Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/12/2008

Plan climat territorial et transports collectifs sur le Bassin

La presse locale a fait écho dernièrement de deux domaines où je suis fortement impliqué au sein de la communauté de communes Decazeville-Aubin.

agirpourleclimat-cover.jpgLe premier concerne le Plan Climat Territorial.
Nous avons été la première collectivité en Midi-Pyrénées à nous préoccuper des conséquences du réchauffement climatique et des possibilités qu’ont les collectivités pour en atténuer les effets.
Dès 2005, les domaines de l’énergie et du climat faisaient l’objet de préoccupations des groupes de travail chargés de mener à bien l’Agenda 21 local du Bassin
Notre Agenda 21, labellisé « Agenda 21 local de France » par le délégué Interministériel au Développement Durable, comporte donc un Plan Climat Local.
Un plan en cinq points :
- Réalisation d’un bilan des consommations énergétiques et des émissions de CO2 sur le patrimoine communal (éclairage public compris) et intercommunal afin de cibler les sites sur lesquels agir. Sur cette action, Decazeville est en avance, puisque depuis 2003 nous réalisons ce diagnostic.
- La formation d’un binôme agent technique/élu au niveau des communes à la gestion du suivi des consommations énergétiques. Une première formation a eu lieu dernièrement. Elle a été réalisée avec l’ARPE (l’Agence Régionale pour l’Environnement)
- L’éclairage public. Il s’agit d’abord de réaliser un diagnostic des points lumineux de chaque commune et de créer une base de donnée sur le SIG. Cette base de données permettra de proposer des pistes d’actions à entreprendre. L’adhésion de Decazeville au SIEDA devrait faciliter la mise en place rapide de travaux.
- Les bâtiments de l’OPH de Decazeville. L’ARPE a réalisé des visites conseils sur certains sites afin d’identifier les points noirs et les pistes d’amélioration.
- Et enfin, l’édition d’un guide de sensibilisation « Agir pour le climat », destiné à tous les habitants du Bassin dont j’avais déjà parlé.

Afin de diminuer les rejets de CO2, les collectivités et les particuliers peuvent être producteurs et consommateurs d’énergies renouvelables.
En terme de consommation d’énergie, je ne saurais trop vous rappeler qu’il existe des sociétés qui fournissent de l’électricité 100% renouvelable. Je suis moi-même usager et sociétaire du fournisseur Enercoop. Les collectivités peuvent également se fournir en électricité renouvelable en totalité ou en partie.
Mais on peut également être producteur d’énergies renouvelables : solaire thermique et photovoltaïque, bois énergie, hydraulique, éolien…
La commune de Cransac est en train de terminer l’installation d’une chaufferie bois qui alimentera un réseau de chaleur.

Ce Plan Climat est bien sûr appelé à évoluer car l’objectif d’un tel outil au niveau local est de pouvoir fédérer tous les acteurs d’un territoire en faveur d’une diminution des gaz à effet de serre sur celui-ci.


tub-placedecazes.jpgLe deuxième point sur lequel je suis intervenu dans la presse locale concerne les transports sur le Bassin.

Ca été l’occasion de faire un point sur le TUB et son évolution, sur le nouveau service que nous allons mettre en place : le TAD, le transport à la demande et sur les déplacements cyclables.

Concernant le TUB, les chiffres parlent : 48 000 passagers en 9 mois alors que l’étude n’en prévoyait que 12 300 (certes à 1 euro). Dès le mois de févier, suite aux deux enquêtes de juin dernier, les horaires vont être réaménagés et trois arrêts supplémentaires seront créés.
Le changement du bus pour un bus ayant une capacité bien supérieure devrait intervenir vers la fin du premier semestre avant d’envisager dans les années futures la création d’une deuxième ligne.

La mise en place du TAD (Transport à la demande) devrait intervenir vers la fin février.
Le TAD permettra de compléter l’offre actuelle dans les zones non desservies par le TUB et d’offrir aux personnes à mobilité réduite un moyen de transport facile et au plus près de leurs attentes.
Par un simple appel, vous réservez le TAD, au plus tard la veille de votre départ, en indiquant votre arrêt de départ et d’arrivée, ainsi que l’horaire et le jour du déplacement. Le TAD vient vous chercher à l’heure et à l’arrêt convenus. Vous vous acquittez du paiement de votre voyage auprès du conducteur. Mobilité pratique, écologique et intelligente car les véhicules ne se déplacent qui si les usagers en formulent la demande à certains jours et horaires prédéterminés.

randovelo-ccda.jpgTroisième volet du Plan Global de Déplacement du Bassin, les déplacements cyclables.
La Communauté de Communes va lancer en 2009 un « Schéma de référence d’Itinéraires Cyclables ».
D’or et déjà, nous devons favoriser la création d’un traversante cyclable de Viviez jusqu’à Firmi. Actuellement, la seule voie accessible aux vélos est le chemin piétons/vélos parallèle à la RD 840 entre les giratoires de la Vitarelle et de la gendarmerie.
Il est primordial qu’un aménagement en piste ou voies cyclables soit prévu en même temps que l’ouverture de la déviation de Decazeville-Viviez dans l’avenue Léon Blum, entre le rond-point de la Vitarelle et le stade. Il est également indispensable que le rond-point de la Vitarelle comporte une voie matérialisée pour les cyclistes.
C’est une obligation de la loi LAURE (Loi sur l’Air et l’Utilisation Rationnelle de l’Energie) pour toute nouvelle création de voie, mais c’est aussi le souhait de tous les cyclistes qui ont participé en septembre dernier à la semaine européenne de la mobilité.

Cet aménagement minime en terme technique et financier ne devrait pas poser de problèmes si il y a réellement une volonté politique d'œuvrer pour un développement soutenable.

Avant la création d’autres aménagement pour les cyclistes, l’installation d’une vingtaine d’arceaux de stationnement est prévu en 2009 à Decazeville.

Téléchargez ci-dessous, l’article de presse de Midi Libre sur le Plan Climat :
Le Bassin lance son « Plan climat local » Midi Libre.pdf

Téléchargez ci-dessous, les articles de presse de Midi Libre et La Dépêche du Midi sur les transports collectifs sur le Bassin :
Après le Tub, le transport à la demande (Tad).pdf




Decazeville adhère au SIEDA

sieda-logo.gifC’est avec un peu de retard, que les trois dernières communes aveyronnaises (Rodez, Decazeville et Millau) qui n’avaient pas encore délégué la compétence électricité au SIEDA (Syndicat Intercommunal d'Énergies du Département de l'Aveyron) ont signé une convention d’élargissement de la concession électrique.
J’avais il y a un peu plus de deux ans exprimé en conseil municipal mon souhait que Decazeville adhère et participe à cette structure qui constituait un vrai service public pour les collectivités. Deux ans après, nous y adhérons. Certes, la part de gâteau en terme financier est plus alléchante aujourd’hui, mais que de temps perdu pour une collectivité qui a un réseau d’éclairage public obsolète et donc grandement surconsommateur.
Guy Durand, le maire de Millau a souligné fort justement qu’avec cette convention, « la solidarité départementale avec un bon équilibre entre urbain et rural est réelle ». Solidarité que nous avons tendance parfois à oublier.
Il reste maintenant à mettre rapidement en place avec les techniciens du SIEDA, un programme pluriannuel sur trois ans de remise à niveau de notre éclairage public qui en a grandement besoin. Un programme qui devra avoir comme devise : éclairer mieux et consommer beaucoup moins.

