommation de produits finis et services commerciaux, mais croissance des services publics), nous devons passer par une étape de décélération. On arrête pas du jour au lendemain une machine énorme lancée à pleine vitesse.
826711307b50738204e0171f4410fdd4.jpg
Pour Jean-Paul Besset, la crise écologique semble plus urgente que la crise sociale et pour lui, la politisation de ce débat (au sens étymologique du mot), ainsi que le lien entre crise sociale et crise écologique, ne lui paraissent pas évidents.
Comme il l’écrit dans son dernier ouvrage, « Comment ne plus être progressiste sans devenir réactionnaire », la croissance infinie des biens et des services qui fonde le développement de nos sociétés est impossible. Ou, si l'on préfère, suicidaire. Elle est incompatible avec la stabilité de la biosphère et inaccessible à l'essentiel de la population mondiale. Elle ne saurait donc tenir lieu de projet de civilisation.
Tout à fait d’accord. Mais le gouvernement actuel semble bien décidé à poursuivre ce modèle de croissance économique suicidaire et de destruction sociale.
Il n’y a qu’à regarder le regard amusé de Copé pendant l’intervention à l’Assemblée Nationale d’Yves Cochet lors du débat sur le Grenelle de l’Environnement, pour comprendre le peu d’intérêt pour les questions environnementales d’une grande partie de ce gouvernement.
Pour être honnête, je doit rajouter que beaucoup, même à gauche, ne voient que par ce modèle de croissance.
Décroissance ou développement qualitatif (terme qui risque d’être aussi galvaudé que le développement durable l’est actuellement), ce dont je suis sûr, c’est qu’il faudra une forte mobilisation de nos concitoyens pour reprendre nos destinées en main.

01/10/2007

Les transports et l’habitat en Midi-Pyrénées font peser de lourdes menaces sur l’environnement

32dd732d2b96189d5c36cc115844ad88.jpgLa lecture des 46 indicateurs régionaux de développement durable, résultat d’un partenariat entre l’Insee et la Région Midi-Pyrénées qui s’est engagée dans une démarche Agenda 21, démontre les faiblesses et les risques auquel nous sommes confrontés.
Plusieurs indicateurs font ressortir l’impact d’un habitat étalé et de l’usage de la voiture individuelle dans la région. L’étalement urbain, qui se traduit par une croissance démographique plus élevée dans l’espace périurbain peu dense, fait croître le recours à la voiture individuelle et l’artificialisation de cet espace par la construction d’espaces bâtis, de routes, de parkings, de zones commerciales... . La surface bâtie par habitant augmente plus vite en Midi-Pyrénées qu’en moyenne en France, l’habitat individuel, peu dense, y étant très développé. La dispersion de l’habitat, comme les déplacements domicile-travail accroissent aussi les consommations d’énergies : l’importance de l’habitat individuel, le faible recours au chauffage urbain et l’ancienneté du parc augmentent les besoins énergétiques de chauffage.
L’accroissement des consommations d’énergie se traduit en émissions supplémentaires de gaz à effet de serre. Au total, tous ces phénomènes se traduisent dans l’empreinte écologique d’un habitant de la région.

Quelles solutions proposer face à ces menaces ?
La première est d’encourager les populations à venir habiter dans les centre-villes et les centre-bourgs en facilitant la rénovation de l’habitat existant et la construction d’un habitat de petit collectif de qualité.
L’étalement urbain et le mitage de l’habitat en zones rurales participent à l’artificialisation des sols, mais ont également un coût conséquent pour les collectivités (réseaux, voirie…).
Cet habitat doit bien sûr être de qualité, peu consommateur d’énergies (voire producteur), confortable et sain. De plus, cette densification de l’habitat permettrait d’envisager des modes de chauffage collectif (réseaux de chaleur).

Concernant le transport des personnes, l’offre de transports en commun (bus, trains) doit être multipliée, tant en zone rurale qu’urbaine. Il en est de même pour les circulations douces : l’usage du vélo et de la marche à pied doivent être encouragés par des infrastructures assurant une complète sécurité et la complémentarité avec les autres modes de déplacements.

Concernant le transport des marchandises, un indicateur nous apprends que la part du fret ferroviaire décroît en Midi-Pyrénées au profit du transport routier ; elle était à peine de 15 % en 2004.
La construction de nouvelles infrastructures routières comme le doublement de la RN 88, véritable aspirateur à camions, ou la construction d’une RN 140 bis passant par Rignac, sont à l’opposé de ce qu’il faudrait faire : doublement de la voie ferrée de Toulouse à Séverac et amélioration des plateformes de fret ferroviaire de l’ouest aveyronnais.
Le contraire de ce que font actuellement le président du Conseil Général de l’Aveyron et ses amis du gouvernement.

Télécharger ces indicateurs

28/09/2007

La ligne THT bruyante serait reconstruite

eae6afb75b96baa500f93dd78ae039e6.jpgIl y a un peu plus d’un an, RTE (Réseau de Transport d’Electricité) avait procédé au changement des câbles de la ligne THT de 225 kV, partant du poste de Godin (à Aubin) et allant jusqu’à Rueyres dans le Nord-Aveyron.
Depuis, les riverains de cette ligne se plaignent à juste titre de grésillements dont l’intensité est nettement supérieure au grésillement « naturel » de ces lignes. Le bruit émis par cette ligne oscille entre 50 et 57 dB (décibels) et est permanent.