Téléchargez ci-dessous, l’article de Midi Libre du 23 décembre 2008 :
Rodez, Decazeville, Millau rejoignent le Sieda.pdf

29/10/2008

Les Verts sur CFM Radio

cfm-radio.gifJ'ai participé avec d’autres mouvements politiques (PC, PS, MoDem, UMP) le mardi 28 octobre de 19 h à 20 h à l’émission “Table ovale sans ellipse” animée par Claude de Vesins sur la CFM Radio.
Cette radio est écoutée en Aveyron sur la région de Villefranche-de-Rouergue sur la fréquence FM 90,2.
Les thèmes de départ de cette émission, communiqués il y a quelques jours, étaient le fichier Edwige et la Loi de Modernisation de l’Economie.
Ces sujets ont été traités mais la grave crise économique dans laquelle nous sommes plongés a également été un sujet important de cette émission
Un dernier sujet concernant plus les Villefranchois a terminé l'émission, celui de la construction de la gendarmerie.


Vous pouvez écouter l'enregistrement de cette émission ici

18/10/2008

Le goudron n’intéresse pas les Aveyronnais

j'enveux.jpgA la lecture de Centre-Presse, on s’aperçoit qu’il n’y a finalement que quelques hauts « décideurs » Aveyronnais pour croire que le doublement en 2 X 2 voies de la RN 88 est bon pour l’Aveyron.
C’est le résultat d’une enquête d’opinion réalisée du 2 au 7 octobre par la société Télécontact pour Centre-Presse.
48,5 % des Aveyronnais interrogés ne se sentent pas concernés par ce projet et seulement 7 % seraient prêts à descendre dans la rue pour manifester. Le bide.

Mais ça ne démonte pourtant pas nos décideurs.
Pour Jean-Claude Luche, président du Conseil Général : « Le relatif désintérêt des Aveyronnais pour ce dossier ne va en rien affecter la volonté du conseil général. Il en va de l’avenir du département ». Fichtre !
Cela en dit long sur l’idée qu’il a de la démocratie. Je me méfie toujours de ces gens qui veulent faire le bonheur des autres malgré eux.
Pour Martin Malvy, président de la Région et Ludovic Mouly, président de l'Agglo du Grand Rodez, c’est la faute au retard pris par les élus aux commandes depuis des années en Aveyron. Pan sur Puech et Censi !
Mais de droite ou de gauche, pas un ne remet en cause ce projet pourtant boudé par les Aveyronnais.

Même entêtement aux chambres consulaires et chez certains chefs d’entreprises.
Alain Fabre, directeur de la RAGT prend exemple sur le « succès du désenclavement » de la Bretagne pour justifier le doublement de la RN 88.
Parlons-en ! Quelle réussite ! Le « désenclavement » de la Bretagne à conduit à un exode massif des Bretons vers Paris et à l’arrivée d’une industrie agro-alimentaire polluante (élevages porcins et avicoles en surnombre, algues vertes, ruisseaux et sols extrêmement pollués…). Voilà ce que veut faire M. Fabre de notre département, en plus d’une terre pour les OGM.

Tous nous disent que ce projet va « désenclaver » l’Aveyron et attirer les entreprises.
Pour ma part, je ne me sens pas du tout enclavé. Et si la SNCF favorisait le fret ferroviaire et le Conseil Général, responsable des transports en Aveyron, décidaient de favoriser les transports collectifs et les circulations douces comme la Région aide le transport des passagers avec notamment le Plan Rail et de nouvelles lignes TER, nous aurions un territoire attractif.
Mais n’oublions pas que ce relatif isolement routier est aussi un attrait en matière touristique, de sécurité, de qualité de vie, de protection contre les pollutions…

On nous dit que cette future route va attirer les entreprises. Mais malheureusement se sera surtout des délocalisations d’entreprises proches, en grande partie du département.
Parlez des bienfaits de la A 75 aux habitants de l’est de la Lozère ou bien aux habitants du Vigan qui ont vu une entreprise de 60 personnes délocalisée à La Cavalerie !
Nous ne sommes plus dans de l’aménagement d’un territoire mais dans du déménagement du territoire.

Je ne reviendrai pas sur les effets destructeurs pour notre environnement et pour le climat du doublement de la RN 88.
Je ne reviendrai pas non plus sur l’escroquerie qui a consisté à peinturlurer ce projet en vert en l’appelant honteusement « itinéraire de développement durable » au grand dam des associations de protection de l’environnement qui ont quitté le comité de pilotage.

Enfin, la réaction de Jean Puech sur ce sujet est pitoyable. Non content de ne pas remettre en cause ce projet et de vouloir à tout prix le faire payer pour moitié par les contribuables Aveyronnais et ceux de la région Midi-Pyrénées alors qu’il s’agit d’une route nationale, il critique le « Plan Rail » mis en place par la Région.
Quand on est à ce point déconnecté des habitants et des élus de base d'un département, on comprend mieux pourquoi il a perdu les dernières élections sénatoriales.

Alors, comme semble le souhaiter la majorité des Aveyronnais, oui à des aménagements pour la tranquillité et la sécurité des riverains, non au doublement de la RN 88 qui augmenterait considérablement le flux déjà important de véhicules en transit dont beaucoup de poids lourds.

Ci-dessous, téléchargez l’enquête de Centre-Presse :
RN 88 - Indifférence aveyronnais - Centre Presse - 121008.pdf

et la conférence de presse de Jean Puech du 15 octobre vue par La Dépêche du Midi :
PUECH - LA DEPECHE 161008.pdf

02/10/2008

Développement durable sur le Bassin Decazeville-Aubin

decouverte-n22-cover.jpgVous pouvez télécharger ci-dessous le dernier numéro de "Découverte", le magazine d'information de la Communauté de communes du Bassin Decazeville-Aubin.
Au menu, le point sur l'Agenda 21, la présentation de quelques actions sur notre territoire, notamment les actions de Decazeville en matière d'économies d'énergies et le projet de lotissement HQE du Belvédère à Cransac.

Téléchargez ci-dessous le numéro 22 de "Découverte" :
DECOUVERTE N22 - 09:2008.pdf


agirpourleclimat-cover.jpgLors du Salon Eco-Energies Midi-Pyrénées qui s'est déroulé le week-end dernier à Decazeville, la Communauté de communes, engagée dans un Plan Climat Local, a distribué un fascicule "Agir pour le climat" en Midi-Pyrénées. Il est destiné au grand public, notamment à celui du Bassin. Son objectif : réduire de une tonne par personne les rejets de CO2, soit pour le Bassin, 17 000 tonnes de CO2 en moins.
A chacun de s'engager et les élus doivent montrer l'exemple.

Téléchargez ci-dessous ce fascicule :
agirpourleclimat-decazeville.pdf

08/08/2008

Au fil de l'été

bc582d250b5f21d0852a178f4c203866.jpgYves Paccalet n’a pas déçu les 200 personnes venues l’écouter mercredi soir à Bozouls.
Il a repris en gros les thèmes de son livre « L’humanité disparaîtra, bon débarras ! ». Tour à tour, c’était le philosophe qui nous parlait, ou bien l’éthologue, le zoologue...
Il est revenu sur les 13 scénarios préparant la disparition de l’humanité, tous étant plus ou moins avancés. Il a appuyé son discours sur les périls les plus menaçants : l’augmentation de la population terrestre, le surarmement nucléaire, le dogme de la croissance infini qui est irréalisable et destructeur, la surconsommation d’énergies et ses conséquences sur le réchauffement climatique et les déchets engendrés, la qualité et la quantité d’eau qui se dégrade et se raréfie …
Le péril qu’il lui semble le plus dangereux actuellement, c’est la guerre nucléaire.
« Si ce conflit éclate, abandonnez toute espérance ! Les premiers trépassés seraient les plus heureux »
L’éthologue a expliqué que tout être vivant (animal ou humain, l’homme est un animal un peu plus développé) obéit à trois pulsions : le sexe, le territoire et la hiérarchie.
La reproduction, la possession et la domination.
« Du côté du territoire et de la hiérarchie, tout est permis et même encouragé. La possession et la domination sont élevées au rang de valeurs ».

Yves Paccalet n’est pas tendre avec les Verts. Pour lui, l’écologie doit être trans-courants. Certes oui, mais malheureusement, les seuls qui se battent pour des actions concrètes dans les collectivités locales par exemple, ce sont les élus Verts.
Et je suis bien placé pour vous dire que c’est un travail difficile, tant les résistances aux évolutions nécessaires à mettre en place pour la survie de notre humanité sont importantes, mais c’est un travail exaltant.
Yves Paccalet le sait, lui qui, après deux mandats d'élu, a « pris une claque » (sic) aux dernières élections municipales.
Pourtant, il avait tout fait pour défendre l’environnement dans sa commune : station d’épuration, sentiers…, mais les urnes en ont décidé autrement.
Penser global, agir local. Il nous a rappelé mercredi cette phrase des années 60/70.
« La démocratie ne permet les progrès de la sagesse écologique (et humaine) ni au niveau international, ni au niveau national, ni au niveau local », écrit-il dépité après sa déconvenue.
Yves Paccalet n’aime pas beaucoup les Verts, mais moi j’apprécie Yves Paccalet. Il fait partie de ces témoins et de ces penseurs qui font avancer doucement mais sûrement notre conscience.


Le Préfet Geoffret s’en va et on ne va pas le regretter. J’ai rarement vu un Préfet aussi anti écolo : opposé fermement aux arrêtés anti OGM, opposé à l’installation d’éoliennes et bien sûr, favorable au doublement de la RN 88.
Il promet de ne pas faire de politique durant sa retraite, mais appliquer comme il l’a fait avec plus ou moins de zèle (plutôt plus que moins ces derniers 18 mois) les lois, décrets ou circulaires de l’Etat, n’était-ce pas faire de la politique ?


1d39cea890aadc95d9c55f1d1c57b886.jpgCe vendredi, débute le Festival de Querbes.
Ce festival, « le plus petit des grands festivals de jazz et de littérature » en est à sa 11ème édition.
Originalité de cette année, il débute aujourd’hui à 18 heures, à Decazeville, dans les locaux de l’ASPIBD, par une performance de William Noblet, avec Anne Pancrassin (danseuse), Henri Robert (voix) et Jeanne Ribis (violoncelliste) sur des textes d’Emile Zola et du decazevillois André Pradel.

La programmation musicale et littéraire de ce festival est éblouissante.
Quatre jours de bonheur à côté de chez nous et même cette année, chez nous. A ne pas manquer.


1faef3167c19198be262ad434ab3e6b7.pngBozouls - Yves Paccalet inquiet pour notre "planète bleue"

Le public venu pour inaugurer le cycle de conférences du festival des Sciences de la terre, à Bozouls, s'est retrouvé devant Yves Paccalet, écrivain, philosophe, journaliste et naturaliste. Il a ouvert le bal avec un terrible plaidoyer " L'humanité face à sa menace de disparition".

Lire la suite

19/07/2008

L’opposition est encore en campagne électorale

cb1f30e7ab76164a0765da5c22c715e4.jpgJ’ai toujours été un fervent défenseur du droit des minorités dans les municipalités, c’est à dire à la possibilité donnée à l’opposition, mais aussi aux minorités de la majorité, de participer aux commissions et d’avoir un espace de communication dans le bulletin municipal et sur le site internet de la commune.
Mais il faut aussi que la minorité joue le jeu et que sa participation à une commission ne soit pas un obstacle à son bon fonctionnement et à la volonté de la politique majoritaire.
Durant la campagne électorale et depuis le début de ce nouveau mandat, l’opposition se répand dans la presse pour dénoncer les logements sociaux à Decazeville.
Encore, le 4 juillet dernier dans la Dépêche du Midi, François Marty déclarait « Il faut stopper les logements sociaux… bâtir des lotissements et arrêter la construction de logements sociaux qui sont aujourd’hui en surnombre dans la ville ».

Qu’en est-il exactement ?
Les 1 040 logements de l’Office Public de l’Habitat de Decazeville représentent 26,71 % des 3 893 logements recensés en 2006 à Decazeville. Cet habitat social ne date pas d’hier. L’histoire ouvrière de Decazeville et dernièrement le rachat des anciens logements des HBCM ont favorisé un logement social fort. Mais cet habitat décroît. Les opérations de « démolition-reconstruction » et les opérations de rénovation du parc HLM de Decazeville pour améliorer la qualité et le confort des logements font qu’actuellement on construit moins de logements que l’on en détruit.
Il faut également y rajouter le parc social privé

Certes, ces chiffres sont en dessus des 20 % de logements sociaux demandés par la loi SRU aux villes de plus de 3 500 habitants. Mais il faut bien que des collectivités soucieuses de leurs concitoyens compensent le peu de logements sociaux construits dans les villes que dirigent ou ont dirigé les amis politiques de M. Tieulié et de l’opposition.
A la vitesse ou Sarkozy et ses amis fabriquent des pauvres, il faudra bien trouver des solutions pour les loger.
De plus, les communes rurales du canton de Decazeville possèdent très peu de logements sociaux.