Cela constitue bien sûr une énorme gêne pour les riverains en plus des champs électromagnétiques.
RTE a procédé en septembre au nettoyage d’une partie des câbles de cette ligne. Si l’opération semble avoir eu des effets positifs par endroit (Pylône 12 au dessus des Bonnières), elle a été inefficace ailleurs. Le problème persiste donc.
Interrogé par les services techniques de la mairie de Decazeville, RTE semble s’orienter vers un nouveau changement des câbles avant la fin de l’année.

Rappelons que toutes ces lignes THT sont malheureusement rendues nécessaires à cause du système énergétique français trop centralisé, dû en grande partie aux centrales nucléaires, qui oblige le transport de l’électricité en grande quantité vers les lieux de consommation avec d’énormes pertes en ligne.

Décembre 2007 :

Les cables de cette ligne ont été remplacé sur le tronçon bruyant par RTE et les riverains se déclarent maintenant satisfaits.

18/09/2007

Semaine de la mobilité et transports urbains à Decazeville-Aubin

3d2ee35c93dc763a6382604215449b4b.jpgC’est dans le cadre de la semaine européenne de la mobilité du 16 au 22 septembre que la Communauté de communes Decazeville-Aubin va présenter le futur projet de transport urbain à la population.
Ce projet est une des composantes du Plan Global de Déplacements, qui entend développer également les circulations douces (piétons et cyclistes).
Les objectifs sont de limiter la circulation motorisée, développer les modes alternatifs à la voiture particulière, améliorer l’accessibilité notamment des personnes à mobilité réduite, réduire le nombre d’accidents et diminuer les nuisances (pollution et bruit).
Mettre en place des transports en commun sur notre territoire résulte d’abord d’un besoin : le diagnostic nous a appris que près de 30 % de la population du Bassin n’avait aucun moyen pour se déplacer, souvent des jeunes ou des personnes âgées, mais également de plus en plus de personnes ayant une activité professionnelle.
Mais la mise en place des transports en commun vise également ceux qui se déplacent avec leur véhicule personnel et qui auront là un moyen alternatif moins onéreux et moins polluant.
J’avais personnellement souhaité que l’on mette en place un système plus ambitieux, comme à Figeac par exemple (11 000 habitants, 11 lignes, 5 bus, gratuité pour les voyageurs, 300 000 voyageurs transportés l‘an passé).
Mes collègues ont préféré y aller en douceur, au risque d’échouer.
Nous partirons donc avec une seule ligne, un bus et un objectif de transporter 10 000 personnes la première année pour une présence sur le territoire de 17 000 habitants.
Une consolation, le coût pour le passager sera relativement modique : 20 centimes d’euro quel que soit le trajet. Mais le coût pour la collectivité sera relativement élevé puisque nous n’avons pas voulu mettre en place dans l’immédiat le « versement transport » qu’aurait dû acquitter toutes les entreprises de plus de 9 salariés (ce qu’a mis en place Figeac et la plupart des villes qui offrent un service de transport en commun).
Je souhaite néanmoins que ce projet réussisse et je m’y impliquerai de toutes mes forces.

4749482863ac34c756aa34cda08ef08e.jpgQuelles vont être ces actions que nous allons mettre en place durant cette « semaine de la mobilité » pour communiquer sur notre futur service de transport urbain ?

Tout d’abord, une exposition traitant de ce thème circulera dans toutes les villes de la Communauté de communes. Elle comprendra entre autre, une carte du futur service de transport urbain du Bassin (que vous pouvez télécharger en bas de ce billet - 920 ko), indiquant le circuit et les arrêts prévus. Cette exposition sera présentée à :
- Aubin : mercredi 19/09 à 9 h sur le marché (hall de la salle d’accueil en cas de pluie)
- Decazeville : vendredi 21/09 à 9 h sur le marché (hall de la mairie en cas de pluie)
- Viviez : vendredi 21/09 de 14 h à 17 h devant la bibliothèque (salle du conseil municipal en cas de pluie)
- Firmi : samedi 22/09 à 9 h sur le marché (hall de la mairie en cas de pluie)
- Cransac : samedi 22/09 de 14 h à 16 h devant l’Office de Tourisme (à l’intérieur en cas de pluie).
Nous espérons à cette occasion rencontrer la population afin de recueillir leurs observations.

Des panneaux provisoires indiqueront l’emplacement des futurs arrêts sur tout le circuit.

Et enfin, un parcours en temps réel sera réalisé avec un bus afin de présenter le circuit à des différents services du Bassin (communes, centre hospitalier, maison commune emploi formation…), le vendredi 21 septembre au départ de Firmi (place de la République) à 10 h 30.

Une communication plus appropriée à destination des futurs usagers sera mise en place au fur et à mesure de l’avancement de ce projet, dont le lancement est prévu fin février – début mars, si aucun problème administratif ne vient le contrarier.

Futur réseau de transport urbain du Bassin Decazeville-Aubin.pdf