Quant à construire des lotissements à Decazeville, la municipalité l’a fait et continuera à le faire lorsque cela sera possible, mais la rareté et la topographie des terrains disponibles pour en créer sont un obstacle important. De plus la construction de ces lotissements revient extrêmement cher aux collectivités en aménagement de terrains, voiries et réseaux.
Si l’on regarde le ratio, nombre d’habitants gagnés et coût pour la collectivité, il est plus bénéfique de faciliter la rénovation ou la construction de petit collectif privé en centre ville, ou les réseaux et la voirie existent, que des lotissements ou il faut tout créer.
La collectivité soutient la création de lotissements privés, mais les prétendants ne sont pas nombreux.

De plus la priorité doit être ailleurs. Avec les coûts des déplacements en augmentation liés à la hausse inéluctable des carburants, les gens vont chercher à revenir habiter en ville, proche des commerces, de leur lieu de travail ou des transports collectifs existants. Mais pas dans la ville telle qu’elle est actuellement. A nous de leur donner envie !
Il y a à Decazeville 518 logements vacants soit plus de 13 % du total de l’ensemble des logements. Vacances dues principalement au mauvais état et à la vétusté de ces logements. 433 logements privés de Decazeville sont fichés potentiellement « indigne ».
La priorité doit être donné à la réhabilitation de ces logements vacants et à la construction d’autres.
Il faut redonner l’envie de vivre en ville avec des habitations collectives à mixité sociale et générationnelle qui ont les caractéristiques de l’habitat individuel, à savoir des bâtiments fractionnés qui génèrent une intimité, en petites unités, en ayant des parties communes végétalisées…
Si de plus, ces habitations sont à basse consommation d’énergie voire à énergie positive, c’est le top. D’ailleurs dans mes propositions pour les élections cantonales, je proposais la construction d’un éco-quartier à Decazeville (pourquoi pas sur la zone des Equipages ou la zone du Centre).
C’est aux collectivités locales d’enclencher des programmes de ce genre. Le PLH (Plan Local de l’Habitat) et le PIG (Programme d’Intérêt Général) en place sur le Bassin vont dans ce sens, mais manquent cruellement de moyens financiers.
Le Conseil Général de l’Aveyron, qui a en charge la politique de l’habitat, propose des aides minimales par rapport à d’autres départements qui ne dépensent certes pas tout leur budget dans des programmes routiers démentiels, des infrastructures touristiques inadéquates ou surdimensionnées et des opérations de communications onéreuses.

Mais il faut également redonner vie au centre ville pour donner envie d’y revenir habiter, en aménageant les rues, en les rendant plus agréables, qu’elles ne soient pas uniquement ces couloirs à voitures sur trois voies. Il faut y apaiser la circulation motorisée (à cause notamment du bruit, des risques d’accidents et de la pollution de l’air qu’elle engendre), faciliter les autres modes de déplacements (transports en commun, à vélo, à pied), réglementer le stationnement et les livraisons. Il faut aménager en centre ville des trottoirs larges où les gens prendraient plaisir à flâner, à fréquenter les commerces, à s’arrêter à une terrasse de café ou sur un banc dans un petit espace vert…
Le défi urbanistique de Decazeville et des villes moyennes en général est là : densifier l’habitat en centre ville tout en bénéficiant d’une vraie qualité de vie.

Pour revenir sur le fond du débat de ce dernier conseil municipal, on peut regretter l’amalgame fait par un élu de l’opposition entre « logements sociaux » et « cas sociaux »
Le fait de quitter le conseil municipal était préparé, l’opposition ayant prévu de quitter la salle du conseil municipal en cas de refus de l’obtention d’un délégué à l’Office Public de l’Habitat.
Coup monté qui à fait « pschitt » puisque le conseil municipal s’est poursuivi dans une ambiance consciencieuse et sereine.

aab3c0a78716e28f71518fca766914be.pngEntre logements sociaux et... cas sociaux

Le dernier conseil municipal a été une fois de plus "boycotté" par l'opposition Il semble bien qu'il faudra s'y habituer. Une fois de plus, les représentants de l'opposition, même en l'absence de Christian Tieulié, ont décidé mercredi soir de quitter la séance du conseil municipal après seulement une petite demi-heure de débats.
81b5b8d3f0a36ffe494fe42438251202.jpg

Lire la suite

02/07/2008

Le Conseil Général est en panne

d08a5d258386df1b0b67281307338939.jpgCertes, comme le dit Stéphane Bultel dans « La dépêche du Midi » du 19 juin, le nouveau président du Conseil Général de l’Aveyron qui bénéficie d’une majorité encore importante, fait du surplace.

Mais les récriminations de Stéphane envers le président Luche sont plus sur la forme que sur le fond. En lisant cet article on s’aperçoit que la majorité et la minorité sont d’accord sur pratiquement tout, notamment le programme démentiel routier, basé sur la vieille économie : celle qui agonise un peu plus tous les jours, celle qui favorise la pollution, le réchauffement du climat, l’artificialisation des sols, la destruction de la biodiversité, mais également celle qui facilite l’ultra-libéralisme, les délocalisations (surtout internes en Aveyron), les inégalités sociales et est peu créatrice d’emplois.

Pourquoi défendre comme la droite, un programme routier qui va vampiriser une grande partie des finances du département et anéantir tous les moyens à mettre d’urgence en œuvre en matière d’aide sociale, de protection de l’environnement, de développement des transports collectifs, d’aide à l’équipement des communes… ?
Déjà, comme je le prédisais lors de la campagne des cantonales, le président Luche parle d’augmentation de la fiscalité départementale.
La A 75 gratuite (à part le mini péage du viaduc) et le doublement de la RN 88 sont une insulte aux peuples qui souffrent déjà fortement du réchauffement climatique, un mépris des générations futures, mais également un non-sens économique à l’heure où les coûts énergétiques explosent et les ressourcent deviennent rares.

La pétition parue hier dans le Monde et le Figaro à l'initiative du Syndicat mixte d’étude et de promotion de l’Axe Toulouse-Lyon, signée par de nombreux socialistes dont Martin Malvy, Pierre Cohen et Ludovic Mouly est inquiétante.
Au nom de « l’équité nationale », d’un « enclavement routier et ferroviaire », se recommandant du « Grenelle de l’Environnement » (?) et portant un projet pilote qui se veut « la première infrastructure conçue selon le principe du développement durable » (?), réalisé suite à « large concertation » (?), tous demandent à ce que l’Etat s’engage fortement et rapidement.
On peut noter déjà que le transport ferroviaire est pratiquement oublié dans cette pétition. Pas de demande à l’Etat pour un doublement, ou au moins un aménagement de la voie ferrée Toulouse-Séverac.
Non, je le répète, un doublement de la RN 88 ne procèdera jamais du développement durable. Une infrastructure qui favorisera le transport routier, qui contribuera à l’accroissement des émissions de gaz à effet de serre, à la destruction d’habitats naturels, à la compartimentation d’espaces naturels rares, au déplacement d’entreprises qui vont quitter le reste du département pour aller le long de cet itinéraire… ne peut qu’être néfaste à notre territoire et à la planète en général.
Les associations environnementales ne s’y sont d’ailleurs pas trompé en quittant le comité de pilotage de la charte : « Le but des politiques publiques n’est pas de suivre des tendances prétendues inéluctables mais de chercher à les infléchir dans le sens de l’intérêt général et du long terme. Vouloir anticiper la demande de transport et donc inciter à son développement dans une région qui jusqu’à présent était préservée de la plupart des nuisances routières ne peut donc être un objectif du « développement durable » ».

Oui, le changement au Conseil général passera par une véritable alternance, comme le dit Stéphane Bultel. Mais le changement des hommes ne suffira pas. Il faudra également faire d’autres propositions que celles que défendent la droite et la gauche au Conseil Général de l’Aveyron si l’on veut réellement une autre société dans un monde vivable.

Si la gauche et les écologistes veulent gagner les prochaines élections, il est indispensable de répondre au plus près aux préoccupations des Français et de ne pas singer la droite.
Gagner des élections par défaut, parce que les électeurs en auraient assez de la droite et de Sarkozy, pour leur proposer ensuite le même programme ou à peu près, serait suicidaire.
Travaillons ensemble sur un programme réellement novateur basé sur une économie respectueuse de nos ressources et de notre environnement, sur la solidarité, sur la convivialité, le plaisir d’échanger et d’apprendre des autres, une société où l’homme et la nature en seraient le centre.
Même en Aveyron.

L'article de La Dépêche du 19 juin :
panne generale pour l'aveyron-bultel.doc

26/06/2008

Les déchets nucléaires reviennent en Aveyron

8181f7ac246f9dea5656ba29d502b942.jpgOn croyait être débarrassé des déchets nucléaires que voulait envoyer l’ANDRA dans l’ouest Aveyron sur le site granitique de Sanvensa.
Les voilà qui reviennent. Certes, ce ne sont pas les mêmes déchets. Ceux-ci sont de faible activité mais en grande quantité et surtout à durée de vie longue (5 000 ans).
Quatre cantons sont concernés : Capdenac-Gare, Najac, Villefranche-de-Rouergue et Villeneuve.
Il est pitoyable de voir les arguments de certains élus locaux de droite comme de gauche pour éviter que ces déchets ne viennent sur leurs territoires : nos territoires sont magnifiques, les déchets nucléaires vont faire fuir les touristes, cela va aller à l’encontre de l’agriculture et des entreprises agroalimentaires locales…
Bref, leurs territoires sont les plus beaux, les plus protégés ; ces déchets, ils n’ont qu’à les mettre ailleurs, mais pas chez nous.
Ca, c’est de la politique ! Politique de l’autruche et de l’inconscience !
Seuls, l’association Serènes Sereines et les Verts disent : pas de centre de stockage de déchets nucléaires, ni ici, ni ailleurs !

7e692ec43c08b9d4dac206eb3e20567e.jpgD’où proviennent ces déchets ? Des 58 centrales nucléaires actuellement en activité en France. Le fond du problème est là. Malheureusement, il n’y a pas beaucoup d’élus pour remettre en cause cette industrie mortifère et polluante pour des milliers de générations. Pas un ne dit : si nous ne voulons plus de déchets nucléaires, il faut d'abord arrêter d'en produire et donc il faut arrêter les centrales nucléaires et éviter également d’en vendre à toutes les dictatures de la planète.

Voilà ce que l’on aimerait entendre d’élus responsables à la place des discours hypocrites et démagogiques dont ils nous font part sur ce sujet.
La palme de l’hypocrisie revient sans aucun doute à Serge Roques, puisqu’il a défendu à l’assemblée nationale la loi de programme du 28 juin 2006, relative à la gestion durable des matières et déchets radioactifs, loi qui fait que ces déchets arrivent chez nous. Dans un courrier qu’il m’avait envoyé faisant suite à une carte-pétition de ma part pour m'élever contre le projet de loi, il écrivait qu'elle « s’inscrit dans une démarche cohérente et responsable vis-à-vis des générations présentes et futures ».
Il faudra qu’il nous explique pourquoi il refuse que Villefranche-de-Rouergue accueille un centre de stockage s’il en va de l’avenir « des générations présentes et futures ».

17/03/2008

Après la ville restée à gauche, le canton de Decazeville repasse à gauche !



Téléchargez les résultats de cette élection cantonale sur Decazeville et sur le canton de Decazeville :
CANTONALES 2008 - DECAZEVILLE.xls

Midi Libre du 17 mars 2008 :
midilibre-170308- Delagnes - « En finir avec un certain système ».pdf

14/03/2008

Dimanche, l’espoir est dans le camp de la gauche

« Et nous avons des projets. Ils seront mieux défendus si Christian Tieulié est président, ou du moins vice-président, du conseil général. Quand on est dans l'opposition, on regarde passer les trains »
Cette phrase prononcée hier en soutien de Christian Tieulié par Jean-Claude Couchet maire de Flagnac, en dit long sur le niveau de démocratie et de transparence qui règne au Conseil Général de l’Aveyron.
Elle en dit long également sur l'acception de ces pratiques par ces petits élus élevés au « biberon Puech », complices de ce système fait de clientélisme, d’autoritarisme et de passe-droits.

Christian Tieulié et ses amis reconnaissants voudraient que ce système perdure. L'Aveyron en crève.
Les Aveyronnais en général et les habitants du canton de Decazeville en particulier n’en veulent plus et ils vont le dire dimanche.

e54ac9b83d75a0422b82b891e2439a7e.pngLe même jour, Martin Malvy, président du Conseil Régional Midi-Pyrénées, était à Livinhac-le-Haut pour soutenir Pierre Delagnes :
« Nous sommes les élus de tout le monde. Il n'y a pas une politique pour les amis, une autre pour les autres. Le choix politique se fait pour hiérarchiser les actions ; de là, on établit des critères. Mais une fois ces critères établis, ils sont valables pour tout le monde et je me félicite que cela sera bientôt le cas dans l'Aveyron » a-t-il déclaré.

Voilà la différence entre une collectivité responsable, ouverte et équitable et une collectivité partisanne comme le Conseil Général de l'Aveyron menée par des hommes politiques avides de pouvoir, déconnectés des réalités et de leurs citoyens.
Il faudrait que François Fillon, qui vient d'accuser la gauche de "sectarisme" dans les départements et régions qu'elle gère, vienne faire un tour dans le département de l'Aveyron pour voir de quel côté est le "sectarisme" !

Dimanche dernier, les habitants de Decazeville ont dit à Christian Tieulié qu’ils ne voulaient pas de lui pour diriger la ville.

Dimanche prochain 16 mars, transformons l’essai !

Disons à Christian Tieulié que nous ne voulons pas de lui pour le canton et du système Puech pour le Conseil Général.

Profitons-en pour donner un avertissement de plus à Nicolas Sarkozy et à François Fillon !

Dimanche, votons pour le candidat du Parti Socialiste, soutenu par le PC, le PRG et les Verts : Pierre Delagnes



Revue de Presse :

La Dépêche du Midi du 14 mars 2008
ladepeche-140308- Martin Malvy pour Pierre Delagnes, les maires ruraux pour Christian Tieulié.pdf

Midi Libre du 14 mars 2008 :
midi-libre-140307-Soutien de Malvy à Delagnes.pdf

midilibre-140308-Les maires de la Vallée derrière C. Tieulié.pdf

Photo : Midi Libre - PB

11/03/2008

Merci à tous

Vous avez été 293 électeurs (4,95 %) sur le canton de Decazeville à nous faire confiance.
Christiane Astorg et moi même en sommes particulièrement émus et nous vous en remercions.
Nous remercions plus particulièrement les 98 électeurs de Livinhac-le-Haut (Livinhac-le-Haut et Laroque-Bouillac), soit près de 13 % des électeurs de ce village, qui ont choisi notre bulletin.

Le programme que nous avions proposé était, au dire des personnes qui ont assisté aux réunions publiques ou avec qui nous avions pu échanger, réaliste, séduisant, et aurait mérité encore plus de soutient.

Nous sommes donc éliminé de cette élection et il nous faut maintenant prendre une décision pour le second tour.

Le candidat de la droite Christian Tieulié a prouvé à maintes reprises son désintérêt, voire son mépris, pour la protection de l’environnement et de notre planète, tant au niveau départemental qu’en tant que conseiller municipal de Decazeville.

Il est le candidat des lobbies des routes, du transport aérien, des pollueurs en tout genre et du « système » Puech.

Il est de plus à craindre à la lecture de son programme que les impôts du département grimpent à une allure rapide.

La création d’un « groupe de concertation cantonal » promise par le candidat socialiste s’il est élu, réunissant des élus locaux, des associations et des citoyens afin de dialoguer sur les projets et les moyens à y consacrer, est positive et aura pour effet d’assurer plus de transparence.
La création de ce groupe de concertation aura l’avantage d’éviter le face-à-face actuel entre le conseiller général avec les seuls élus locaux, qui se réduisait à l’attribution par le président du Conseil Général, de bons points et subsistes si vous faisiez allégeance ou de réprimandes humiliantes si vous montriez un peu d’indépendance.
Cela évitera également l’arrivée impromptue sur notre territoire de projets ruineux non désirés par la population, voulus seulement par quelques lobbies et poussés par quelques élus locaux et au contraire permettra l’adoption de projets nécessaires soutenus par les habitants.

Notre choix est donc de soutenir le candidat du Parti Socialiste, Pierre Delagnes et sa suppléante Marie-Lou Marcel, au côté d’autres partis de gauche, les Radicaux de Gauche et le Parti Communiste.

Dimanche, il faut mettre fin au système féodal Puech dont Christian Tieulié assurerait la continuité.

Nous appellons donc à barrer la route à la droite et à Christian Tieulié et à voter massivement dimanche 16 mars pour le candidat du Parti Socialiste Pierre Delagnes.

824262253359c72c8c6bc71ec08c43ac.jpgLisez l'article de Midi Libre relatif au Point presse que les candidats de gauche ont tenu hier afin de soutenir Pierre Delagnes :
midilibre-110308-La gauche soutient Delagnes contre la droite.pdf

Téléchargez les résultats du 1er tour de l'élection cantonale sur le canton de Decazeville et sur les bureaux de vote de Decazeville :
CANTONALES 2008 - DECAZEVILLE.xls

07/03/2008

Fin de campagne

Voilà, les jeux sont faits.
Cette note est la dernière de la campagne, la loi demandant l’arrêt des mises à jour à partir de minuit ce soir.
Dimanche, nous irons donc voter.

Pour les élections cantonales, vous avez d’abord à choisir entre deux options.
D’abord, un candidat de droite, Christian Tieulié, qui voudrait arriver masqué comme en 2001. Il est en réalité le candidat de l’UMP et de Nicolas Sarkozy.
Il est aussi le candidat de Jean Puech, qui feint de quitter le Conseil Général. Détrompons nous, il sera toujours là. Il va mettre en place à la présidence une de ses « créatures » comme dit Madame Escoffier, ancienne Préfète de l’Aveyron et candidate sur le canton de Rignac qui connaît bien le personnage, afin de maîtriser et continuer à manipuler son « système », mélange d’autoritarisme et de clientélisme.
Christian Tieulié voudrait bien être cette « créature ». Comme quoi son intérêt pour le canton n’est surtout qu’un marchepied pour son ambition.
Donc, à éliminer !

Avec ma suppléante, nous vous avons rencontré. Vous avez sûrement reçu notre journal de campagne et notre profession de foi et peut-être consulté notre site internet. Vous êtes donc à même de juger du sérieux de nos propositions.
A l’heure ou les injustices sociales sont croissantes à cause de la politique de Nicolas Sarkozy soutenue localement par Jean Puech et Christian Tieulié, à l’heure ou nos services publics disparaissent à cause des mêmes, au moment ou les atteintes sur notre environnement se multiplient, où le réchauffement climatique devient dramatique, qui est le mieux à même pour répondre à ces enjeux importants ?
Seul un Conseiller Général Vert saura vous défendre et favorisera une orientation de la politique départementale vers plus de solidarité, de protection de notre environnement et de démocratie locale.

Alors dimanche, pour les élections cantonales, votez Vert, votez pour Jean-Louis Calmettes et Christiane Astorg.

05/03/2008

Panique à droite : il faut sauver le soldat Tieulié

Il semble vraiment que la réélection de Christian Tieulié au Conseil Général soit compromise.
Du coup, la droite locale se regroupe pour le soutenir.
Les Maires et la plupart des Adjoints des communes rurales, rameutés d’urgence, viennent au secours du candidat de la droite, Christian Tieulié
On s’aperçoit une fois de plus que le système Puech-Tieulié aurait encore de beaux jours devant lui, si M. Tieulié était réélu.
Ce système moyenâgeux fait d’autoritarisme, de clientélisme, de cadeaux, d’emplois ou de promotions attribués sur fait du "Prince" ainsi que de belles subventions aux collectivités si l’on fait allégeance, ou bien de réprimandes, parfois publiques, de subventions supprimées parce que « ne rentrant pas dans les critères de financement », d’embêtements professionnels et personnels si on s’y oppose.
Tout cela dure depuis trente ans et empire même ces dernières années.
Christian Tieulié a bien appris la leçon et il n’a certes pas eu beaucoup d’efforts à faire pour convaincre ces élus des communes rurales, élevés au "biberon Puech". Ils se situaient de toute façon à droite.

Saluons le courage du seul adjoint qui n’ait pas voulu faire allégeance à ce système.

Rappelons tout de même que le Maire et les 8 Adjoints de Decazeville, ville principale du canton qui regroupe plus de la moitié des électeurs, soutiennent des candidats opposés à C. Tieulié.

Sur les 26 élus qui soutiennent Christian Tieulié, un gros tiers ne se représente pas. Ce qui diminue la portée d’un tel soutien. Mais il en reste quelques uns.

J'avais décidé de ne pas m'exprimer sur les élections municipales des communes rurales, mais comme les candidats des municipales se mêlent des élections cantonales où je suis candidat, je ne vois pas pourquoi je me gênerais.

Alors dimanche, faites vous plaisir. Pour les élections municipales dans les communes rurales, notamment dans les communes votant majoritairement à gauche, Boisse-Penchot et Flagnac, munissez-vous de votre plus beau stylo et rayez bien leurs noms sur le bulletin (voir en bas de la note).
Pour Livinhac, où aucun des signataires pour Christian Tieulié ne se représente, la meilleure solution est de voter pour l’adjoint courageux (René Costes) qui n’a pas voulu faire allégeance et de donner une très large majorité à sa liste.
C’est l’assurance que vous serez respectés et bien défendus.

b88080aac4491690a010df304612855e.jpgA Decazeville, cela doit aller également bien mal pour que les colistiers de Christian Tieulié aux municipales se fendent d’une lettre ouverte désespérée et remplie de mensonges comme à leurs habitudes. Certains mêmes jurent leurs grands dieux qu’ils ne sont pas de droite.
Ils doivent déprimer grave pour renier leurs origines… ou leurs destinations.

Voici la liste des maires et adjoints soutenant Christian Tieulié :
Le président de la Communauté de Commune de la vallée du Lot : Michel Delagnes (ne se représente pas)
Les maires d’Almont-le-Junies : Patrick Grialou, de Boisse-Penchot : Françis Cayron, de Flagnac : Jean-Claude Couchet, de Livinhac-le-haut : Pierre Gleyal (ne se représente pas), de Saint-Parthem : Raymond Molénat (ne se représente pas), de Saint-Santin : Raymond Bos.
Les Maires–adjoint d’Almont-les-Junies : Marie-France Rols (ne se représente pas), Philippe Griffouillère ; de Boisse-Penchot : Simone Frau, Henri Douziech, Daniel Alvarez, Jean Lagarde (ne se représente pas) ; de Flagnac : Christian Espinasse, Claude Boussac (ne se représente pas), Francis Ladrech ; de Livinhac-le-Haut (Marguerite Larroque (ne se représente pas), Françis Cayrade (ne se représente pas), Michel Heuillet (ne se représente pas) ; de Saint-Parthem : Raymond Bos, Jean-Michel Reynes, Christain Laquerbe (ne se représente pas) ; de Saint-Santin : Claudette Pronzac, Lucien Figeac, Jeanine Imbert, Serge Escudié.

Département : stabiliser la fiscalité, changer les priorités

fabc13406ed4411b8c27a85a348f1873.jpgJ’ai tenu hier un dernier Point Presse afin de rappeler mes propositions pour ces élections cantonales et comment je compte les financer.

En effet, à lire le programme du candidat de la droite Christian Tieulié, il faudrait augmenter les budgets de tous les postes dont le Conseil Général a la compétence : l'aide sociale, le logement, la voirie départementale et les transports, l'environnement, le tourisme, l'équipement des communes.
Comment va-il faire ? Où va-t-il trouver les financements ?
En augmentant fortement la fiscalité départementale ?
Il faut alors le dire clairement aux électeurs.

Budget du Conseil Général : environ 340 M€, en hausse, surtout dû à la décentralisation
Décentralisation = transfert de compétences de l’Etat vers le Conseil général (APA, RMI, RN…). Mais ce transfert de compétences s’est réalisé sans la totalité des moyens financiers s’y rapportant.
Donc, il y a plutôt une baisse du budget du Conseil Général puisqu’il doit faire beaucoup plus sans les moyens financiers adéquats.

Si l’on ne veut pas augmenter la fiscalité départementale, et cela est indispensable, il faut à tout prix changer les priorités en Aveyron.

Lire la suite

23/02/2008

Christian Tieulié veut encore tromper les électeurs

db4119fbfdfc7d0317db30e07ebf1b13.pngC’est la débandade à droite. A la vue des sondages négatifs de Nicolas Sarkozy, plus aucun candidat ne veut se revendiquer de droite et de l’UMP.
Tous ont oublié leurs envolées lyriques pour soutenir Nicolas Sarkozy lors des dernières présidentielles et leurs participations actives aux campagnes des candidats de l’UMP pour les législatives.

Christian Tieulié l’a bien compris, lui qui doit déjà son élection de 2001 à une supercherie, celle d’une « candidature apolitique ». Alors il joue l’hypocrisie dans ses documents de campagne pour les cantonales ; il n’est pas de droite ou de l’UMP, mais « majorité départementale ».
De quelle tendance est la « majorité départementale » du Conseil général ? De gauche ? D’extrême gauche ? Bien sûr que non. La majorité départementale du Conseil Général de l’Aveyron est de droite et UMP, et même de la droite la plus réactionnaire.
Il est même vice-président de Jean Puech, président autocrate du Conseil Général de l’Aveyron, sénateur de l’UMP, par deux fois ministre de gouvernements de droite.
L’an passé, lors des élections présidentielles, notre conseiller général n’a pas hésité à mouiller sa chemise pour Nicolas Sarkozy, candidat de l’UMP, puis pour Serge Roques, candidat malheureux de l’UMP lors des dernières législatives.
C’est tout à fait son droit.
Mais oser nous redire aujourd’hui qu’il ne travaille pour aucun parti, c’est mépriser réellement les électeurs.

4f85644aa8377de0743ac326e931db98.pngChristian Tieulié est bien le candidat de Nicolas Sarkozy et de la droite sur le canton de Decazeville, et pour la mairie de Decazeville.
Ces élections doivent être le moyen de dire NON à la politique actuelle du Conseil Général de l’Aveyron et à celle que Christian Tieulié voudrait appliquer à Decazeville, mais également à la politique injuste de Nicolas Sarkozy.

Cliquez sur les photos pour les agrandir

10/02/2008

Quelle politique pour les cyclistes ?

6f49ba8555fcd5bd0fcf5d85e8afb711.pngInterrogé à l'occasion des futures élections municipales par la rédaction du site internet "Vélo 12" sur mes positions concernant le développement des activités cyclistes, voici ma réponse.

A Monsieur Eric Solignac
Rédacteur en chef du site internet « Vélo 12 »

Concernant mon action future à la municipalité de Decazeville si je suis élu, elle sera bien sûr favorable à la pratique du vélo, tant comme mode de déplacement que comme activité sportive.
Nous avons réussi dans le dernier mandat à mettre en place, avec la Communauté de Communes Decazeville-Aubin, un PGD (Plan Global de Déplacements).
Si la première action de ce plan est la mise en place le 25 février prochain d’un service de transports collectifs, les années futures verront l’installation de mesures destinées aux circulations douces, dont le vélo.
La traversée du Bassin de Decazeville de Viviez jusqu’à Firmi en toute sécurité pour les cyclistes devra se réaliser le plus rapidement possible.
Cela sera en partie possible lorsque la déviation routière de Viviez jusqu’à La Vitarelle sera terminée, en aménageant l’ancienne RD 840. Il restera la traversée de Decazeville, en partie réalisée par la voie réservée aux circulations douces le long de la RD 840, et la poursuite vers Firmi.
Mais d’autres rues de Decazeville devront faire l’objet de mesures de sécurité pour les circulations douces : aménagements de voiries, voies et pistes cyclables, zones 30, voire contre-sens cyclables.

Mais je suis également candidat aux élections cantonales sur le canton de Decazeville. Le Conseil général a la compétence des routes. Il est indispensable que lors d’aménagements de routes départementales, les cyclistes ne soient pas oubliés.
Force est de constater qu’en la matière, tout reste à faire en Aveyron : Pratiquement pas de voies ou de pistes cyclables départementales, giratoires dangereux, bas-côtés irréguliers …
Je défendrai donc si je suis élu, une politique routière départementale tournée vers la défense et la sécurité des cyclistes.

Je suis également depuis des années, relais pour l’Aveyron de l’AF3V (Association Française pour le développement des véloroutes et voies vertes). J’ai tenté vainement de soutenir des projets sur l’Aveyron pour le développement d’un tourisme cyclable qui a le vent en poupe actuellement. Ces aménagements permettent également aux populations locales de pouvoir pratiquer en toute sécurité le vélo et la promenade cyclable tout au long de l’année.
Sur mon projet distribué à la population et sur ma profession de foi, figure en toute lettre la création d’un schéma départemental de véloroutes et voies vertes sur l’Aveyron comme de nombreux départements l’ont déjà réalisé, et l’aménagement rapide des Vallées du Lot, du Tarn et de l’Aveyron.
La Vallée du Lot possède déjà un avant-projet bien défini qui reste malheureusement dans les cartons.

Concernant la pratique du VTT en milieu naturel, je souhaite l’instauration d’une charte de bonnes pratiques afin d’éviter les conflits d’usages entre les diverses pratiques, ou tout au moins, un respect commun et une prise de conscience de la fragilité de la faune et de la flore.

Je reste bien sûr à votre disposition si vous souhaitez un approfondissement sur certains points

Bien cordialement

Jean-Louis Calmettes

Candidat aux élections municipales de Decazeville sur la liste « Ensemble pour Decazeville »
Site internet de mon activité d’élu municipal et intercommunal : http://jlcalmettes.blogspirit.com

Candidat des Verts aux élections cantonales des 9 et 16 mars 2008 sur le canton de Decazeville.
Site internet de ma candidature : http://jlcalmettes2008.blogspirit.com

30/01/2008

Environnement et élections municipales

089413ac2eb7ddc9b853cd6d902faae1.jpgA l’occasion des futures élections municipales, l’association Action Environnement, association Aveyronnaise agréée de protection de l’environnement et affiliée au réseau Midi-Pyrénéen Uminate, va envoyer aux futurs candidats un dossier intitulé « 50 actions pour l’environnement dans la commune ».
L’urbanisme et l’aménagement de l’espace, l’eau et l’assainissement, les déchets, l’énergie, les déplacements et les transports constituent les thèmes de ce document.
Cinquante actions qui n’ont rien d’utopiques et découlent en grande partie de la réglementation déjà en vigueur ou à venir.
Au regard de ces propositions, je suis assez fier de voir que beaucoup sont déjà appliquées à Decazeville et sur le territoire de la Communauté de Communes Decazeville-Aubin.
Mais il reste des efforts à faire en matière d’urbanisme pour éviter un mitage de l’habitat, en matière de préservation des richesses naturelles (qu’allons nous faire des terrains que nous allons acquérir des Houillères ?), de fuites du réseau d’eau potable, d’économies d’énergies…

Voilà un document indispensable pour tout candidat aux municipales à télécharger ci-dessous
Action Environnement-Municipales.08.pdf

6e5852b67926ad0252f63455394f3f47.jpgAutre document à télécharger : Manifeste pour une ville en Vert, texte adopté à l’unanimité du conseil national des Verts le samedi 26 janvier 2008
manifeste ville en vert.pdf

Troisième document à télécharger en cliquant içi. Il est édité par la Fondation Nicolas Hulot : le Guide de l’éco-électeur

Quatrième document : Le rural est aussi un enjeu pour les Verts !
Par Jacques Muller, maire de Wattwiller, sénateur Verts du Haut-Rhin


Bonne lecture aux candidats et aux électeurs

29/01/2008

Les grandes réalisations de ce mandat : le bilan

Cette deuxième vidéo présente le bilan des grands projets promis en 2001. Peu de villes en France de l'importance de Decazeville ont réalisé un tel programme.
Jugez-en : regroupement scolaire du centre ville (école Jean Macé et espace de loisirs Robert Calvet, salle de spectacle Yves Roques, aménagement paysager du plateau commercial supérieur (M. Bricolage, Sport 2000…), les parkings de Vialarel et de l’hôpital, l’avenue Léon Jouhaux et la rue Gambetta, le square André Cauffet au Broual.
Mais également d’autres projets non prévus en 2001 ont été réalisés. Il s’agit de l’Espace économique Le Laminoir 1 et 2, la réhabilitation de la décharge de Romiguières et la finalisation de l’étude pour le remplacement du gymnase Léo Lagrange à Fareyres.
Avec la Communauté de Communes Decazeville-Aubin, nous avons réalisé le pôle petite enfance « La Capirole », le cinéma « La Strada », l’aire d’accueil des gens du voyage, la Maison Commune Emploi Formation (MCEF), l’aménagement des zones industrielles des Prades et du Combal, la pépinière d’entreprise « Chrysalis » qui est pratiquement entièrement occupée, le début de l’aménagement de la zone du Centre dans le cadre du Grand projet de Pays.

Il faut également rajouter à ces réalisations, les travaux pour l’assainissement des eaux usées et pluviales, le remplacement de conduites d’eau potable pour réduire les fuites, le renouvellement des réseaux d’éclairage publics, la voirie (rues et trottoirs), les équipements sportifs…


Nous y reviendrons plus en détail dans les prochains jours avant de présenter les futurs grands projets pour 2008-2014.

Présentation de la liste "Ensemble pour Decazeville"

e0d8518f85b5ee101d59462c755be579.jpgC’est le jeudi 7 février que Pierre Gadéa a présenté la liste « Ensemble pour Decazeville » pour ces prochaines élections municipales.
Cette liste est composée de membres du PS, du PC, du PRG et des Verts pour moitié, et pour une autre moitié de membres de la société civile.

Retrouvez ici les candidats sur cette liste et regardez la vidéo réalisée à cette occasion